Il était une fois les étriers

Certains les choisissent en aluminium, carbone ou acier, avec plancher fin ou épais, à grip ou en caoutchouc, à couleurs vives ou plus nuancées. Aujourd’hui, opter pour une paire d’étriers relève d’un choix multiple, avec mille et une options de combinaisons. Qu’il est loin le temps de l’étrier standard pesant plus d’un kilo de métal! Il y a encore trente ans, personne n’aurait imaginé que cet équipement du cavalier pourrait à ce point être modernisé. Et il y a quelques siècles, le concept même de l’étrier n’existait pas. Le temps a fait son œuvre...



Tout cavalier se souvient de ses premières années d’équitation et des heures de mise en selle sans étriers. Les fameux trot assis puis trot enlevé sans “pédales” ont permis à plus d’un équitant d’obtenir une assiette irréprochable, une fixité du bas de jambe spectaculaire et une aisance en selle incomparable. Pour autant, quel n’était pas le soulagement des jeunes recrues quand, à la fin de l’exercice, le moniteur, sourire aux lèvres, leur autorisait à rechausser leurs étriers! L’étrier a mis bien du temps à paraître. Si la figure du centaure a fait son entrée dans l’histoire à l’aube du p...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

S'abonner pour lire la suite
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialisez mon mot de passe