Qing du Briot*IFCE, le vaillant guerrier de l'équipe de France

Pas né a priori pour briller sur la scène internationale de concours complet, Qing du Briot*IFCE s’est dévoilé au fil des ans sous la selle du lieutenant-colonel français Thibaut Vallette. De tous les grands championnats sans exception depuis 2015, et dernier membre du quatuor sacré aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016 à être encore en activité sous couleurs françaises, le bai, désormais âgé de seize ans, constitue un candidat sérieux pour les JO de Tokyo, prévus pour l’été prochain. Portrait d’un pilier de l’équipe de France aussi attachant que performant.



article-block1

© Collection privée

Si la plupart des champions sont le fruit d’une sélection génétique longue et rigoureuse, Qing du Briot*IFCE (SF, Éolien II x Étalon d’Or) se distingue par une histoire singulière. Son parcours se dessine au début des années 2000 chez Patrice et Patricia Planchat, cavaliers professionnels et éleveurs de chevaux de saut d’obstacles alors installés à Lussat, dans la Creuse - la bastide du Briot étant aujourd’hui sise à Roquebrune-sur-Argens, dans le Var. “Un voisin cessait son activité d’élevage et nous a parlé d’un super cheval de trois ans qui lui restait. En allant le voir, nous avons effectivement découvert un très beau cheval, mais son propriétaire s’en séparait dans un lot de six chevaux. Et nous avons cédé!”, explique Patricia Planchat. Dans ce lot se trouve une petite jument nommée Henriette (SF, Étalon Or x Le Grégol, AA), alors âgée de cinq ans. Balafrée à la suite d’un accident dans des barbelés, Henriette attire l’attention de ses nouveaux propriétaires. “Elle n’était pas très jolie, mais sautait formidablement bien en liberté”, reconnaît Patricia. “Nous avons donc décidé de la garder et de la consacrer directement à l’élevage.” 

Après avoir donné deux poulains, fruits de croisements avec Sioux de Baugy (SF, Grand Veneur x Arthy), Henriette est présentée à un étalon de la maison, Éolien II (SF, Sioux de Baugy x Belphegor IV). Monté dans ses jeunes années par Jean-Marc Nicolas et sa fille Caroline, Éolien II s’est distingué dans des épreuves à 1,40 m avec Patrice puis Patricia, participant également à quelques épreuves internationales jusqu’en CSI 3*. “Ce croisement était davantage un croisement de cavalier qu’un croisement d’éleveur. Nous aurions pu choisir En avant du Rouet (SF, Galoubet A x Quastor), qui était un de nos autres étalons, mais nous avons opté pour Éolien car il était plus court au niveau du modèle. Henriette étant petite et légère, très typée Anglo-Arabe, nous avons voulu apporter de l’amplitude et des allures au produit.”

Ainsi naît Qing du Briot, le 27 avril 2004, en pleine journée au fond d’un pré. “Qing est né crème: personne n’aurait pu prévoir qu’il deviendrait bai!”, se remémore son éleveuse en souriant. Après avoir été régulièrement manipulé, le couple Planchat aimant à rendre leurs produits très proches de l’Homme, “Qing a été débourré à trois ans par Patrice, qui l’a monté jusqu’à ses six ans. Il n’est pas sorti en compétition jusque-là car nous ne tenons pas à emmener systématiquement nos protégés en concours à quatre et cinq ans. Avec l’expérience, nous constatons que leur épargner des épreuves à cet âge-là permet d’obtenir des chevaux qui vieillissent mieux”.

DES DÉBUTS MODESTES EN SAUT D’OBSTACLES 

En septembre 2009, Matthieu Mainier arrive dans les écuries des Planchat en tant que nouveau cavalier. Dans un premier temps, le couple lui vend la moitié de Qing, alors âgé de cinq ans. “Puis pour des raisons personnelles, Matthieu a décidé de quitter l’écurie au cours de l’hiver 2010. Comme il aimait beaucoup Qing et qu’il avait besoin d’un cheval, nous lui avons vendu la deuxième moitié”, explique Patricia. Afin de le valoriser, l’actuel dirigeant des écuries de la Musse, à Bouée, en Loire-Atlantique, affûte Qing sur ses premiers parcours de saut d’obstacles. Sortant essentiellement en épreuves Amateur 3 et 2, il réalise aussi un tour sur le Cycle classique. Le couple obtient sur le papier des résultats mitigés, sans un seul classement. Mais à y regarder de plus près, ses performances sont plus encourageantes qu’il n’y paraît. Ainsi en témoigne Matthieu: “Il s’agissait de ses premiers concours, et je l’ai souvent engagé dans des épreuves de vitesse, face à des chevaux aguerris dans ces catégories. Dans ces conditions, il ne pouvait pas bien figurer, ne pouvant jouer le chronomètre. Mais ses résultats étaient loin d’être catastrophiques, malgré une technique de saut pas extraordinaire car il gardait beaucoup les genoux dessous, ce qu’il fait encore un peu aujourd’hui.”

Néanmoins, afin d’en faciliter la commercialisation, Matthieu Mainier change rapidement son fusil d’épaule et décide de diriger le hongre vers le concours complet. “Qing bougeait très bien, notamment au trot. Il était très gentil, et vu sa qualité en dressage et en saut d’obstacles, j’étais certain qu’il pourrait être à l’aise en concours complet. Évidemment, je ne pensais pas qu’il atteindrait le plus haut niveau, mais je l’imaginais bien être performant sur des CCI 2*.” Son propriétaire choisit de confier son protégé à Édouard Chauvet, alors membre du Pôle France Jeunes de Saumur.

UNE ANNÉE DE FORMATION AVEC GILDAS FLAMENT 

En juin 2010, Qing fait donc ses armes en concours complet sous la selle d’Édouard Chauvet. Il dispute sa première épreuve sur le Cycle classique réservé aux chevaux de six ans à Fontenay-sur-Eure, où il est repéré par Gildas Flament, écuyer du Cadre noir de Saumur. “Qing n’était pas commun et sautait très haut, comme un cheval de quatre ans”, raconte l’intéressé. “Par ailleurs, le cross était délicat pour un cheval qui n’avait jamais concouru, mais son envie et ses qualités de sauteur étaient évidentes.” Par la suite, l’adjudant-chef n’en entend plus parler pendant quelques mois, avant d’apprendre son arrivée sur le marché par l’un de ses élèves. Il propose alors à l’Écuyer en chef du Cadre noir de l’époque, le colonel Jean-Michel Faure, de l’acquérir. Après d’âpres et longues tractations, Matthieu Mainier cède son protégé à l’IFCE pour la somme de 18 000 euros, et Qing intègre le piquet de Gildas. 

Ce dernier met à profit la trêve hivernale pour travailler le dressage de son nouveau protégé. “Il était peu dressé et sa mise en main était rudimentaire, mais il avait une jolie locomotion de base. Il a été très bon élève et a montré une progression beaucoup plus rapide que la normale. Après un an de travail, il maîtrisait les changements de pied rapprochés jusqu’aux deux temps et commençait à passager. Il gardait un galop un peu compliqué, mais son évolution était nette”, détaille-t-il. Puis viennent les premières sorties au niveau national. “Nous avons commencé par des épreuves Pro 3 et il ne signait que des sans-faute, donc nous sommes vite passés au niveau Pro 2 et avons fini la saison en CCI 2*”, relate son cavalier d’alors. “Nous n’avons connu qu’une seule contre-performance, à Mézières-en-Brenne, avec un refus sur le cross. Pour sa défense, le terrain avait été très désagréable et la combinaison en question très difficile. Pour le reste, le cheval était très demandeur et adorait la discipline. Il avait aussi un cardiaque exceptionnel.”

Dans la foulée, lassé du complet dont il n’apprécie guère les évolutions, Gildas Flament décide de bifurquer vers le dressage. “J’aurais aimé conserver Qing mais il avait été acheté pour faire du concours complet, donc je l’ai donné à Thibaut Vallette, qui, à l’époque, n’avait pas de monture pour briller en compétition. Je trouvais qu’il montait bien, et cela a donné la belle histoire que l’on connaît : au lieu de faire un bon petit cheval de Saint-Georges, Qing est devenu champion olympique!”



UNE ASCENSION RAPIDE AVEC THIBAUT VALLETTE

article-block3

© Sportfot

Dès le départ, les impressions du lieutenant-colonel Vallette sont globalement positives, même s’il ne nie pas les faiblesses de Qing: “Il était très ouvert dans sa locomotion; il trottait beaucoup trop grand et avait un galop très horizontal.” Il entame alors un gros et patient travail de construction visant à le faire gagner en force et à l’asseoir davantage, obtenant au fil du temps des progrès significatifs qui lui permettront notamment de mieux performer en dressage. 

Commençant par les anciennes épreuves Pro 1 au printemps 2012, Qing obtient immédiatement des classements, lui permettant d’aborder le niveau 3* rapidement. En juin, il obtient une deuxième place au CCI 3*-L de Bazoges-en-Pareds, devançant notamment un certain Quiro Hoy (SF, L’Arc de Triomphe x Jalisco B), qui deviendra par la suite le complice de Thomas Carlile jusqu’en CCI 4*-L. En fin de saison, il glane le même classement dans une épreuve Pro Élite à Saumur. Des résultats qui mettent en évidence le talent d’un cheval novice en complet, mais déjà capable de rivaliser avec des adversaires aux parcours de formation plus classiques. “Finalement, alors qu’il commençait tout juste sa carrière, Qing n’était pas en retard par rapport aux autres chevaux. Il lui a fallu un peu de temps ensuite pour arriver jusqu’en équipe de France, mais c’est normal. Tout a été très vite avec Qing, car il a toujours rapidement progressé et n’a jamais montré qu’une épreuve était trop dure pour lui”, analyse son pilote. 

En 2013, à neuf ans, Qing participe essentiellement à des épreuves du circuit du Grand National, et obtient une belle troisième place au haras de Jardy. En début d’année suivante, il est repéré par le staff fédéral lors du CICO 4*-S de Fontainebleau, qu’il dispute en individuel et dont il finit trente-cinquième. “Qing avait l’avantage d’être sur le site de Saumur, donc nous le connaissions déjà un peu”, explique Michel Asseray, directeur technique national en charge du complet depuis 2013. “Nous savions qu’il avait du potentiel, mais c’est lors de cette épreuve que nous l’avons vraiment regardé pour la première fois.” Désormais dans le viseur du staff, le duo formé par Qing et Thibaut Vallette se voit proposer un parcours à la carte afin de concrétiser son potentiel. “Nous avons commencé à l’engager dans des Coupes des nations (aux CCIO 3* de Ballindenisk et Malmö, ndlr), car nous utilisons souvent ce circuit pour tester de nouveaux couples et leur faire prendre de l’expérience. Ils ont donc suivi le cheminement mis en place depuis plusieurs années maintenant, et nous avons très vite vu qu’ils allaient être de sérieux candidats pour l’avenir”, continue Michel Asseray. Le bai termine aussi troisième du CCI 4*-L de Saumur. 

LA CONSÉCRATION À RIO 

2015 marque l’envol de la carrière de Qing, qui fait montre d’une régularité de métronome. Troisième en individuel du CICO 4*- S de Fontainebleau puis gagnant de l’étape du Grand National de Pompadour, il est envoyé au difficile CCI 4*-L de Bramham, en Grande-Bretagne, où il s’octroie une belle dixième place. L’occasion de faire taire les doutes de certains observateurs quant à sa capacité à boucler des cross longs et dénivelés et à rentrer dans le temps. Doutes que n’a jamais partagés le staff fédéral. « Ça, ce sont les avis des réseaux sociaux, et j’en ai souvent été agacé », tranche Michel Asseray. “Qing se donne beaucoup et tirait énormément à l’époque. Du coup, pour avoir une qualité de saut correcte et assurer leur sécurité, Thibaut devait particulièrement soigner ses abords, ce qui lui faisait perdre un peu de temps. Mais il a monté avec sa tête, fabriqué son cheval et façonné son couple avec le temps. Aujourd’hui, on voit bien que Qing a autant de galopade que les autres, et il a prouvé à de nombreuses reprises qu’il était tout à fait capable d’être dans le chronomètre imparti.” 

Après une deuxième place au Grand National du Pin-au-Haras, Qing du Briot honore sa première sélection en grands championnats aux Européens de Blair Castle. Pour l’équipe de France, l’enjeu est de taille: reconquérir sa qualification pour les Jeux olympiques de Rio de Janeiro, envolée à la suite de la terrible disqualification de Maxime Livio et Qalao des Mers (SF, Iolisco de Quinhon*HN x Kachou) après les Jeux équestres mondiaux de Normandie. Le défi est relevé haut la main par celui qui endosse le rôle d’ouvreur. En plus de récolter le bronze avec l’équipe de France, et donc un ticket collectif pour le Brésil, le duo formé par Qing et Thibaut Vallette se pare du bronze individuel derrière les Allemands Michael Jung sur Takinou (AA, Jaguar Mail x Sardana Pierre) et Sandra Auffarth sur Opgun Louvo (SF, Shogoun II x J’T’Adore). Une performance de taille! L’aventure de Qing en équipe de France est lancée. La suite s’écrit au Brésil, où le couple est du voyage après une saison durant laquelle il se produit peu sur les terrains de concours, mais toujours à bon escient. Classé dans les étapes du Grand National de Saumur et du Pin, il termine aussi deuxième du CIC 4*-S de Chatsworth, l’un des rendez-vous clés pour la préparation des Jeux. À Rio, la paire prend la sixième place du dressage avant d’être pénalisée par 24,4 points de temps sur le cross, et de réaliser un sans-faute magistral à l’hippique. Elle termine treizième au classement final et contribue largement à l’or par équipes, arraché aux côtés d’Astier Nicolas et Piaf de B’Neville (SF, Cap de B’Neville x Rêve d’Elle), également médaillés d’argent en individuel, Mathieu Lemoine et Bart L (KWPN, United x Gribaldi), et enfin Karim Laghouag et Entebbe de Hus (Han, Embassy I x Carbid). 

Évidemment marquante, l’or olympique constituant le Graal pour tout sportif de haut niveau, cette performance réjouit encore le lieutenant-colonel, autant pour le prestige que par la manière dont elle a été obtenue. “Ce moment reste forcément fort. Je reste assez froid vis-à-vis de tout cela dans le sens où je n’ai pas eu besoin de ce titre pour être heureux ou me prouver quelque chose. C’est un beau moment de ma vie de sportif, mais je suis surtout content que cela se soit bien passé, que le cheval soit rentré sans blessure et qu’on ait pu faire un bon résultat d’équipe. Je le répète : une telle performance se fait avec son cheval, de manière construite et pas n’importe comment.”

A posteriori, l’écuyer nourrit aussi quelques regrets. “Pour la première fois de ma carrière, j’ai eu du mal à tenir ma rêne gauche, et donc mon cheval, au cours d’un cross. J’avais, certes, pris les options demandées par Thierry (Touzaint, ndlr) pour sécuriser un bon résultat d’équipe, mais j’avais perdu beaucoup de temps... Jusqu’alors, le chronomètre ne m’avait jamais vraiment posé de problème mais là, je craignais de rater un obstacle si j’allais plus vite. Pendant un moment, je me suis dit que c’était Qing qui tirait...”, expliquait-il récemment dans les colonnes du n°118 de GRANDPRIX. En réalité, l’écuyer souffre d’un syndrome de défilé thoraco-brachial, qui lui fait perdre les trois quarts des capacités de son bras lorsqu’il est mis à l’effort... Pathologie qu’il ne connaît pas à l’époque, et qu’il s’attèlera à prendre en main après avoir rencontré plusieurs fois la même difficulté. La première survient sur le cross du fameux CCI 5* de Badminton, où le couple essuie un refus et se voit obligé de prendre des options à cause d’un déficit de contrôle. Cette compétition, conclue par une vingt-septième place, reste un gros regret pour l’homme à l’uniforme. Puis viennent les championnats d’Europe à Strzegom, en Pologne, à l’été 2017, où le couple finit dixième en individuel -une performance honorable, qui plus est dans un championnat marqué par l’élimination de l’équipe de France. Le syndrôme de défilé thoraco-brachial est résolu la saison suivante.



LE CHEVAL DE TOUS LES CHAMPIONNATS

article-block5

Avec les JEM de Tryon en vue, Qing entame 2018 par une encourageante huitième place dans l’étape du Grand National de Saumur. Une reprise en douceur, suivie de deux performances en demi-teinte, d’abord dans l’étape CIC 4*-S de l’Event Rider Masters de Chatsworth, qu’il conclut avec un score inhabituel de douze points à l’hippique, puis à celui de Bramham, où il écope d’un refus sur le cross. Mais celui qui fait partie des piliers de l’équipe de France depuis plus de trois ans déjà relève la tête au prestigieux CICO 4*-S d’Aix-la-Chapelle. Meilleur Français et quatorzième au provisoire après le dressage, il remonte à la septième place finale au mérite d’un hippique sans pénalité, puis d’un cross entaché seulement d’un peu de temps dépassé. Ainsi est-il un artisan majeur de la deuxième place accrochée par l’équipe de France, derrière la Nouvelle-Zélande et devant la Suède. 

À Tryon, Qing ne fait pas dans le détail. Déroulant une belle reprise de dressage malgré deux fautes au galop, il s’empare de la quatrième place au provisoire. Après le cross, tous les espoirs sont encore permis. Démontrant tout son courage sur un parcours sélectif, avec une longue côte qui fait caler quantité de concurrents et le fatigue lui-même, Qing boucle un parcours sans incident. 1,2 point de pénalité de temps ne lui font pas perdre sa quatrième place provisoire. Malheureusement, une barre à l’hippique le prive du titre de vice-champion du monde. “Personnellement, je suis un peu déçu de la façon dont j’ai monté ce dernier parcours. Nous étions tous un peu obnubilés par le chronomètre. Je me suis tout simplement dépêché, le cheval a regardé et nous nous sommes mal compris. C’était complètement de ma faute et le cheval a bien sauté.” Une déception qui mettra le cavalier, selon ses propres mots, “plus bas que terre”, et lui vaudra des cauchemars pendant plusieurs mois. Néanmoins, terminant une nouvelle fois meilleur Français du championnat, Qing contribue à l’obtention du bronze par équipes pour les Bleus, qui décrochent également leur qualification pour les JO de Tokyo.

La saison 2019 débute de la meilleure des manières pour Qing avec une victoire dans l’épreuve du Grand National de Pompadour, une quatrième place à Saumur, puis une dixième place dans l’étape ERM de Jardy. Des performances qui lui ouvrent logiquement les portes d’une sélection pour les championnats d’Europe Longines de Luhmühlen, en Allemagne, aux côtés de Nicolas Touzaint et Absolut Gold*HDC (SF, Grafenstolz x Verglas), de Karim Laghouag et l’inoxydable Punch de Lesques (AA, Hermès d’Authieux x Ultan) et des prometteurs Alexis Goury et Trompe l’Œil d’Emery (SF, Imprévu de la Cour x Fury de la Cense). Une fois encore, le bai déroule une reprise de dressage remarquable de sérieux, qui lui confère la quatrième place du classement provisoire. Un parcours de cross vierge de toute pénalité ainsi que l’élimination de la Britannique Laura Collett et London 52 (Holst, Landos x Quinar) lui permettent de remonter d’un rang avant l’hippique, et d’espérer une médaille individuelle tant méritée. Malheureusement, le sort s’acharne : une minuscule touchette fait basculer l’oxer numéro 5 et le relègue à une frustrante cinquième place, la France terminant quatrième. 

En 2020, l’objectif est clair pour le vaillant serviteur de l’équipe de France : viser ses seconds JO à Tokyo. L’année commence d’ailleurs au mieux avec une neuvième place dans l’étape du Grand National de Saumur. Malheureusement, la pandémie de Covid-19 en décide autrement avec le report des Jeux à l’été 2021. Après un premier confinement, Qing et Thibaut Vallette s’adjugent la treizième place du CCI 4*-S de Jardy début juillet, puis sortent vainqueurs en individuel et par équipes du CCIO 4*-S du Pin. Enfin, au Grand National du Pin en septembre, le couple, pourtant en tête après le cross, se retire avant l’hippique à cause d’une légère blessure, heureusement sans gravité. Quelle sera la suite? Nul ne peut le prévoir à l’heure actuelle, d’autant qu’une incertitude plane sur le maintien de ces fameux Jeux de Tokyo. La position de Thibaut Vallette est claire: “Si les Jeux ont lieu et que nous sommes sélectionnés, je serai ravi d’y aller. Mais pour le moment, personne ne sait comment cela va se passer, et je n’ai pas le temps de faire des plans sur la comète. Ce qui est sûr, c’est que malgré ses seize ans, Qing est en pleine forme, plus souple que 90% des chevaux du circuit et qu’il a toujours autant d’envie. L’an prochain sera une année comme une autre et nous ferons au mieux.” Et à en croire Michel Asseray, il a toutes ses chances! “S’il est à 100% de ses capacités, Qing va rester dans les grands favoris pour l’équipe de Tokyo.”

PRÉSENT DANS LA DURÉE ET BOURREAU DES CŒURS 

Quelles que soient la suite et la fin de sa carrière, Qing du Briot*IFCE aura marqué par sa régularité et sa longévité au plus haut niveau avec, à ce jour, pas moins de cinq participations en grands championnats pour autant de classements, une médaille individuelle et, fait rare, une médaille par équipes aux championnats d’Europe, aux championnats du monde et aux Jeux olympiques. Comment expliquer une telle longévité? “Déjà, il a commencé tard et n’a pas été usé dès le début”, explique son fidèle pilote. “Même depuis son arrivée dans le sport, Qing a peu couru. C’est un cheval qui a besoin de travailler normalement, mais pas plus pour être bon, donc tout ce qui est économisé à l’entraînement permet de durer plus longtemps.” 

Témoin de son évolution au fil des ans, Michel Asseray salue la gestion de la carrière du bai par son cavalier. “Thibaut pourrait presque écrire un livre. Le cheval évolue à haut niveau six ou sept mois par an et monte en puissance progressivement. Pendant les cinq mois restants, il est entretenu avec beaucoup de feeling et de savoir-faire. Ce n’est pas du repos stérile ; c’est vraiment bien dosé. J’ai déjà vu des cavaliers du Pôle Jeunes le monter pour aller en trotting, par exemple. Il reste en bel état grâce à cela et conserve un moral incroyable. Aujourd’hui, les chevaux demandent évidemment d’excellentes qualités physiques et techniques pour performer à haut niveau, mais ont aussi besoin d’un mental solide.” Qing aura également su marquer le grand public et son entourage, comme en témoigne le DTN Michel Asseray. “Qing, c’est une présence, comme une mascotte! Il est beau, presque comme un cheval de poupée, et tout le monde a envie d’être son ami! Si vous vous mettez devant son box, il posera toujours la tête sur vous. Il est très attachant et aura marqué ma carrière d’homme de cheval aussi pour cela.” Un bourreau des cœurs donc, et une belle aventure qui fait aujourd’hui dire à Patricia Planchat, son éleveuse, que “l’histoire avec Thibaut est complètement magique. Qing est au complet ce que Jappeloup est au saut d’obstacles.” Alors, profitons-en tant qu’il en est encore temps !

Cet article est paru dans le dernier numéro du magazine GRANDPRIX.