Chacco-Blue loin devant en jumping, tandis que Grafenstolz et Johnson détrônent Contendro et Jazz en complet et dressage

La Fédération mondiale de l’élevage de chevaux de sport (WBFSH) vient de publier ses classements 2020 des meilleurs pères de gagnants internationaux dans les trois disciplines olympiques. On y observe quelques légers changements, bien que les grands noms demeurent sensiblement les mêmes qu’en 2019. Vu les perturbations causées par la pandémie de Covid-19, même si elles prennent aussi en compte les performances obtenues de mars à octobre 2019, à l’instar des classements édités par la Fédération équestre internationale, ces statistiques sont sûrement moins probantes qu’à l’accoutumée. Elles n’en demeurent pas moins intéressantes à analyser.



Chacco-Blue toujours aussi dominateur

Pour la troisième année consécutive, c’est Chacco-Blue (18 438) qui occupe la première place du classement des meilleurs pères de gagnants internationaux en saut d’obstacles. L’étalon inscrit au stud-book Mecklembourgeois caracole en tête grâce notamment à Chalou (1060 points), très régulièrement classé en CSI 4* et 5* avec l’Italien Emanuele Gaudiano, Chapilot (725), hongre Hanovrien primé au Mexique avec le Brésilien Rodrigo Lambre, et la jument KWPN Brown Sugar (703) pilotée par le Jordanien Hani Kamal Raji Bsharat. Le SF Diamant de Semilly (11 375) conserve sa deuxième place au, notamment grâce aux 785 points du Selle Français Union de la Nutria, partenaire du Mexicain Alberto Sánchez-Cozar, aux 585 points de l’étalon Z Dominator 2000, monté par l’ex-numéro un mondial allemand Christian Ahlmann et aux 435 points engrangés par la jument SF Villamoura, de l’Israélienne Sydney Shulman. Pour sa part, le BWP Toulon (7 194) a grappillé un rang pour s’installer à la troisième place. Cette remontée s’explique par les bons résultats de sa fille Kiana van het Herdershof (600) avec l’Allemand Daniel Deusser, de Delux van T&L (505) avec le Belge Niels Bruyneels, et enfin de Visconti du Telman (415), qui s’illustre sous la selle de Kevin Staut.

Le Selle Français Mylord Carthago*HN (6 924) a grimpé de six places en un an pour se retrouver au pied du podium. Parmi ses produits phares, citons les SF Vertigo du Désert (660), excellent avec la Portugaise Luciana Diniz, Alibi de la Roque, couronné de succès avec Julien Épaillard (600) et Utopie Villelongue, régulièrement classée en Grands Prix avec Max Thirouin (570). Quant au Holsteiner Casall (6 828), il perd deux places et s’intercale au cinquième rang. Néanmoins, sa fille Beautiful Red montée par le Mexicain Salvador Oñate et ses fils Caillou 24, piloté par l’Américaine Karl Cook, Oak Grove’s Carlyle, valorisé par le Néerlandais Jeroen Dubbeldam, comptent respectivement 605, 420 et 395 points. Le regretté Holsteiner Berlin, ex-Caspar (6 495), s’octroie trois places et remonte au sixième rang. Le sBs Kashmir van Schuttershof (5 515) tombe à la septième place. Le Holsteiner Cardento (5 234), chef de race en Suède, conserve sa huitième place. Neuvième, Nabab de Rêve (5 090) perd quant à lui deux rangs. Enfin, Diarado (4 941) referme ce top dix, en hausse de dix places en un an.

Plus loin au classement, on retrouve les SF Quidam de Revel (4 291), quatorzième, Zirocco Blue (ex-Quamikase des Forêts)(3 795), seizième, Baloubet du Rouet (3 170), vingtième, Quick Star (1 618), quarante-neuvième, Jarnac (1 170), quatre-vingt-troisième, Nervoso (1 165), quatre-vingt-quatrième, Apache d’Adriers (1 053) , quatre-vingt-treizième, Flipper d’Elle (1 010), qui nous a récemment quittés, et enfin Open Up Semilly (993), quatre-vingt-dix-neuvième.

Classement des 100 meilleurs pères de gagnants internationaux en saut d'obstacles

Classement des 50 meilleurs pères de gagnants avec leurs meilleurs produits



Jonhson a tué le père !

Petite surprise au sommet du classement de dressage, puisque Johnson a détrôné son propre père, Jazz. L’étalon KWPN (15 768) le doit notamment aux performances des KWPN Meggle’s Boston (1928 points), Hexagon’s Double Dutch (1916) et Boston STH (1879), montés au niveau Grand Prix par les Néerlandais Matthias Bouten, Thamar Zweistra et Denise Nekeman. Relégué à la deuxième place, le KWPN Jazz (11 906) est toujours bien représenté par Zephyr (1524), excellent avec la multi-médaillée néerlandaise Adelinde Cornelissen, Arthur (1373), partenaire de la Canadienne Jill Irving, et Farrington (1166), monture de l’Américain Michael Pineo, tous issus du stud-book KWPN. L’Oldenbourgeois Sandro Hit (9 871) conserve sa troisième place, particulièrement grâce à Sir Donnerhall II (2014), l’excellent Oldenbourgeois de la Française Morgan Barbançon-Mestre, au Hanovrien Statesman (1774), cheval de Grand Prix de la Canadienne Naima Moreira Laliberté, au Rhénan Sebastien (1719), partenaire d’une autre Canadienne, Lindsay Kellock.

L’étalon DSP Quaterback (9 158) a grappillé une place pour s’installer au quatrième rang, aidé en cela par les résultats des Brandebourgeois DSP Quantaz (1844) et Bartlgut’s Quebec (1248), ainsi que par le Hanovrien Quater Back Junior FRH (1775), respectivement montés par l’impératrice allemande Isabell Werth, l’Autrichienne Ulrike Prunthaller et le Luxembourgeois Nicolas Wagner. Florencio  (8 373) a intégré le top dix, lui qui occupait auparavant la onzième place en 2019, grâce en partie à l’Oldenbourgeois Fackeltanz Old (1695), à la Westphalienne Fräulein Auguste MJ (1681) et au KWPN Charlie (1271). Les KWPN Desperado (2299), partenaire de la Néerlandaise Emmelie Scholtens, Glock’s Dream Boy (1081) et Diesel 8 (1071) permettent à Vivaldi (7 990) de gagner trois places pour maintenant occuper le sixième rang. Rien ne change pour le Rhénan Fidertanz (7 827), toujours septième. L’Oldenbourgeois Don Schufro (7 781), fils du chef de race Donnerhall et père de la multi-médaillée Weihegold (2753), fidèle complice d’Isabell Werth, a gagné deux places pour s’installer à la huitième. L’Oldenbourgeois San Amour (7 646), fils de Sandro Hit, a grimpé de la seizième à la neuvième place. Et le chef de race Hanovrien De Niro (6 921), jadis en tête du classement, et encore quatrième en 2019, referme désormais le top dix.

Pour la France, notons aussi la présence de l’étalon Lusitanien Qing de la Font (1 725), né en France chez Sylvain Massa, à la soixante-septième place. Qing est notamment le père d’Aron de Massa (1254) et Ultimo de Massa, qui concourent en CDI le premier avec les Brésiliens Victor Marcari Oliva et Elias Marinho et l’autre avec le Brésilien André Ganc.

Classement des 100 meilleurs de gagnants internationaux en dressage

Classement des 50 meilleurs pères de gagnants avec leurs meilleurs produits

Johnson

© DR/Team Nijhof



Grafenstolz poursuit son ascension

Il y a aussi du mouvement à la tête du classement des meilleurs pères de concours complet, puisque Grafenstolz (588) a pris la première place, grâce au jeune premier Lordship’s Graffalo (87), monté par la Britannique Rosalind Canter, Grafennacht (85), vue sous la selle du multi-médaillé anglais William Fox-Pitt, et à l’étalon SF Bakar de l’Océan LA (70), piloté par le Français Louis Seychal. Diarado (512), dixième du classement de jumping, est ici deuxième grâce à QC Diamantaire (87), Oldenbourgeois monté par l’Américain Sydney Elliott, JL Dublin (73), piloté par la Britannique Nicola Wilson, et Diabolo (71), performant avec l’Australienne Gemma Tinney, tous deux issus du stud-book Holsteiner. Le Selle Français Cadet de Béliard (85), en progression vers le haut niveau avec Thomas Carlile, et les Anglo-Arabes Vassily de Lassos (82), monture du champion australien Andrew Hoy, et Vésuve d’Aveyron (77), excellent au niveau 3* avec le Néerlandais Bjinse Venderbosch, permettent à Jaguar Mail (488) de rester solidement arrimé au podium.

Premier l’an dernier, Contendro (474) a chuté à la quatrième place. Parmi ses meilleurs produits figurent Fischer Chipmunk FRH (129), le crack Hanovrien du champion allemand Michael Jung, C’est la Vie 135 (111), Hanovrien de l’Américain Woods Baughman, et Cato 60, Holsteiner de la Suédoise Louise Romeike. Obos Quality (402), lui, a gagné cinq rangs et s’est installé à la cinquième place, comptant notamment sur les points apportés par les ISH Class Affair (83), cheval de tête de la Britannique Zara Tindall, Obos Take One (47), piloté par l’Irlandaise Suzanne Hagan, et Ballyvillane Obos (42), jeune hongre de sept ans déjà victorieux d’un CCI 3*-L avec l’Irlandais Daniel Alderson. Comme son fils Diarado, Diamant de Semilly (311) figure lui aussi parmi les meilleurs pères de complétistes, à la sixième place. Le SF a notamment produit Toledo de Kerser (111), excellent avec le jeune prodige britannique Tom McEwen, ainsi que Viamant de Matz (92), le nouveau crack de l’Allemande Sandra Auffarth, et le jeune KWPN Hampton P (32), piloté par le Français Christopher Six. Un autre SF, Nouma d’Auzay (307), et le Holsteiner ARS Vivendi (302) ont signé leur entrée dans le top dix, aux sept et huitième places. Nouma le doit à Tzinga d’Auzay (124) et Voilà d’Auzay (88), excellents partenaires de Mathieu Lemoine et Jean Teulère et nés comme lui chez Laurence et Patrick Blanckaert, ainsi qu’à Banzaï du Loir (65), associé à la Britannique Yasmin Ingham. Belle progression pour le Holsteiner Mighty Magic (277), passé de la vingt et unième à la neuvième place. Landos (262), issu du même stud-book et père de London 52 (105), récent vainqueur du CCI 5*-L de Pau avec la Britannique Laura Collett, ferme le top dix.

Les Selle Français ne sont pas en reste en complet, puisque Quamikase des Forêts (162), déjà présent en jumping, est ici trentième, de même que Mylord Carthago (115), cinquante-septième. Citons encore Harlequin du Carel (105), soixante-septième, Quppydam des Horts (96), quatre-vingt-deuxième ex æquo avec l’Anglo-arabe Fusain du Defey (96), sans oublier Opium de Talma (93) et Hermès de Rêve (90), qui se suivent aux quatre-vingt-sept et huitième place, et Milor Landais (88), quatre-vingt-seizième.

Certains sires se distinguent par leur présence dans le top cent de deux disciplines. C’est le cas, en saut d’obstacles et complet, des SF Diamant de Semilly, Quamikase des Forêts et Mylord Carthago, des Holsteiners Diarado, Casall, Quality 9, Clarimo et Indoctro, des Oldenbourgeois L’Arc de Triomphe et Balou du Rouet, des KWPN Kannan, Verdi et Ustinov, des BWP Tangelo van de de Zuuthoeve et Vigo d’Arsouilles, du Rhénan Zandor et du Mecklembourgeois Chacco-Blue. Le Rhénan Fidertanz et l’Oldenbourgeois Sir Donnerhall connaissent du succès en complet et dressage. Enfin, fait plus rare mais d’autant plus notable, le Holsteiner Contendro I se retrouve dans le top cent des trois classements !

Classement des 100 meilleurs pères de gagnants internationaux en concours complet

Classement des 50 meilleurs pères de gagnants internationaux avec leurs meilleurs produits

Graffenstolz