La mise en main, ni trop, ni trop peu

Sujet polémique, si ce n’est parfois tabou, la mise en main est pourtant l’un des éléments substantiels illustrant le niveau d’éducation d’un cheval, ainsi qu’un critère d’évaluation irrécusable dans la discipline sportive du dressage. Indissociable de l’impulsion, de la rectitude et du rassemblé, la mise en main est l’indicateur visuel le plus accessible, perceptible même par le plus profane observateur. Comment obtenir une mise en main authentique? Alain Francqueville, juge international 4* et ancien sélectionneur de l’équipe de France de dressage, partage son expertise.



Apprécier l’engagement des postérieurs, l’abaissement des hanches ou la qualité de la connexion requiert un niveau de technicité conséquent. En revanche, évaluer objectivement hauteur de nuque et position de chanfrein est à la portée du plus grand nombre, indépendamment de considérations plus globales reflétant la justesse dans la mécanique et le fonctionnement du cheval. Manuel pratique hautement intelligible, “L’Échelle de Progression“, édité par la Fédération française d’équitation (FFE), définit la mise en main comme “la décontraction de la bouche et de la nuque dans l’attitude du ram...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

S'abonner pour lire la suite
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialisez mon mot de passe