Accueil unanime et enthousiaste au Grand Parquet pour la reprise des compétitions

Ces premiers jours d’été signent le grand retour des compétitions au Stade équestre du Grand Parquet à Fontainebleau. A l’occasion de la première semaine du Fontainebleau Classic Summer Tour, nous avons rencontré Pascal Gouhoury, Président de la Communauté d’Agglomération du Pays de Fontainebleau, qui nous a fait part de ses ambitions pour ce terrain mythique et chargé d’histoire.



Le Petit Parquet a récemment été rénové. Êtes-vous heureux et satisfait du résultat ?

Oui, je suis très satisfait. C’est un travail qui a été entamé il y a près de 2 ans maintenant. L’idée a été de rassembler tous les acteurs du Grand Parquet autour de la table pour réfléchir à la pérennisation du site, avec l’objectif d’en faire une référence en Ile de France. Son histoire plaide bien évidemment pour lui mais nous avions besoin d’être accompagnés. Le Pays de Fontainebleau portait seul le site et ça commençait à être un peu lourd pour les 26 communes. C’est une réflexion qui a été menée collégialement : la Région, le Département, la Fédération Française d’Equitation, le Comité Régional Equestre d’Ile de France (le CREIF), l’Organisation Nationale des Forêts (l’ONF) et l’Ecole Militaire Equestre (l’EME) et bien entendu nos deux cavaliers locaux olympiques que sont Roger-Yves Bost et Philippe Rozier. Nous avons listé ce qui allait et ce qui n’allait pas et nous sommes mis d’accord sur le fait que si nous ne faisions rien, le site allait décliner. L’état des pistes ne permettait plus de retrouver un niveau de compétition international, il fallait investir. La première phase de ce plan d’investissement, qui s’étale jusqu’en 2024, a été l’ensablement du Petit Parquet avec une technique très moderne d’arrosage par capillarité. Ces travaux vont permettre d’accueillir les chevaux dans de meilleures conditions et de réduire les frais d’entretien. Je souhaitais envoyer un signal fort à la filière, et je crois que nous avons réussi puisque nous n’avons que des retours positifs depuis la réouverture du site. 

Est-ce que d’autres investissements sont prévus ?

Nous travaillons désormais sur la réunion des carrières de Diane et des Princes afin d’avoir une piste similaire en taille au nouveau Petit Parquet. Avec tous ces aménagements, nous allons pouvoir accueillir plus de chevaux. Il va donc falloir être en mesure de les loger sur le site, c’est pourquoi nous sommes en train de réfléchir à l’aménagement d’un espace extérieur au stade pour garer camions et vans et ainsi libérer de l’espace à l’intérieur.

Et, idéalement, en 2024, lors de la dernière phase d’investissement, nous aimerions pouvoir proposer aux cavaliers et organisateurs une piste couverte qui permettrait de rendre le Grand Parquet fonctionnel en toute saison.  

Pascal Gouhoury, Président de la Communauté d'Agglomération du Pays de Fontainebleau (à gauche) et Vincent Goehrs, Président du Fontainebleau Classic Summer Tour (à droite)



Quel est le rôle de la Communauté d’Agglomération du Pays de Fontainebleau dans la redynamisation du Grand Parquet ?

L’agglomération est propriétaire du site du Grand Parquet. L’ensemble des investissements est donc porté par cette dernière, soutenue financièrement par les collectivités et le Fond Eperon. Le rôle du Pays de Fontainebleau c’est donc de porter l’investissement et la gestion des espaces. 

Qu’est-ce que rapporte l’exploitation d’un tel site pour un territoire comme le Pays de Fontainebleau ? 

Le Grand Parquet est un pôle d’attractivité pour l’agglomération, c’est une véritable locomotive pour les restaurants, les hôteliers de Fontainebleau mais également des autres communes limitrophes au site. Le Pays de Fontainebleau compte plus de centres équestres que de communes ! 

On lit que le site de Versailles pour les JO 2024 pourrait être remis en question du fait de son coût et de l’absence d’héritage pour la filière équestre. Le Stade équestre du Grand Parquet a-t’il une carte à jouer ? 

Avant toute chose, c’est le Pays de Fontainebleau tout entier qui est Terre de Jeux pour 2024. Nous avons fait acte de candidature pour être accueil de délégations et c’est dans cet esprit qu’une dynamique est en train de s’installer. Je suis avec beaucoup d’attention ce qu’il se passe, c’est d’ailleurs pour cette raison que nous avons lancé ce programme d’investissement. Quel que soit son rôle dans l’organisation des jeux de Paris en 2024, le Grand Parquet sera de la partie.