Jalisco B, un chef de race dont l’influence ne faiblit pas (partie 1)

Après Galoubet A, sur lequel GRANDPRIX s’est déjà penché, place à Jalisco B, un autre fils majeur du chef de race Almé. Moins charismatique que Galoubet, il a néanmoins montré son potentiel à haut niveau et a surtout engendré une pléiade de champions, qui font notamment le bonheur de l’équipe de France depuis près de trente ans. Essentiellement via son fils Quidam de Revel, le sang der Jalisco coule dans les veines de nombre des meilleurs chevaux, quel que soit leur stud-book.



En 1990, Patrick Caron, alors sélectionneur de l’équipe de France de saut d’obstacles, fait le forcing pour intégrer dans sa sélection en vue des premiers Jeux équestres mondiaux un jeune cheval de huit ans nommé Quito de Baussy (ISO 187, SF, Jalisco B et Urgande B par Prince du Cy).  De Stockholm, Quito de Baussy et son cavalier Éric Navet reviennent doublement couverts d’or, contribuant largement au titre collectif des "Vestes bleues", avant de s’offrir la consécration suprême à l’issue de la finale tournante. C’est le début d’une grande histoire d’amour entre les descendants de Jalisco B et l’équipe de France. Ainsi, Quito obtient de nou...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

S'abonner pour lire la suite
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialisez mon mot de passe