Rythmée de grâce et de tourments, la vie de Totilas s’est arrêtée

La mort du légendaire Totilas, emporté par des coliques dans la nuit de lundi 14 décembre, a été annoncée aujourd’hui par Eurodressage.com. Âgé de vingt ans, il aura marqué pour toujours l’histoire du dressage en ne faisant qu’un avec le Néerlandais Edward Gal. Cédé pour une somme record à l’apogée de sa carrière, il n’a ensuite plus jamais retrouvé le même éclat sous les couleurs de l’Allemagne et la selle de Mathias Alexander Rath. Blessé coup sur coup, il est sorti de scène sur une blessure, face à son public déconfit, aux Européens d’Aix-la-Chapelle. Retour sur le destin fait de paillettes et de scandales d’un génie inoubliable. 



Totilas a crevé l'écran aux Européens de Windsor, en 2009.

© Scoopdyga

Il y avait lui et les autres. Dans un rectangle de dressage, Totilas volait la vedette à tout le monde. On dit d’ailleurs souvent de lui qu’il est le meilleur cheval que le dressage moderne ait connu. En tout cas, lui et Edward Gal auront donné les frissons et même fait couler des larmes à un public averti, comme à des non-initiés. Dans la nuit du lundi 14 décembre, Totilas s’est envolé, mais pas sur une diagonale d’allongement au trot cette fois. À vingt ans seulement, le légendaire étalon noir a été emporté par des coliques. Si ses milliers d’afficionados pleurent aujourd’hui, ce n’est exceptionnellement pas parce qu’il les a subjugués par son charisme lors d’une reprise. 

Fruit du croisement entre Gribaldi et Lominka, Totilas voit le jour aux Pays-Bas, chez Jan Schuil et Anna Visser. Débuté par Jiska van den Akker, Totilas fait d’abord parler de lui en concluant les championnats du monde Jeunes chevaux de Verden au quatrième rang. Cédé au millionaire Cees Visser à l’issue de cette échéance, l’étalon noir est ensuite confié à Edward Gal. Rapidement, le couple impressionne et s’impose lors du championnat néerlandais en 2009, avant d’être sélectionné pour les Européens de dressage de Windsor. On qualifie alors l’étalon “d’extraterrestre”, ou même “d’elfe noir”. “Le ténébreux Moorland Totilas trottait comme jamais personne n’avait jamais vu un cheval trotter. […] Les mots manquent pour décrire le merveilleux spectacle offert par ce couple improbable. Caressant délicatement le sable de ses sabots, cet énigmatique danseur a fait chavirer le cœur du public”, lisait-on notamment dans les colonnes de GRANDPRIX à l’issue de ce championnat. Pour cause, à seulement neuf ans, Totilas y survole la compétition, parvenant même à établir un nouveau record du monde du Grand Prix à 84,085%, peu après avoir battu celui de la Libre au CDI 5* d’Hickstead avec 89,4%. Depuis, la Britanique Charlotte Dujardin et Valegro ont mené les notes vers des sommets en obtenant 87,46% dans le Grand Prix et 94,3% dans la Libre. Lors des Européens, l’étalon noir et le longiligne néerlandais décrochent donc l’or par équipes, après une insolente domination des Oranje, ainsi que dans la Libre. Plus encore, ils plongent le dressage mondial dans une nouvelle ère. En fin d’année, ils améliorent encore leur meilleur score dans la Libre en récoltant 92,3% de la part des juges lors de la Coupe du monde de Londres, dans le magnifique hall de l’Olympia. 



11,2 millions d’euros sur la table

2010 restera la plus belle année de Totilas, qui ne s’incline qu’à une seule reprise sur ses dix-sept apparitions dans un rectangle de dressage. Il commence par survoler avec insolence la finale de la Coupe du monde de Bois-le-Duc, à domicile. Très attendu aux Jeux équestres mondiaux de Lexington, dans l’État du Kentucky, il pulvérise la concurrence en remportant l’or par trois fois, notamment grâce à la Reprise Libre en Musique conclue avec 91,8% (en images ci-dessous). Au firmament, Edward Gal et Totilas forment alors le couple le plus admiré de l’histoire du dressage mondial. Mais ce rendez-vous est leur dernier, l’étalon noir étant cédé à Paul Schockemöhle pour un prix record de 11,2 millions d’euros. La nouvelle créée alors une véritable onde de choc, qui s’étend sur les réseaux sociaux. Peu après cette acquisition, Paul Schockemöhle cherche à céder les droits de la carrière sportive de l’étalon. Comme le rappelle Eurodressage.com, Isabell Werth et Emma Hindle déclinent. Ann Kathrin Linsenhoff accepte et confie les rênes de Totilas à son beau-fils, Matthias Alexander Rath.  

Alors âgé de vingt-sept ans, Matthias Alexander Rath essuie de nombreuses critiques, que ce soit sur les réseaux sociaux ou de la part de la presse allemande en 2011. Champion d’Allemagne à Balve ainsi que vainqueur des trois épreuves du CHIO d’Aix-la-Chapelle au cours de sa première année, le jeune couple participe à l’argent par équipes décroché par l’équipe d’Allemagne. “Bien sûr que les résultats de Rotterdam m’ont déçu, parce que c’était le championnat d’Europe, l’événement phare de l’année et que nous n’avons pas réussi à reproduire les notes que nous avions eues avant. Mais c’est aussi ça le sport. Après Rotterdam, la presse a été très négative à mon sujet, mais je comprends. Ils m’ont beaucoup critiqué, mais ce n’est pas grave, je dois vivre avec. Et puis, avant cela, ils ont aussi publié des articles très positifs”, avait réagi l’Allemand à l’époque. 

Cette saison restera la meilleure du couple. En 2012, l’Allemand change d’entraineur pour être conseillé par le Néerlandais Sjef Janssen, le conjoint d’Anky van Grunsven. Mais le cavalier est officiellement atteint d’une mononucléose et doit renoncer aux Jeux olympiques de Londres 2012. Blessé, Totilas ne fait son retour qu’en 2014 et remporte les huit épreuves auxquelles il participe, dont le Grand Prix et le Spécial du CDIO 5* d’Aix-la-Chapelle. Le duo doit toutefois renoncer à la Libre, Totilas se blessant à nouveau. 



“Son talent a causé sa perte”

© Scoopdyga

L’année suivante, l’étalon noir se prépare au CDIO d’Hagen et obtient sa sélection pour les championnats d’Europe d’Aix-la-Chapelle. Mais ce rendez-vous est le dernier de Totilas, qui termine sixième du Grand Prix avec 75,971%. Certains sifflent dans les tribunes, estimant que l’étalon trotte de façon irrégulière. L’équipe d’Allemagne décroche le bronze et Matthias Alexander Rath renonce à poursuivre la compétition, son cheval ayant été diagnostiqué d’une périostite au niveau du postérieur gauche. Là encore, un flot de critiques s’abat sur l’entourage de Totilas, qui l’accuse de l’avoir fait concourir malgré une blessure. Un jour après, le 18 août, Paul Schockemöhle et les Linsenhoff annoncent la retraite sportive de l’étalon. “Son talent a causé sa perte”, conclut le quotidien allemand Die Welt.

Pendant ces cinq dernières années, Totilas a partagé son temps en Allemagne, entre les écuries de Paul Schockemöhle où il remplissait son devoir d’étalon et le somptueux haras Schafhof. La dernière apparition publique de Totilas remonte au test d’approbation KWPN de 2019, où il a été célébré. 

Jusqu’alors, ses saillies se vendaient à 2800 euros. Parmi ses meilleurs produits, on compte notamment Glock’s Toto Jr, dont Edward Gal ne dit que des louanges, et particulièrement cet été après son titre de champion des Pays-Bas. “Lorsque Toto Jr avait trois ans, je savais déjà que s'il y avait un cheval qui pouvait dérouler la Reprise Libre en Musique de Totilas, ce serait lui. Je l'ai attendu sept ans. […] C'est audacieux de l'affirmer, mais j'ai le sentiment que Toto Jr peut être encore meilleur que son père. Je suis très heureux de la façon dont il a performé aujourd'hui. Ce n'était que sa troisième épreuve de ce niveau et cela en dit long sur sa qualité. Avec Toto Jr, je ressens certaines choses que j'ai aussi ressenties avec son père Totilas. C'est ce qui rend ce titre si spécial pour moi”

En France, Totilas compte quarante-cinq produits enregistrés au Sire, dont six sont indicés. Parmi eux, le meilleur est Gotilas du Feuillard, indicé 168 et monté par Corentin Pottier, qui place de très grands espoirs en lui.