Sans forcer, Thomas Carlile et Birmane s’offrent la première étape du Grand National à Saumur

Thomas Carlile et Birmane ont remporté la première étape du Grand National de concours complet, cet après-midi à Saumur, où l’épreuve s’est achevée par un cross au temps imparti exigeant. Malgré onze secondes de retard sur ce chronomètre idéal, le néo-Sarthois a devancé Thibaut Vallette, deuxième sur Qing du Briot*IFCE, et Christopher Six, troisième avec Totem de Brécey.



Birmane, Qing du Briot*IFCE et Totem de Brécey. Tel a été le classement à l’arrivée de la première étape du Grand National de concours complet, cet après-midi à Saumur. Sera-ce le tiercé gagnant de la course à la sélection pour les Jeux olympiques de Tokyo? Il est évidemment bien trop tôt pour le dire, puisque cette chevauchée palpitante et hyper sélective pour un groupe France riche en excellents cavaliers et chevaux, ne fait que commencer. Toujours est-il que Thomas Carlile, Thibaut Vallette et Christopher Six ont marqué des points ce week-end dans le Maine-et-Loire. Dès le dressage, vendredi, ces trois-là se sont rappelés aux bons souvenirs de Thierry Touzaint, sélectionneur national, et de tout l’encadrement technique de la Fédération française d’équitation, obtenant des moyennes supérieures à 70% sur le nouveau texte particulièrement technique de l’épreuve olympique. Hier, ils se sont montrés à la hauteur de l’atelier hippique, même si le lieutenant-colonel Vallette a concédé une petite faute évitable en fin de parcours. Aujourd’hui, à l’hippodrome de Verrie, aucun des trois n’a bouclé le test de fond dans le temps imparti par Pierre Michelet et le jury (6’05’’), mais ils ne l’ont dépassé que de sept à onze secondes. Du reste, en ce concours de rentrée, il s’agissait surtout de bien faire et de lancer idéalement leur campagne 2021, objectif qu’ils ont amplement atteint, crédités de 28,4, 30,4 et 33,1 points.

Thomas Carlile a remporté cette première étape pour la quatrième fois de sa carrière, après s’être imposé en 2015 à Tartas avec Sirocco du Gers puis en 2016 et 2017 à Saumur avec Upsilon, qui avaient été sélectionnés par la suite pour les championnats d’Europe de 2015 et 2017. Cette année, le cavalier installé tout près du Lude, dans le sud de la Sarthe voisine, vise à nouveau une sélection, aux Jeux olympiques cette fois, mais surtout une grande performance, lui qui avait contribué à la médaille de bronze de l’équipe de France en 2015 à Blair, en Écosse. Ces Européens avaient alors révélé Thibaut Vallette, également médaillé de bronze en individuel avec son Qing, toujours aussi fringant en 2021, à dix-sept ans. Quant à Christopher Six et Totem de Brécey, ils avaient crevé l’écran aux championnats d’Europe Longines de Luhmühlen il y a deux ans, terminant quatrièmes. Depuis, le Francilien n’a rien raté, nourrissant des rêves olympiques de plus en plus légitimes.

Mais ces trois-là ne sont pas seuls. Sans oublier les quelques-uns qui n’étaient pas au départ de cette épreuve hivernale, bénie par un ciel des plus cléments, on citera trois autres couples concernés directement par les JO, qui ont également obtenu des moyennes supérieures à 70% au dressage. Impeccable vendredi et aujourd’hui, Nicolas Touzaint et Astier Nicolas, cinq et huitième au classement final, ont péché hier, concédant respectivement une et deux fautes à l’hippique avec Absolut Gold*HDC (34,9), également excellent aux Européens de 2019, et le prometteur Babylon de Gamma (41,1). Pour Sébastien Cavaillon et Sarah d’Argouges, moins rapide aujourd’hui (6’27’’) mais taillée par les cross de formats longs, il faudra surtout gommer les fautes au saut d’obstacles, au nombre de trois hier, qui expliquent leur seizième place finale (50).



Karim Laghouag est-il à ce point superstitieux?

Il convient évidemment de saluer la quatrième place d’Arnaud Boiteau, fidèle écuyer du Cadre noir, qui évoluait donc ici à domicile, associé au toujours frais et dispos Quoriano*IFCE (33,7), dix-sept ans. Bien moins imprévisible que par le passé, cet excellent cheval pourrait – à défaut des JO, dont le nouveau format par équipes de trois paires et sans score biffé obligera le staff à favoriser les “assurances tout risque” – être récompensé d’une sélection individuelle aux Européens de 2021, dont on ignore encore le lieu, comme en 2013 à Malmö. C’est tout ce qu’on leur souhaite. Coup de chapeau aussi aux deux seuls couples rentrés sans faute et dans le temps de ce cross: Régis Prud’hon, sixième sur Tarastro (38,9), et Alexis Goury, septième avec Un Brin Chic Dubanier (39,2), un cheval de treize ans qu’il monte depuis début 2020 et qui courait ici sa première Pro Élite. Bien joué. Le jeune homme, également installé récemment dans la Sarthe, vise le championnat du monde des moins de vingt-cinq ans, programmés en juin à Bramham, après un passage au Master Pro, dans cinq semaines à Arnac-Pompadour.

Pour les autres couples en lice, dont certains sont concernés par les grandes échéances de la saison, il y a eu du bon et du moins bon. Cet après-midi, par exemple, le vétéran Jean Teulère et la toute bonne Voila d’Auzay (70,5) ont été lourdement pénalisés, encaissant notamment quinze points pour ne pas avoir entièrement franchi un obstacle entre ses fanions. Et Karim Laghouag, dont on connaît les grandes aptitudes pour ce test, a été éliminé avec son excellent Triton Fontaine pour avoir oublié de sauter l’obstacle numéro 13. Serait-il à ce point superstitieux? Fâcheux incident, mais mieux vaut que cela se produise en février à Saumur que lors d’un grand rendez-vous. Nul doute que le Percheron aura à cœur de se racheter au plus vite aux yeux du sélectionneur.

Prochain rendez-vous majeur, le Master Pro donc, du 1er au 4 avril en Corrèze. D’ici là, à condition que l’épidémie de rhinopneumonie équine en cours n’en décide pas autrement, on suivra notamment les rentrées officielles d’Api du Libaire et Romantic Love avec Maxime Livio et Gwendolen Fer. Le Saumurois a choisi le CCI 3*-L de Barroca d’Alva, dans deux semaines au Portugal. Quant à la Toulousaine, qui doit encore obtenir la qualification de son hongre pour les JO, elle se produira au CCI 4*-S de Montelibretti, dans deux semaines en Italie. Éliminée du test hippique hier avec Traumprinz, elle a, hors concours, bouclé un sans-faute avec Romantic, qui avait déjà présenté une très belle reprise vendredi. Aujourd’hui, les lauréats du CCI 5*-L de Pau, en 2017, se sont adonnés à un galop sur les pistes de l’hippodrome de Verrie.

Le classement provisoire