“Créer une petite équipe, dans laquelle confiance et communication sont les premières richesses”, Pauline Guillem

Du 25 septembre au 4 octobre, la Grande Semaine de Fontainebleau se déroulera sur le stade équestre du Grand Parquet autour de trois disciplines, le saut d’obstacles, le style Hunter et le dressage. Pour cette dernière, Pauline Guillem vient armée de cinq jeunes montures. Installée depuis maintenant trois ans au sein des écuries du cavalier d’obstacles Timothée Anciaume, à Saint-Georges-sur-Fontaine, à treize kilomètres de Rouen, en Haute-Normandie, la jeune cavalière de vingt-sept ans brille sur les rectangles de dressage après avoir étudié le droit international en Allemagne et avoir collaboré pendant un an avec le studbook Hannovrien. Récente médaillée d’or en Pro 3 avec Don Easy, huit ans, (Hann, Don Frederico x Rubinstein) lors du championnat de France 2020 à Vierzon, l’amazone s’est confiée avant ses dix passages à Fontainebleau.



Après un passage sous la selle de Pauline, Fortius Lth Dressvalue retrouvera sa propriétaire.

© Xelashooting

Compte-tenu des circonstances de la saison 2020, la finale nationale de dressage jeunes chevaux SHF, habituellement tenue à l’École nationale d’équitation (ENE) de Saumur, sera exceptionnellement organisée sur le Grand Parquet de Fontainebleau. Comment vivez-vous ce changement ?

J’adore Saumur mais, pour autant, je n’y suis allée que deux fois, je n’ai pas eu le temps d’y prendre mes habitudes. Le Grand Parquet est une découverte et c’est un très bel endroit. Les chevaux sont dans des boxes non démontables, les pistes sont excellentes, tout va pour le mieux. Bonus non négligeable, l’endroit est plus près de notre écurie, ce qui implique moins de route et moins de fatigue… et, bien sûr, je suis plus que ravie que la Société hippique française (SHF) ait réussi à intégrer le dressage à la Grande Semaine de Fontainebleau en cette période compliquée ! 

Vous avez engagé cinq jeunes chevaux, dont quatre de quatre et cinq ans. Pouvez-vous nous parler de ces montures ?

Commençons par les quatre ans. Fortius Lth Dressvalue (Hann, Furst Belissaro x Bonifatius) appartient à une amie, Coralie Galoy, rencontrée au cours d’une formation d’instructeur (diplôme d'état supérieur de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport [DESJEPS], ndlr). Étant donné qu’elle avait moins de temps pour concourir, elle m’a proposé de sortir son hongre. Nous avons concouru au Mans en juillet dernier et il est prévu que Coralie reprenne son cheval à la fin des épreuves de ce week-end. Je suis heureuse d’avoir pu le faire avancer et je vais garder un œil dessus. Fitzerald Monroe (Hann, Franklin x Zonik) appartient à Guillaume Trubuil, de Crescend'horse. Je l’ai débuté au Mans, il y a trois semaines, et il est prévu que Guillaume le récupère aussi rapidement. C’est un hongre très agréable en selle, que je connais depuis plus d’un an. Enfin, il y a Loudzi Gold (Hann, Livaldon x Scolari) que j’ai achetée à trois mois lorsque je vivais en Allemagne. C’est une jument familiale, ma mère et moi l’adorons. Elle est encore toute jeune, nous lui laissons tout le temps nécessaire pour s’épanouir.

Magic Moment (Hann, Millennium x Don Bosco) enfin, a cinq ans. Vice-champion de France à quatre ans l’année dernière, il appartient aussi à Guillaume Trubuil. J’ai une relation particulière avec ce cheval et je le pense très talentueux. Je vais faire en sorte qu’il montre son plein potentiel ce week-end, en restant dans la décontraction. 

Quels seront les objectifs pour Barcelona de Malleret, six ans cette année ?

Barcelona de Malleret (Old, Bretton Woods x Diamond Hit) appartient au haras de Malleret, avec qui j’ai débuté un partenariat ce début d’année. C’est une jument encore verte mais pleine d’énergie et qui a beaucoup de capacités pour l’avenir. Le haras prête particulièrement attention à la préparation mentale et physique de ses chevaux et c’est très agréable de travailler avec eux. Après les épreuves classiques de la Grande Semaine, nous ambitionnons une sélection pour le championnat du monde. C’est un bel objectif mais chaque chose en son temps, la jument doit d’abord dérouler de belles reprises relâchées et être à l’aise dans ses épreuves.



“Je privilégie un rapport étroit avec mes chevaux et mes clients”

Vice-champion de France à quatre ans, Magic Moment semble promis à un bel avenir.

© Xelashooting

Comment avez-vous organisé vos entraînements et sorties en compétitions en cette année particulière ?

J’ai eu la chance de pouvoir suivre à la lettre mon programme de sorties post-confinement. Pour habituer mes chevaux à voir autre chose que mon écurie, j’ai pu compter sur d’autres professionnels basés dans les Yvelines qui m’ont ouvert leurs portes, à savoir Marietta Almasy (juge SHF de dressage, ndlr), Frédéric Ducay (de l’écurie Quixote France, ndlr), et ma coach Annick Dauban (juge 4* depuis fin 2019, ndlr). En temps normal, nous devons effectuer deux compétitions et donc quatre épreuves pour espérer une sélection pour la Grande Semaine. Cette année, la sélection se faisait seulement sur une épreuve d’un seul concours. 

Vous talonnez en nombre d’engagements la cavalière olympique Jessica Michel Botton (avec six chevaux) et l’élevage Massa (sept chevaux pour deux cavaliers, Antonien Denis et Renaud Ramadier). C’est un très beau positionnement sur le circuit, ressentez-vous une pression particulière ? 

Oui et non. On ressent de la pression par l’envie de bien faire surtout, car j’ai envie de dérouler de jolies reprises et de bien monter mes chevaux. Ce sont deux grosses écuries que j’admire, c’est sûr ; j’essaye juste de faire au mieux mon métier, que mes chevaux se sentent bien à la maison ou en compétition. J’évolue dans une petite écurie de quinze boxes seulement et je privilégie un rapport étroit avec mes chevaux et mes clients. Je cherche à créer une petite équipe, où la confiance et la communication sont les premières richesses. Claire Mathieu (propriétaire entre autres de Don Easy, ndlr) a été l’une des premières à me faire confiance, elle a participé à ce que mon système grandisse, et je me sens très chanceuse de l’avoir rencontrée. Je peux aussi compter sur le soutien de Guillaume Trubuil, Laure Bricou, et désormais sur le haras de Malleret.

Quelle sera votre équipe sur place ?

La plupart de mes propriétaires seront présents dans le respect des mesures sanitaires, et ce soutien m’est bien sûr très précieux. Je peux également compter sur ma groom Lucie Dieutre qui a été apprentie chez nous et collabore avec moi depuis maintenant deux ans et demi, sur Oriane Cordier Lago, ma préparatrice physique à la fois pour moi et pour mes chevaux et enfin sur Annick Dauban, mon extraordinaire entraîneur depuis un an et demi.

Quelle est la suite du programme après la Grande Semaine ?

Les chevaux vont se reposer, retrouver leurs propriétaires ou préparer l’échéance suivante. Nous visons le CDI 3* championnat de France des sept ans du Mans, du 16 au 18 octobre.