DANS LE RÉTRO: De l’apport du Selle Français dans le Holstein

La Körung, session d’approbation annuelle des étalons, est l’événement majeur du stud-book Holsteiner. Chaque année à Neumünster, un hippologue, expert national ou international, y est invité pour évaluer devant un large public le lot et la sélection des futurs pères, juste avant la proclamation du champion de l’année. En 2011, André Nepper, président du stud-book du Cheval de Selle Luxembourgeois (SCSL) et membre des commissions d’approbation des stud-books Zangersheide et La Silla, avait en charge cette mission. Il a alors largement souligné l’influence fructueuse du Selle Français dans le stud-book du Holstein. 



“Lors de la Körung de cette année, nous avons vu un très grand nombre d’étalons modernes, excellents sauteurs. Nous avons ici devant nous le lot des six meilleurs étalons, qui s’illustrent en tant que “Prämienhengste”. Je ne sais pas quelle place au classement le jury va leur attribuer. Mais indépendamment du classement, je voudrais revenir un peu en détail sur deux étalons. Tout d’abord, sur le numéro 1 du catalogue: Baracuda, par Baloubet du Rouet (SF) et une mère par Contender (petit-fils de Cor de la Bryère, SF, ndlr). Cet alezan au grand cadre et au magnifique modèle, avec trois allures de base élastiques, frappant surtout le galop, et avec beaucoup de charme, est un modèle d’aujourd’hui. La meilleure note lui a été attribuée pour le saut, en particulier pour l’excellente ouverture de son arrière-main sur l’obstacle (finalement, l’étalon terminera sixième, ne passera pas par les ventes aux enchères et restera dans les écuries de l’Association des éleveurs du Holstein, ndlr). Où que ce soit en Europe, il sera difficile de trouver un fils de Baloubet du Rouet à la hauteur de Baracuda. Pour moi, c’est le prototype du cheval moderne, qui, malgré sa robe alezane, mérite les meilleures juments dans le Holstein. Je sais que les éleveurs du Holstein émettent quelques réserves quant à la robe alezane. Mais n’hésitez pas, cet étalon est le meilleur exemple d’un alezan de toute beauté!

Ensuite, le numéro 18 du catalogue, Cascadello (Casall x Clearway x I Love You), un étalon exceptionnel avec beaucoup de présence, issu de l’étalon phare du Holsteiner Verband, Casall. Il a été très bien noté. Il dispose de bonnes allures de base, pleines d’énergie et, comme il est nécessaire pour le Holstein, d’une excellente aptitude au saut, récompensée par une super note. Il est également intéressant pour sa mère, descendante de Clearway et I Love You, un fils du chef de race Selle Français Almé.

En outre, je mentionnerai un troisième étalon, qui, bien que ne faisant pas partie du lot des étalons primés, ne me semble pas moins intéressant. C’est le numéro 71 du catalogue, Quiran par Quirado (Quidam de Revel, SF), une mère par Coriano (petit-fils de Cor de la Bryère) et une grand-mère par Carthago. Ces trois étalons représentent une symbiose réussie entre du sang du Holstein et la sang français. En effet, dans les veines de ces trois étalons retenus coule du sang français. Aussi, je tiens à saisir cette occasion pour dire quelques mots à ce sujet.



Le préjugé de la bouche difficile des Selle Français

En Allemagne, nous sommes souvent confrontés au préjugé selon lequel les chevaux français sont particulièrement difficiles dans leur bouche. Permettez-moi, chers éleveurs, d’exposer mon avis à cet égard. Je ne veux pas, bien sûr, le nier complètement, mais au moins le relativiser. J’ai eu l’occasion pendant dix-huit ans à Zangersheide, ainsi qu’en France, que ce soit dans la commission d’approbation ou lors du championnat des poulains, de collaborer avec des juges français. Et plus récemment, ces trois dernières années, en tant que juge étranger de l’approbation française de Saint-Lô, en Normandie. À cette occasion, j’ai remarqué que les juges français examinent en premier lieu le dos des chevaux. C’est seulement après que sont considérées les allures et l’élasticité. En raison de cette approche, les chevaux français avaient tous, presque sans exception, un dos très fort. Ils pourraient alors être dominés par des postérieurs disproportionnés. Comme on a attaché peu d’importance aux allures, je parle ici du galop, dans le passé, de nombreux chevaux français ont galopé sur le nez, ce qui a nécessairement eu des conséquences sur la constitution du cheval tel que je viens de le décrire.

À mon avis, le phénomène de la bouche muette ne peut donc être attribué qu’en partie à la bouche sensible du cheval. Peut-être faudrait-il mentionner aussi que l’équitation allemande ne convient pas tout à fait aux besoins des chevaux français. Toujours au sujet de la bouche muette, je ne veux pas vous priver de l’avis de mon ami François Mathy. Il pense, en tant qu’expert absolu de la France, que “les chevaux français sont plus faciles à utiliser par des cavaliers moins qualifiés.” Pour le jeune public, je rappelle que François Mathy a remporté la médaille de bronze en individuel aux Jeux olympiques de Montréal en 1976. Je tiens aussi à ajouter explicitement que les chevaux français ont un esprit combatif très développé, à un point dont aucune autre race de Demi-sang ne dispose certainement au niveau mondial. L’esprit combatif des Français est sans pareil!

Lors de mes visites à la Grande Semaine de Fontainebleau, l’équivalent des championnats de Warendorf en Allemagne, j’ai toujours remarqué la motivation de ces chevaux. Même s’ils sont beaucoup moins dressés pendant leurs premières années qu’aux Pays-Bas ou en Allemagne, ils ne laisseront pour autant jamais tomber leur cavalier. Même dans des situations précaires, il est extrêmement rare qu’un cheval français refuse de sauter. Cette volonté sans borne, le SF peut l’apporter à l’élevage, et ces attributs sont absolument nécessaires dans le sport de haut niveau d’aujourd’hui. Peut-être devriez-vous profiter encore plus de cet effet symbiotique, parfaitement démontré par Cor de la Bryère dans le Holstein, en utilisant dorénavant davantage de sang français. Il suffit de voir l’influence bénéfique de Quidam de Revel dans le Holstein. La qualité des dos a augmenté de façon très importante grâce à l’utilisation de cet étalon. C’est une chance qu’il ait réussi à fonder sa propre lignée d’étalons dans le Holstein.

Les souches maternelles parfaitement sélectionnées du Holstein devraient pouvoir compenser la majorité des aspects négatifs du Selle Français. Si l’on veut profiter des qualités mentionnées des étalons SF, comme le cœur et l’esprit de compétition, c’est-à-dire la volonté absolue de tout donner, il est indéniable qu’il faut aussi en accepter les revers. En revanche, je suis tout à fait convaincu que les souches maternelles idéalement exploitées du Holstein réduiraient de façon acceptable les déficits de type, d’allures et de maniabilité.



De l’audace

L’Association des éleveurs du Holstein a un atout très important par rapport à d’autres organisations: elle est la propriétaire d’environ 80% des étalons utilisés dans le Holstein. Cela permet une grande liberté de conception et donne la possibilité de contrôler la reproduction, au point d’être unique dans l’élevage européen. C’est la forte sélection, et non la région d’élevage elle-même, qui a apporté le succès mondial à la race Holstein. Vous devriez être un peu plus ouverts vis-à-vis du sang étranger. Un peu plus d’audace, et toutes les autres régions d’élevage du monde entier auront de sérieux soucis à se faire! J’en suis fermement convaincu. Peut-être que vous pourriez vous tourner aussi de temps en temps vers la Belgique. On y trouvera certainement aussi un étalon à l’influence positive sur la race Holsteiner. Renoncer à quelque chose de nouveau, c’est faire un pas en arrière.

Avant de terminer, permettez-moi de louer l’emploi des étalons Holsteiner en compétition, c’est-à-dire louer la gestion du cheptel d’étalons. Après Corrado et Cassini I avec Franke Sloothaak, c’est aujourd’hui Rolf-Göran Bengtsson, le champion d’Europe en titre, qui fait la renommée de la race Holstein au plus haut niveau avec Quintero et Casall. La joint-venture avec le haras La Silla d’Alfonso Romo contribue considérablement à cette réussite. La championne d’Europe par équipes de Madrid et gagnante du Grand Prix CSIO 5* d’Aix-la-Chapelle, Janne Friederike Meyer, présente aux côtés de Thomas Voss et d’autres cavaliers, des jeunes reproducteurs prometteurs. C’est sans précédent et exemplaire.

Enfin, j’aimerais émettre un grand compliment aux éleveurs du Holstein. En faisant un tour pour acheter des poulains, j’ai toujours remarqué que l’ensemble des éleveurs, peu importe la taille de leur élevage, connaissaient parfaitement les succès en compétition du père de leur poulain. Dans aucune autre région d’élevage je n’ai remarqué un tel intérêt des éleveurs pour le sport. Au vu de tout cela, je dirais que le Holsteiner Verband est bien positionné pour relever les défis de l’avenir et je suis certain que les chevaux de saut d’obstacles de la race Holstein continueront à jouer les premiers rôles en compétition.

Cet article d’archive est paru dans le magazine GRANDPRIX International n°67, en décembre 2011.

Envie de suivre toute l’actualité du monde équestre et de recevoir votre magazine chez vous tous les mois ? Retrouvez toutes nos offres abonnement à partir de 5,90€/mois sans engagement sur notre site http://abo.grandprix.info !