De tout temps, les sports équestres ont mis en avant des personnalités hautes en couleurs, lors d’épreuves à suspense. Records, anecdotes ou situations caucasses, GP International vous plonge dans les petites histoires des Jeux olympiques.



LA LONGÉVITÉ JAPONAISE

Du haut de ses soixante-et-onze printemps, le Japonais Hiroshi Hoketsu devrait être l’athlète le plus âgé lors des Jeux des Londres, toutes disciplines confondues. Associé à sa jument de quinze ans Whisper, le cavalier s’élancera sur le carré de dressage, quarante-huit ans après sa première olympiade. À Tokyo en 1964, le Nippon terminait en quarantième position de l’épreuve de…saut d’obstacles! Installé en Allemagne, Hiroshi Hoketsu était déjà l’athlète le plus âgé lors des Jeux de Pékin en 2008 où il prenait la trente-cinquième place en dressage individuel. Celui qui est le cavalier le plus performant de la zone Asie-Océanie explique sa longévité par un régime alimentaire bien défini, avec quelques vitamines mais aussi quelques libertés. Svelte et athlétique, le vétéran ne battra pas pour autant le record de vieillesse absolu, détenu par le Suédois Oscar Swahn, médaillé d’argent en tir à Anvers en 1920, à l’âge de soixante-douze ans et dix mois. 

MICHEL ROBERT EN COMPLET! 

De ses cinquante ans de carrière, beaucoup retiendront ses succès sur les terrains de saut d’obstacles. Mais Michel Robert est aussi passé par le concours complet. En 1972 à Munich, le Rhônalpin participe à ses tout premiers Jeux olympiques. Avec Vandale, il prend part à l’épreuve de concours complet. “Ces Jeux représentaient ma première expérience du très haut niveau“, se souvient Michel Robert. “C’était vraiment impressionnant, d’autant plus que nous sortions peu à l’étranger. Même si je savais que l’équipe de France avait peu de chance de décrocher une médaille, ma sélection en elle-même était quelque chose de formidable”. Le cavalier s’en sort honorablement, avec une dix-septième place en individuel et un parcours sans-faute sur le cross. “Je réalise la meilleure performance française. En même temps, mes trois coéquipiers étaient tombés”, sourit-il. Avec Vandale, le couple participait-là à son troisième concours complet en international seulement. “L’avantage du complet était que nous pouvions atteindre un niveau international, avec des chevaux plutôt moyens et peu de budget”, conclut Michel Robert. 

AMBIANCE TENDUE À LOS ANGELES 

Lors des Jeux olympiques de 1984 à Los Angeles, en pleine Guerre Froide, la sécurité est dans toutes les têtes. La Russie décide même de boycotter l’échéance olympique, jugeant insuffisante la sécurité offerte par les États-Unis autour des athlètes. C’est alors que la cavalière française de dressage Margit Otto Crépin, présente à Los Angeles avec Caprici, vit un événement marquant: “Pendant les Jeux, le bus avec lequel nous avions effectué une visite au village olympique, a été attaqué par un ancien du Vietnam. Nous étions bien contents que des agents soient là pour nous protéger”. En effet, le bus de l’équipe de France, alors sous la houlette de Patrick Le Rolland, est suivi puis poussé par un véhicule avant qu’un hélicoptère de la police américaine n’intercepte le conducteur. À l’intérieur de la voiture, les forces de l’ordre trouveront des fusils d’assaut ainsi que des explosifs. L’individu déclarait alors vouloir escorter le bus des athlètes pour les protéger d’éventuelles attaques.



DU POLO AUX JO

Entre 1900 et 1936, le polo faisait partie des disciplines officielles lors des Jeux olympiques. À cinq reprises, des clubs nationaux sont venus représenter les couleurs de leur pays respectif. Sien 1900, les équipes étaient mixtes avec une victoire de l’entente Royaume-Uni/États-Unis, les éditions suivantes donneront place à un duelRoyaumeUni/Argentine, les deux nations phares du polo dans le monde. À noter que la France décroche le bronze en 1900 pour son unique participation aux épreuves de polo et qu’en 1908, seules deux équipes étaient qualifiées, l’Irlande et l’Angleterre: c’est cette dernière qui décrochera l’or. Le polo sera présent pour la dernière fois aux Jeux olympiques de Berlin en 1936. 

SOUVENIRS OLYMPIQUES 

Jean-Jacques Guyon, médaillé d’or en complet en 1968 à Mexico, a des souvenirs plein la tête. “Mexico, c’était la grande aventure. Pour la première fois, les Jeux se déroulaient en Amérique du Sud et dans des conditions météorologiques particulières. Les JO ont bien failli ne pas se tenir”, résume-t-il. Quelques jours avant l’ouverture des Jeux d’abord, une manifestation d’étudiants a en effet mal tourné, faisant près de cent cinquante morts. “Heureusement, le président du CIO de l’époque, Avery Brundage, a tenu bon et a pris la décision d’ouvrir les JO”, ajoute Jean-Jacques Guyon. “Le cross du complet se courait sur un golf magnifique à plusieurs kilomètres de Mexico. Nous avons subi un phénomène météorologique inédit. Quelques heures avant l’épreuve, la température et l’humidité sont montées très fortement provoquant des gênes respiratoires pour les chevaux et les cavaliers. Puis pendant l’épreuve, un énorme orage a éclaté. Le petit ruisseau qui traversait le parcours s’est transformé en fleuve et dans le véritable gué, on ne voyait plus que le haut des fanions. Je suis retourné quelques années plus tard à Mexico et ceci ne s’est jamais reproduit!”, explique-t-il. 

DE LA GYMNASTIQUE AU SAUT D’OBSTACLES 

Le Suédois Lars Daniel Norling a un parcours pour le moins atypique. Double médaillé d’or par équipes en gymnastique en concours général lors des olympiades de Londres en 1908 et de Stockholm en 1912, il change alors complètement de cap. Au lendemain de la Première guerre mondiale, il abandonne la gymnastique et se lance dans l’équitation. Ce compétiteur sera une nouvelle fois performant. La preuve avec l’obtention d’une troisième médaille d’or par équipes aux Jeux d’Anvers en 1920, en saut d’obstacles. Il est l’un des rares athlètes à avoir remporté trois titres olympiques dans deux sports différents.



EN BREF...

- Les premières traces d’équitation lors de Jeux olympiques remontent à 680 avant Jésus Christ, lorsqu’une course de chars a été organisée dans l’hippodrome. Il s’agissait de la vingt-cinquième olympiade grecque. 

- Lors des premiers Jeux olympiques du XXe siècle en 1900 à Paris, il y avait plus d’athlètes que de spectateurs. 

- En 1912, l’épreuve de dressage incluait un test de saut de quatre obstacles hauts d’1,10m. 

- C’est lors des Jeux de 1924 que les épreuves équestres ont été organisées pour la première fois sous l’autorité de la FEI. 

- En 1936 à Berlin, l'Allemagne a remporté toutes les épreuves équestres en individuel et par équipes, totalisant la somme inégalée de six médailles d’or. 

- En 1936, l’Autrichien Arthur von Pongracz a participé aux Jeux de Berlin en dressage à soixante-douze ans, devenant l’un des participants aux Jeux les plus âgés de toute l’histoire. 

- Le capitaine Bernard Chevalier remporte la première médaille d’or olympique de l’histoire du concours complet français à Londres en 1948. Son cheval de tête étant blessé, il présente une deuxième monture: Aiglonne. Septième à l’issue du dressage, Aiglonne montre des signes de fatigue après le cross, mais repart de plus belle sur l’hippique avec une victoire à la clé. 

- Jusqu’en 1952, seuls les officiers militaires accrédités ont été autorisés à prendre part aux compétitions équestres. 

- Les femmes ont participé pour la première fois aux épreuves de complet olympiques en 1952 à Helsinki. 

- La cavalière danoise Lisa Hartel a remporté une médaille d’argent en dressage en 1952 alors même qu’elle était paralysée en-dessous des genoux suite à une poliomyélite. La cavalière devait être assistée pour monter et descendre de cheval. 

- Les Jeux olympiques se sont déroulés à Melbourne en Australie en 1956, toutefois les épreuves d’équitation furent interdites en raison d’une loi australienne imposant une quarantaine pour l'entrée d'animaux dans le continent. Les épreuves ont donc eu lieu à Stockholm en juin. 

- Lors des Jeux olympiques de Rome en 1960, l’Australien Bill Roycroft s’est brisé le cou sur le cross, mais il a signé une décharge pour pouvoir quitter l’hôpital et se lancer sur l’hippique. Il contribua ainsi à la victoire par équipes de son pays. 

- Lorna Johnstone est la femme la plus âgée à avoir pris part à des Jeux olympiques en 1972, elle avait soixante-dix ans. 

- Le cavalier le plus médaillé de l’histoire des Jeux olympiques est Reiner Klimke. L’Allemand a remporté six médailles d’or entre 1964 et 1988.

Cet article est paru dans le magazine GRANDPRIX International n°70.