Eurojump lance une formation raccourcie et modernisée pour les professionnels et cavaliers de haut niveau

Centre de formation de pointe, Eurojump améliore sans cesse les conditions de formation de ses élèves. Cette année, la structure établi à Bazainville, dans les Yvelines, innove en proposant une formation raccourcie et modernisée aux professionnels et cavaliers de haut niveau.



Raphaël Goehrs.

© DR

C’est la rentrée scolaire chez Eurojump. Les élèves suivant le double cursus études et sport, et DE JEPS et sport, ont intégré le campus Eurojump, situé à Bazainville, dans les Yvelines. Chaque matin, ils sont une douzaine à se réveiller dans les installations de Raphaël Goehrs. Outre la formation des chevaux, dont le génial Victorio des Frotards, quasiment invincible avec le Suisse Steve Guerdat, et Coconut Zoetendaele Z, figurant cette saison parmi les meilleurs sauteurs de sept ans, et les plus jeunes, Raphaël, épaulé par sa compagne Élise Aaserud et son équipe, forme chaque jour les étudiants en s’adaptant au projet de chacun. Entre sport de haut niveau, BP JEPS et DE JEPS, tous trouvent ici leur place. 

En cette rentrée, Eurojump modernise sa formation réservée aux professionnels et aux sportifs de haut niveau, qui accueille cette saison sa quatrième promotion d’étudiants. Ce programme comprend une vingtaine de jours d’apprentissage, répartis sur six mois, de janvier à juin 2021, les lundis et mardis, une à deux fois par mois, et surtout l’hiver. 



“Chaque année, nous élargissons notre équipe d’intervenants”

Élise Aaserud

© DR

“Nous organisons des journées denses, car personne n’a le temps de perdre son temps”, décrivent Élise et Raphaël, chargés des formations. “Certains de nos élèves sont déjà à la tête de leurs propres structures, ou sont cavaliers de haut niveau, alors notre défi est de parvenir à les nourrir et les intéresser. Ils viennent souvent pour un diplôme, mais à tant faire d’être là, autant apprendre quelque chose. Nous proposons des ateliers de préparation mentale et physique, d’étude d’autres sports, culture générale équine, parfois oubliée dans les programme de passage des Galops, préparation des chevaux, mais aussi maréchalerie, kinésithérapie, ostéopathie et dentisterie. Chaque année, nous élargissons notre équipe d’intervenants afin d’ouvrir les horizons de nos élèves. Entrer en formation, c’est aussi prendre le temps de se poser les bonnes questions sur son organisation et ses capacités, d’écouter et de découvrir d’autres systèmes et d’évoluer. Cette formation raccourcie n’a pas vocation à créer l’entraîneur de demain de A à Z, mais à aider ceux qui le souhaitent à évoluer, à repenser et à moderniser leur enseignement ainsi que leur approche du cheval et de l’élève.”



Lors des examens de certification du DE JEPS, on attend des candidats la création d’un dossier retraçant l’année d’entraînement d’un élève, celui-ci faisant l’objet d’une soutenance devant un jury, mais aussi qu’il soit capable d’optimiser des performances sur le court terme. Pour cela, un élève inconnu de l’étudiant se présente et enchaîne un parcours devant le jury. Il est alors demandé au candidat de débriefer, de faire travailler et d’améliorer la prestation du cavalier. Depuis l’an dernier, cinq classements en Grands Prix à 1,25m ou plus donne l’équivalence du passage des tests techniques. Dans ce cas, la formation se fait quasiment sans cheval. Cependant, pour ceux qui le souhaitent, un travail à cheval peut contribuer à leur perfectionnement.  

Renseignements auprès de Raphaël Goehrs: 
+ 33.(0)6.85.56.21.65; [email protected].
Voir également www.eurojump.eu ou www.dejeps-equitation.fr