Passionnément Genève : Sidney Dufresne et Looping de Buissy récidivent en 2016

Si la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 n’en avait pas décidé autrement, le CHI de Genève battrait son plein à Palexpo. À travers quatre émissions retransmises en direct sur GRANDPRIX.tv, la troisième étant programmée ce soir à 18h30, les organisateurs ont souhaité entretenir la flamme de cet événement majeur, qui attire chaque automne le gratin du saut d’obstacles, mais aussi du concours complet et de l’attelage. De son côté, GRANDPRIX a choisi de remettre en lumière, texte, photos et vidéos à l’appui, quatre des nombreuses victoires qui ont marqué l’histoire récente du rendez-vous suisse. Aujourd’hui, retour sur la seconde victoire pleine de panache de Sidney Dufresne et Looping de Buissy dans le cross indoor de l’édition 2016.



© Scoopdyga

En matière de cross indoor, épreuve mêlant obstacles fixes, naturels et parfois classiques qui a permis de faire entrer le concours complet dans les grands halls, les Français sont redoutables. Cette compétition spectaculaire et à la mise en scène soignée est apparue au programme du concours hippique international de Genève pour la première fois lors de sa cinquante-quatrième édition, en 2014, les organisateurs mettant à profit la vaste piste de Palexpo, son lac et sa butte. Eddy Sans, déjà vainqueur de la première édition du Derby indoor de Bordeaux, en février 2014, a alors confirmé ses talents de pilote en l’emportant devant plusieurs stars de la discipline, associé à Nankin de la Hurie. Venus en nombre, les cavaliers tricolores ont assuré le show sur un parcours conçu par Peter Hasenböhler, sur la piste mais aussi le grand paddock de détente. Au mérite d’excellents sans-faute, Thomas Carlile, associé à Sirocco du Gers, et Karim Florent Laghouag, sur Pégase du Tuc, se sont classés troisièmes et quatrièmes, juste derrière le Néerlandais Tim Lips.

Les deux années suivantes, le public du CHI Genève assiste à deux superbes victoires de Sidney Dufresne et Looping de Buissy, seul couple à avoir inscrit deux fois son nom au palmarès. En 2015, le Francilien et son gris arrivent en Suisse dans les meilleures disposition, ayant gagné le cross indoor du CHI de Stuttgart trois semaines plus tôt. Parti à mi-épreuve, très tard dans la nuit du 12 au 13 décembre, le Français, alors expatrié en Grande-Bretagne, est le cavalier qui se rapproche le plus du temps idéal de 147 secondes fixé par le chef de piste. Il devance alors l’Allemand Dirk Schrade, ouvreur avec Boleybawn Prince. Comme l’année précédente, les Bleus signent un joli tir groupé, les trois et quatrième places revenant à Karim Laghouag et Nicolas Touzaint sur Punch de l’Esques et Lesbos. Cette deuxième édition est une véritable réussite en termes de sport et de spectacle. D’ailleurs, une bonne partie du public est resté jusqu’au bout… à plus d’1h du matin!

© Scoopdyga



“Tout cela permet à un nouveau public de s’intéresser au complet”

Karim Laghouag et Punch de l’Esques

© Scoopdyga

Le 10 décembre 2016, rebelote. Sidney Dufresne fait une fois de plus retentir la Marseillaise. Toujours associé à Looping de Buissy, alors âgé de dix-sept ans, le champion sort de piste avec un seul point de pénalité, coupant la ligne d’arrivée en 184’’25. Cette fois, il devance Aurélien Leroy, deuxième sur Rhexia de Petra, qui écope de deux points. La Belge Lara de Liedekerke ajoute une touche féminine au podium, bouclant son tour avec trois points sur Averouge des Quatre Chênes. À vrai dire, ces deux victoires consécutives ne doivent rien au hasard. “Nous préparons Looping toute la saison pour ces concours indoor qu’il adore”, raconte Sidney quelques semaines plus tard. “Je l’engage un peu en saut d’obstacles. Pour le reste, il a la belle vie avec un peu de trotting et de galop. Il prend la vie en s’amusant et ne se sent jamais aussi bien qu’en concours. En piste, c’est un extraterrestre: il comprend tout, cherche les obstacles et se montre naturellement très respectueux. Chaque épreuve est un plaisir!” Un plaisir partagé avec le public, qui encourage vigoureusement tous les concurrents.

En outre, le cavalier salue cette innovation, qui offre une magnifique vitrine à sa discipline. “J’aime ce nouveau circuit indoor et l’ai toujours dit. L’automne dernier, j’ai donc été très heureux d’être réinvité à Stuttgart. Ensuite, les concours de Paris et Genève ont proposé deux parcours différents que j’ai courus avec beaucoup de plaisir. Quand on dispose d’un cheval adapté, c’est passionnant à monter. Même si c’est un autre sport, c’est bon pour nous. Outre les bonnes dotations, ces épreuves simples à comprendre se disputent dans le cadre de très beaux concours et devant un grand nombre de spectateurs. Elles sont également très suivies à la télévision ou sur internet. Tout cela permet à un nouveau public de s’intéresser au complet. Cela représente une médiatisation très importante vis-à-vis du public et des sponsors. En tant que cavaliers, nous ne pouvons qu’approuver!”

En 2017 à Palexpo, Karim Laghouag signera la quatrième victoire français consécutive en selle sur son crack Punch de l’Esques. Cette année-là, Sidney et Looping terminent troisièmes. La série prend fin en 2018 avec le triomphe de l’Irlandais Padraig McCarthy avec Rosemaber Lancuest, imité en 2019 par son jeune compatriote, Cathal Daniels, associé au redoutable Alcatraz. Vivement 2021.

Revivez la magnifique seconde victoire du couple en 2019