Cathal Daniels, une ascension tout schuss

Médaillé d’argent par équipes aux Jeux équestres mondiaux de Tryon en 2018, puis de bronze en individuel aux Européens Longines de Luhmühlen l’été dernier, Cathal Daniels, vingt-trois ans, n’a pas perdu une minute avec sa fidèle Rioghan Rua, qui lui avait déjà permis de glaner quatre breloques continentales, dont deux en or, en Juniors et Jeunes Cavaliers. En dépit de son jeune âge, ce poids plume fait même office de pilier du Trèfle en vue des Jeux olympiques de Tokyo. Indéniablement talentueux, le complétiste impressionne aussi par sa confiance en lui, son système et ses plans. À la tête d’une petite entreprise florissante, l’homme originaire de Galway ne semble avoir que sa discipline et ses chevaux à l’esprit. 



PSV/Morel En 2012, à l’aube de ses seize ans, l’Irlandais avait remporté l’or individuel et par équipes aux championnats d’Europe Poneys de Fontainebleau avec Master Murrose.
« Donnez-lui un plan à réaliser, il fera en sorte de le mettre en place. Plus la compétition est importante, meilleur il est parce que ce sont justement les grandes échéances qui l’animent ». Voilà comment Sally Corscadden, sélectionneuse nationale de l’équipe d’Irlande de concours complet, se plaît à décrire ce talentueux centaure qu’est Cathal Daniels. Depuis 2012 et ses premiers championnats d’Europe Poneys, celui-ci n’est rentré bredouille qu’une seule fois d’un grand rendez-vous, les Européens Jeunes Cavaliers de 2017… dont il avait pris la quatrième place individuelle ! On ne saurait donc contredire la technicienne irlandaise.

Né le 13 septembre 1996 à Loughrea, une commune du comté de Galway, à cent quatre-vingts kilomètres à l’ouest de Dublin, le jeune Cathal voit le jour dans une famille équestre et met très vite le pied à l’étrier pour découvrir une passion qui ne cesse depuis de l’habiter. Trimballé sur les terrains de concours dès son plus jeune âge à suivre sa soeur, Regina Daniels, qui fait alors partie de l’équipe nationale de complet Poney, le gamin découvre un monde qu’il apprécie et qui le fait vibrer. Débutant en saut d’obstacles, le jeune prodige fait ses armes en complet dès l’âge de douze ans lorsqu’il récupère un certain Master Murrose, compagnon de fortune de Regina, notamment lors des championnats d’Europe de Pratoni del Vivaro en 2005. « C’était un incroyable poney de cross. Il m’a tout appris, à commencer par les bases de cette discipline, mais aussi à être courageux, fort et constamment dans le mouvement en avant », commente Cathal. En 2012, à l’aube de ses seize ans et pour sa première participation à ce niveau, son complice et lui remportent sans trembler l’or individuel et par équipes aux inoubliables Européens de Fontainebleau. Dès lors, l’Irlandais entend se consacrer pleinement à ces chevaux qu’il aime tant. Malgré les dangers de son sport, le jeune champion est prêt à prendre le risque de tout quitter, renonçant même à sa scolarité. « Notre sport comporte de nombreux risques mais, devant mes succès à poney, j’avais soif de réussite. J’en voulais davantage et je savais que pour cela il me faudrait me dévouer entièrement à l’équitation. J’étais donc prêt à prendre les risques nécessaires et voir où cela me mènerait », résume-t-il sept ans plus tard. Vu sa réussite actuelle, ce jeune homme droit, franc et sûr de lui semble avoir pris la bonne décision.
 
 
Retrouvez la suite de ce portrait dans le dernier numéro de GRANDPRIX, disponible en kiosques !