Céline Gerny et Chiara Zenati racontent leur confinement

Tout comme les sportifs des Pôles France de la Fédération française d’équitation (FFE) à Saumur, les cavalières du centre d’expertise de para-dressage ont regagné leur domicile respectif. Durant ce confinement, chacun s’organise au mieux. Céline Gerny et Chiara Zenati, cavalières internationales de para-dressage, ont adapté leur préparation et leur entraînement, toujours en lien avec la FFE. L’une et l’autre se confient.



Céline Gerny suit un programme sur mesure adapté par son coach sportif.

© Collection privée

Comment vivez-vous cette période singulière de confinement?

Céline Gerny : Ici tout va bien. J’ai la chance de ne pas avoir de proche atteint par le Covid-19 et ma petite famille se porte bien. Nous vivons à la campagne donc cette situation est moins contraignante pour nous que pour des personnes vivant en ville. Je suis confinée chez moi, dans les Ardennes, donc je n’ai pas de contacts avec mes chevaux de compétition et je ne monte plus. Ce manque est pallié par la présence de mes chevaux en retraite à la maison auxquels je peux prodiguer des soins tous les jours. Cette relation avec eux est très importante pour moi.

Chiara Zenati : Je vis cette période un peu particulière confinée avec mes parents à Drancy, en Seine-Saint-Denis, et dans mes rêves à cheval! En effet, à cause du confinement, je ne peux plus monter.

Quel est l’impact de la situation actuelle sur votre programme annuel?

C.G. : Il est énorme car beaucoup de compétitions ont déjà été annulées et les Jeux paralympiques ont été reportés d’un an. Tout mon programme de préparation pour cet objectif a été revu. Il me faudra m’y préparer sur deux saisons au lieu d’une, ce qui est éprouvant psychologiquement. Cependant, tout compte fait, j’en suis contente quelque part, car je vais pouvoir affiner ma relation avec Rhapsodie*IFCE. Notre couple sera bien plus fort l’an prochain car nous aurons eu plus de temps pour apprendre à nous connaître.

C.Z. : Mon calendrier sportif était bien chargé jusqu’à la rentrée de septembre. Nous avions prévu quatre concours internationaux, deux master-classes, et bien sûr les entraînements avec Swing Royal*IFCE à Saumur…

Comment avez-vous réorganisé votre calendrier sportif?

C.G. : Je suis en contact avec toutes les personnes ressources de mon projet sportif. Ma coach, Nadèje Bourdon (écuyère au Cadre noir de Saumur, ndlr), me tient informée du travail des chevaux à l’IFCE. Elle s’assure de la continuité de leur entraînement ainsi que de leur suivi vétérinaire. Tout est maintenu comme initialement prévu dans le cas d’un retour à la normale qui nous permettrait de pouvoir reprendre la compétition. Mon préparateur physique m’a concocté un programme sur mesure, en lien avec ce qui avait déjà été mis en place sur ma programmation annuelle mais adapté à cette situation de confinement et surtout au fait que je ne monte plus du tout à cheval. Je travaille le gainage et le renforcement de mon dos, de mes abdominaux et de mes bras. J’effectue également des séances de proprioception sur ballon et au sol. Ma préparatrice mentale m’accompagne également et m’oriente vers du travail de visualisation de mes séances à cheval et de mes reprises. Enfin, je me permets des sorties en handbike. En tout, je travaille six jours sur sept pour garder la forme.

C.Z. : Je suis toujours en lien avec mon entraîneur, Sébastien Goyheneix (écuyer au Cadre noir de Saumur, ndlr). Nous échangeons sur notre quotidien pendant cette période. Je prends également des nouvelles de Swing. J’échange également avec le soigneur de Swing et un coach sportif. Pour la préparation physique, je fais des exercices tous les jours à la maison et je fais un point en visioconférence une fois par semaine avec mon coach sur le renforcement musculaire pour le dos, important quand on est cavalier, des abdominaux, etc.

Avez-vous instauré une petite routine au quotidien ?

C.G. : Je renforce mon corps. Après ma grossesse, j’avais besoin de ce temps de remise en forme. En tout cas, je n’ai pas le sentiment que cette période est une perte de temps.

C.Z. : J’aimerais continuer à pratiquer les exercices physiques que nous avons mis en place au quotidien.

Un petit conseil culturel pour cette période de confinement?

C.G. : Entre Éloïse (sa fille, ndlr) et ma préparation physique, je n’ai pas beaucoup de temps pour regarder la télé ou lire… mais je conseillerais la série «La Casa de papel» (série diffusée sur la plateforme Netflix, ndlr). J’avais déjà regardé les autres saisons et j’ai dévoré la dernière en un rien de temps! Et un grand conseil: cuisiner des produits sains pour continuer à bien manger pendant le confinement et limiter les grignotages!

C.Z. : Je conseille «Teen Wolf» (autre série diffusée sur la plateforme Netflix, ndlr), n’importe quel film avec Louis de Funès, le livre «Lettres à Nour» de Rachid Benzine et enfin, en musique, le titre «Let’s do it again» de J-Boog.

 

Hier, GRANDPRIX-info avait déjà donné la parole aux cavaliers Adib El Sarakby, Cloé Mislin et Vladimir Vinchon ainsi qu’à Fanny Delaval, conseillère technique nationale de l’équipe de France de para-dressage, dans un autre article.