Un Petit Parquet flambant neuf et un Grand Parquet en pleine forme pour la reprise des concours

À moins de trois semaines du coup d’envoi du Fontainebleau Classic Summer Tour, le stade équestre du Grand Parquet présente un visage relifté et particulièrement attirant avec un Petit Parquet et un Spring Garden flambants neufs ainsi qu’un Terrain d’Honneur parfaitement régénéré après neuf mois de repos. Convaincus par cette première phase de travaux, les champions olympiques Roger-Yves Bost et Philippe Rozier espèrent désormais voir aboutir la deuxième tranche de ce grand chantier de rénovation, comprenant notamment la création d’une deuxième grande piste en sable qui réunira les carrières des Princes et de Diane.



© Scoopdyga

Il y a un peu plus de trois semaines, le nouveau Petit Parquet, désormais recouvert de 8 000 m2 de sable et au pourtour élégamment réaménagé, a été étrenné par Philippe Rozier et Roger-Yves Bost à l’occasion d’un stage solidaire destiné à soutenir les centres équestres et poney-clubs franciliens mis en difficulté par deux mois de cessation d’activité liée au confinement. L’occasion pour les deux champions olympiques seine-et-marnais d’apprécier le résultat impeccable de cette première tranche de travaux. “Ce nouveau Petit Parquet, qui a heureusement pu être achevé avant le confinement, est une très belle piste. Franchement, quand je vois le résultat, je me dis que Bosty et moi avons bien fait de nous mobiliser pendant un an et demi pour faire avancer ce chantier avec les élus et les autres parties concernées. Il ne faut pas avoir peur de dire que nous avons entre les mains un produit exceptionnel. D’ailleurs, en termes de surface et d’arrosage par le sol, Equiplus a installé le même dispositif à Grimaud, où nous reprenons actuellement le sport de haut niveau dans les meilleures conditions. C’est ce qui se fait de mieux aujourd’hui”, salue Philippe Rozier. “Je suis 100% satisfait de ce terrain, qui enthousiasme tous les cavaliers qui l’ont foulé”, ajoute Emmanuel Feltesse, président du comité régional d’équitation, présent lors de ces stages.

Outre la réfection du Petit Parquet, dont la terre retirée a été transférée sur le tout proche terrain de cross de Salamandre, propriété de l’École militaire d’équitation de Fontainebleau, cette première tranche de travaux a inclus la rénovation du Spring Garden, d’une surface de près de 4 000 m2, recouvert d’un sable fibré. L’an passé déjà, la carrière O’Delant, souvent utilisée comme détente du Terrain d’Honneur ou comme piste de compétition, avait déjà été profondément rénovée (drainage, fond de forme et surface de travail) par Equiplus, en partenariat avec Environnement Équestre. En outre, la fondation de deux nouvelles dalles permet d’accueillir un plus grand nombre de boxes démontables, ce qui était très attendu des compétiteurs et organisateurs.



Une deuxième grande piste en sable opérationnelle dès 2021

Pour tous les acteurs impliqués dans ce projet, l’enjeu est clair: faire entrer le stade équestre bellifontain dans une nouvelle ère, l’adapter aux exigences grandissantes du sport de haut niveau, se conformer au nouveau cahier des charges de la FFE pour pouvoir continuer à accueillir les plus beaux événement nationaux, mais aussi aux normes olympiques édictées par la Fédération équestre internationale, ce qui permettra au Grand Parquet de pouvoir aussi recevoir de grands championnats ou des CSI de niveaux 4* ou 5*. Ce plan est le fruit de la volonté et des efforts déployés par un groupe de travail composés d’élus de la région Île-de-France, du département de Seine-et-Marne et de la communauté d’agglomération du pays de Fontainebleau, mais aussi de représentants de la FFE et du comité régional d’équitation d’Île-de-France, de la Société hippique française (SHF) et de l’Office national des forêts ainsi que des champions olympiques Roger-Yves Bost et Philippe Rozier. Le pays de Fontainebleau ayant officiellement obtenu le label Terre de Jeux, leur ambition partagée est de faire du site un centre de préparation aux Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 pour les délégations françaises et étrangères. “Compte tenu de la proximité immédiate du terrain de cross de la Salamandre, le Grand Parquet pourra accueillir les délégations concernées par toutes les disciplines équestres, ce qui sera un atout décisif”, ajoute Philippe Rozier.

Pour y parvenir, la rénovation doit se poursuivre. C’est pourquoi une deuxième tranche de travaux devrait débuter à l’automne prochain. Cette fois, il s’agira de travailler sur les espaces dédiés aux exposants commerciaux, en multipliant notamment les points d’accès à l’eau et à l’électricité, mais aussi de réunir les carrières des Princes et de Diane pour obtenir une deuxième piste en sable aux dimensions olympiques. Cela permettrait à la fois d’accueillir de très belles épreuves de saut d’obstacles, de plus grands concours de dressage, de même que de grands compétitions d’attelage, “ce qui n’est pas possible aujourd’hui”, rappelle Agathe Jolly, directrice du stade. Et surtout de soulager le Terrain d’Honneur, d’une manière générale en programmant jusqu’à trois cents passages de chevaux par jour sur le sable contre cent quatre-vingts sur l’herbe, mais aussi en cas d’intempéries. “C’est absolument essentiel à l’avenir de ce beau et vaste terrain en herbe”, juge Philippe Rozier. “On doit le protéger et ne le conserver que pour de très belles épreuves, ne serait-ce que pour garantir le bien-être de nos chevaux. Et il faut aussi continuer à agrandir les écuries. À une époque, j’ai été très inquiet pour l’avenir de ce stade essentiel à la région et à la France, mais aujourd’hui, je suis rempli d’espoir.”


© DR/Grand Parquet



Un Terrain d’Honneur en herbe mais moins pentu?

Roger-Yves Bost et Philippe Rozier lors du stage solidaire en faveur des clubs de la région.

© Scoopdyga

Ce Terrain d’Honneur, fierté et emblème de l’enceinte bellifontaine, pourrait ensuite faire l’objet d’une troisième tranche de travaux. Alors que certains souhaiteraient en faire une troisième immense piste en sable, Philippe Rozier estime, comme bien d’autres grands cavaliers et entraîneurs, qu’il faut le conserver en herbe, à condition, selon lui, d’en réduire la déclivité. “Avec deux très belles et vastes pistes en sable, il n’est plus nécessaire de se poser la question de l’ensablement du Grand Parquet, y compris dans une optique d’accueillir des championnats, pour lesquels deux pistes suffisent. Après m’être penché sérieusement sur le sujet, je pense aujourd’hui que c’est la pente qui pose réellement problème. À mon sens, il faudrait la réduire, donc couper la butte du haut. C’est en ce sens qu’ont évolué les autres grandes terrains en herbe de la planète. On continue d’ailleurs à y organiser de grands concours, même si je crois qu’ils ne pourront plus accueillir de grands championnats internationaux. Quoi qu’il en soit, le Terrain d’Honneur est aujourd’hui dans un état magnifique et prêt à accueillir les chevaux pour les concours à venir.”

A priori, il n’y a aucune inquiétude à nourrir sur le terrain politique. En effet, si le conseil communautaire de l’agglomération du pays de Fontainebleau a été assez largement renouvelé à l’occasion des élections municipales, dont le second tour de scrutin s’est tenu dimanche dernier, l’actuel président, Pascal Gouhoury, et son prédécesseur, Frédéric Valletoux, tous deux facilement réélus à la tête des communes de Samoreau et Fontainebleau, soutiennent pleinement ce projet et ses objectifs. C’est également le cas des élus fédéraux. “La FFE s’est mouillée en proposant aux collectivités de reprendre la gestion du Grand Parquet”, rappelle Emmanuel Feltesse. “Tout cela est toujours en cours et la FFE reste prête à s’engager, avec notre comité régional. Outre les compétitions internationales et nationales, le but est aussi d’avoir un stade capable d’accueillir tous les cavaliers de la région. Par exemple, si les choses avancent comme prévu, nous envisageons de créer un grand rassemblement estival d’amateurs qui pourrait être une déclinaison régionale du Generali Open de France de Lamotte-Beuvron. En outre, ce stade est un pôle d’entraînement idéal parce que très bien situé.”

En attendant, toutes les pistes sont prêtes à accueillir chevaux et cavaliers, d’abord à l’occasion du Fontainebleau Classic Summer Tour, du 17 au 26 juillet pour des épreuves nationales et des CSI 2*, 1* et Amateurs, puis du 27 août au 6 septembre pour l’Officiel de France Jeunes et des CSI 2*, 1* et Amateurs et Jeunes Chevaux, et lors du traditionnel CSI Vétérans du 18 au 20 septembre, des finales nationales SHF de dressage du 25 au 27 septembre, de la Grande Semaine de l’élevage de saut d’obstacles et de hunter du 29 septembre au 4 octobre, et enfin des courses nationales et internationales d’endurance du 16 au 18 octobre.

© DR/Grand Parquet