Bien alimenter son cheval en toutes circonstances

Est-il si simple de nourrir un cheval de sport correctement? Pas si sûr! Vit-il en box ou dehors? Travaille-t-il de façon intensive ou modérée? Quel âge a-t-il et quelle discipline pratique-t-il? Ses habitudes, à la lumière de la période inédite que nous traversons à cause de la pandémie de Covid-19, ont-elles été modifiées? Pour qu’un cheval soit en pleine santé, il faut respecter ses besoins naturels et, si besoin, compléter ses apports sous forme d’aliments et/ou de compléments minéraux vitaminés. Mode d’emploi.



LES BASES DE L’ALIMENTATION, UN RAPPEL ESSENTIEL

Le cheval est un herbivore qui passe en moyenne seize heures par jour à s’alimenter. S’il n’est pas nourri à l’herbe, ce dernier a besoin de fourrage. On dit communément qu’il a besoin au quotidien de 1,5 à 2 kilogrammes de foin pour 100 kilogrammes de poids vif. “Pour préserver la performance et favoriser la récupération, il est possible de diminuer la quantité de foin de 20% la veille et/ou les jours de la compétition”, conseille-t-on néanmoins chez Destrier. Éric Touzaint, expert en nutrition chez Royal Horse, précise: “Il existe différentes sortes de foin. Je recommande de procéder à une analyse fourragère pour en connaîtr...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe