Benoît Cernin, la famille comme archipel

À trente-deux ans seulement, Benoît Cernin affiche une maturité, une détermination et un sangfroid déconcertants. Encore méconnu du grand public, le Saône-et-Loirien a pourtant déjà tutoyé les sommets de son sport en 2017, aux commandes de son Uitlanders du Ter, avec lequel il a foulé les pistes de Saint-Gall, Hickstead ou encore Genève avec brio. S’il n’a pu se maintenir au plus haut niveau, le téméraire est habité par l’envie d’y retourner. Entouré de son clan familial, avec lequel il travaille au quotidien, Benoît Cernin trace sa route, en faisant fi du qu’en-dira-t-on.



“Il vaut mieux un petit chez-soi qu’un grand chez les autres.” Voilà qui résume à merveille le système de Benoît Cernin. Entouré de sa famille, ce passionné a tout construit avec les siens, et c’est ainsi qu’il entend poursuivre son chemin. Né le 18 janvier 1989 à Saint-Vallier, en Saône-et-Loire, rien ne prédestinait Benoît à embrasser une carrière de cavalier puisque ses parents, alors agriculteurs, n’avaient aucun lien avec les chevaux. Néanmoins, son père, Laurent Cernin, avait participé à de nombreuses compétitions dans sa jeunesse, s’illustrant jusqu’au niveau Juniors, avant de se consacrer à...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe