Hypnose Grez Neuville, l’atout cœur de Didier Dupeyrat pour le complet

Éleveur renommé de chevaux de dressage, Didier Dupeyrat n’en demeure pas moins un vrai passionné de concours complet, qui a fondé son élevage dans cette optique. En 2020, son travail de très grande qualité a été récompensé dans les deux disciplines. En effet, sa belle Hypnose Grez Neuville a obtenu, avec classe, le titre de championne de France des Espoirs du Complet, le mois dernier au Lion-d’Angers. On devrait se la retrouver dès l’an prochain sur le Cycle classique.



Le sang, ingrédient indispensable pour le concours complet

Darmani (Conrad), sœur utérine d’Hypnose, aborde les CCI 3* avec Hélène Vattier.

© Pauline Chevalier

L’élevage Grez Neuville est né il y a dix ans. C’est l’œuvre de la famille Dupeyrat, installée à… Grez-Neuville, village voisin du Lion-d’Angers, en Maine-et-Loire, haut lieu de pratique du concours complet. Didier Dupeyrat s’est d’abord mis en quête de chevaux pour équiper des deux filles cavalières – sur trois enfants. Après avoir acheté Whatelse*de Saint Val (KWPN, Gribaldi x Rosenkavalier), le Ligérien s’est rendu à la vente aux enchères de l’élevage indrois de Jean-Luc Gaillard, spécialisé dans les chevaux de course Pur-sang, AQPS et Anglo-Arabes. “Lors de cet événement, j’ai repéré Rue de l’Étoile (Ps, Olympic Boy x General Holme), une petite Pur-sang pas très puissante mais avec une énergie hors du commun. Elle a montré une réelle envie de sauter et de ne pas toucher les barres. Elle s’est montrée guerrière”, se souvient Didier Dupeyrat. “Je l’ai achetée elle, ainsi que Youssirone (AA, Youssouf x Iron Duke, Ps).”

À Grez-Neuville, Whatelse a donné naissance à Darling, troisième de la finale du Cycle libre des chevaux de dressage de quatre ans avec Étienne Guinot en 2017 à Saumur, et Ébène, deux propres sœurs Selle Français par Don Juan de Hus (ex-Diovannie, KWPN, Jazz x Krack C). Puis sont venus au monde Famous Grez Neuville, un très bel étalon Selle Français par Negro qui a cumulé les prix dès son plus jeune âge, Gem, propre sœur de celui-ci, Harpège (SF, Danciano), récemment sacrée championne de France des chevaux de trois ans à orientation dressage avec Jessica Michel, Inblack (SF, Fürsten-Look), vice-championne des deux ans à vocation dressage, et enfin la foal Jealous (SF, Negro). Pour sa part, Youssirone a engendré trois produits SF successifs de Don Juan, Dior de Grez Neuville, cinquième du championnat des six ans l’an passé avec Clémentine Dhennin Giraud, Emporio, vu sur le Cycle libre l’an passé, et Fidji, poulinière à l’élevage, puis Invictus, un fils SF de Van Gogh du Val (SF, Fürst Romancier x Wolkentanz), et le tout jeune Kenzo (SF, Famous Grez Neuville).

Pour le concours complet, l’élevage angevin s’appuie sur Rue de l’Étoile. La jolie Pur-sang a été mise à la reproduction après le départ à l’étranger d’une des filles de Jean-Luc, pour y suivre des études.  “Étoile transmet son énergie, sa volonté et son fantastique moteur. J’ai donc cherché des étalons capables d’apporter du modèle et de la force à ses produits SF. C’est pourquoi nous l’avons d’abord croisée avec Conrad, qui s’est brillamment illustré avec Grégory Wathelet (vice-champion d’Europe de jumping en 2015 à Aix-la-Chapelle, ndlr). La première année, nous avons eu Chanel, une pouliche mise directement à la reproduction. Cette année, elle nous a donné Karl (SF, Chilli Willi), vice-champion des foals mâles âgés SF cette année.” Rue de l’Étoile a ensuite produit Darmani (Conrad), qui aborde les CCI 3* avec Hélène Vattier. “Après, nous avons opté pour Adagio de Talma (SF, Lamm de Fétan x Contender), ce qui a donné Fan de Grez Neuville, acheté à trois ans par Luc Château.” Après avoir eu cette année un poulain de Propriano de l’Ébat (ICC 156, SF, Clown du Chesnay x Mistigri), le crack de Luc, elle sera patiemment formée par le cavalier, qui il fonde de grands espoir en elle.

Rue de l’Étoile est suitée de Fan de Grez Neuville, qui entame sa formation avec Luc Château.

© Les Garennes



De la force sur du sang, un croisement qui fait des étincelles

Hypnose lors du test de saut monté de la finale des Espoirs du Complet.

© Les Garennes

Pour le croisement suivant, Didier Dupeyrat a suivi les conseils de sa fille Lise, qui a travaillé chez Gregory Wathelet et côtoyé Taalex (Bav, Tangelo van de Zuuthoeve x Alexis Z), classé jusqu’en Grands Prix CSI 5* avec Grégory et son compatriote Constant van Paesschen. “C’est un cheval formidable”, confie Lise. “Il a un mental en or, une immense gentillesse et beaucoup de force. J’ai pensé qu’il conviendrait parfaitement à Étoile, qu’il lui apporterait la zénitude dont les chevaux de complet ont besoin sur le rectangle de dressage et la force pour le saut d’obstacles. Nous avons opéré deux fois ce croisement et obtenu Hypnose et Idylle, qui ont toutes les deux de la force, mais aussi de l’os, ce qui permet d’assurer une certaine solidité physique indispensable en complet.” Didier a tout de suite été séduit par Hypnose. “Déjà foal, c’était une pouliche très proche de l’homme et très câline, qui préférait venir se faire papouiller par les humains que de rester avec sa mère. Elle a du caractère mais un bon caractère, un mental de guerrière et une grande générosité. Elle donnera tout à son cavalier, surtout si elle évolue en confiance et dans le cadre d’une vraie complicité.”

Jolie et très chic, la baie a été débourrée chez Orlane et Mathieu Nadot, que Didier Dupeyrat a choisi pour leur formidable approche, mêlant délicatesse, patience et bienveillance. “Je les remercie car ils ont été de vrais acteurs de la montée en puissance et de l’éclosion de notre championne. Je la leur ai confiée à la sortie du pré, six semaines avant la qualificative de Saumur. Là, elle a terminé cinquième et été désignée réserviste pour la finale au Lion, car elle était très verte. Moi j’étais déjà content de voir ma jument ainsi mise en valeur, surtout que le travail d’Orlane et Mathieu a été accompli dans le respect de son intégrité physique et mentale.” Après la qualificative, Hypnose est restée un mois à l’écurie Nadot pour poursuivre son apprentissage. “Elle a beaucoup pris en maturité. Mathieu a tout de suite noté qu’il avait affaire à une jument qui se transcenderait en piste et qu’elle s’y mettrait nettement plus en valeur que dans le travail quotidien”, dit encore l’éleveur.

À l’occasion des Espoirs du complet, mi-octobre au Lion-d’Angers, en marge du Mondial des six et sept ans, Hypnose a offert une réelle démonstration dans tous les tests, obtenant 17,09 de moyenne, 17 au saut en liberté, 16,9 au modèle et 16,25 au saut monté. Aussi, son titre de championne de France est apparu logique et bien mérité. “Hypnose représente un réel aboutissement pour mon élevage, dont le but premier est de produire des chevaux destinés au complet. Elle cumule classe de galop, locomotion, amplitude et respect de la barre”, s’enthousiaste Didier. “Cette victoire, qui a mis en avant mon élevage, m’a procuré une énorme émotion. J’ai été très touché. Cette finale met en avant les élevages réellement destinés à cette formidable discipline. Le complet n’est pas un sport pour mauvais chevaux de saut ou de dressage. Il faut réellement produire avec de la force, des allures et une galopade avec amplitude. Et il faut garder le sang et en remettre! Le sang et encore le sang!”

Didier Dupeyrat est très fier de la mise en avant de son élevage, et plus généralement de ceux qui font naître des chevaux spécifiquement destinés au complet.

© Les Garennes



Arnaud Boiteau et l’IFCE, le choix du cœur

L’an prochain, la belle pépite changera de selle mais restera en France. “Pour la première fois, j’ai eu le choix car j’ai eu beaucoup de demandes, avant et pendant le concours. Je n’ai pas voulu la présenter à la première vente aux enchères organisée par le Stud-book Selle Français car je voulais choisir chez qui elle partirait. Pour autant, je salue cette initiative même si le succès n’a pas été au rendez-vous”, ajoute l’éleveur, qui s’est finalement laissé séduire par la proposition d’Arnaud Boiteau et de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE). “J’ai bien connu les parents d’Arnaud, qui habitaient à deux kilomètres de chez moi. Jean a tellement œuvré pour cette discipline et Arnaud est un homme en or alors leur vendre ma pouliche était comme un double hommage.”

Naturellement, le fidèle écuyer est aux anges. “J’ai repéré la jument lors du saut en liberté”, explique-t-il, “mais son pedigree m’avait déjà tapé dans l’œil. De fait, comme je le dis depuis de nombreuses années, croiser un étalon de saut d’obstacles, doté d’un beau modèle et de force, à une jument Pur-sang ou Anglo-Arabe est pour moi la récette quasi parfaite pour produire un bon cheval de complet. En liberté, Hypnose montre de beaux moyens. J’ai appelé Serge Cornut (dresseur, juge et entraîneur national adjoint en charge du dressage, ndlr), qui l’avait jugée à tous les ateliers pour lui demander son avis. Je suis heureux que l’IFCE ait pu acquérir cette belle pouliche. Désormais, elle doit grandir et se développer. Pour le moment, elle est dominée par son arrière-main, ce qui est normal à son âge. Elle est arrivée à Saumur il y a quelques jours. Je l’ai montée pour avoir un premier ressenti. Elle est droite et elle a une super tête. On sent qu’elle a été parfaitement débourrée par Mathieu Nadot. Elle a le profil d’un cheval de concours avec du sang mais une tête posée, ce qui est capital… Je le vis en sens inverse avec Quoriano*IFCE (ICC 163, Coriano x Prince du Logis, AA). Dans l’immédiat, avec le confinement et l’arrivée de l’hiver, nous avons choisi de la remettre au pré. Avec cette finale des Espoirs, son apprentissage est déjà très avancé. Nous allons la préparer patiemment, et j’espère qu’elle aura une aussi belle carrière que son début d’histoire le suggère.” 

Après avoir engendré le SF Kœur, un fils de Famous Grez Neuville, “qui saute très bien et apporte force et équilibre malgré ses origines orientées vers le dressage”, selon son naisseur, Rue de l’Étoile pourrait encore produire quelques poulains destinés à briller en complet. “J’attends avec impatience la prochaine trouvaille de ma Lise!”, sourit-il en guise de conclusion. Quant à Hypnose, elle reviendra chez son éleveur une fois sa carrière sportive terminée, afin de prendre la relève de sa mère et pérenniser cette très prometteuse souche.