En signant le seul double sans-faute sur les barres, Paola Amilibia s'offre le Grand Prix CSI 4* de Balvanera

Plus de trente cavaliers s'étaient donné rendez-vous sur la grande piste en herbe de Balvanera pour le Grand Prix à 1.55m, point d'orgue du CSI 4* mexicain. Après un barrage disputé par quatre couples, Paola Amilibia s'est imposée aux rênes de Gaudi malgré deux points de temps dépassé reçus lors de cette finale au chronomètre, en étant la seule à ne faire tomber aucune barre lors du second parcours.



Pour ce Grand Prix CSI 4*, le chef de piste proposait un parcours composé de quatorze obstacles, dont un triple, un double, et une rivière placée en numéro 10. Ce tracé n'a pas été de tout repos pour les concurrents au départ, qui n'ont finalement été que quatre à se qualifier pour le barrage. Dès le début de l'épreuve, la difficulté était palpable, puisque les deux premiers cavaliers au départ, Jose Antonio Chedraui Prom et et Juan Jose Zendejas Salgado, ont tous deux terminé avec douze points au compteur. Juste après eux, Federico a fait à peine mieux. Accompagné par Romeo, un Selle Français originellement nommé Barachiel d'Ouilly avec lequel il n'a mis que deux barres à terre.
Quelques minutes plus tard, Carlos Milthaler a bien failli signer le premier sans-faute de l'après-midi. En selle sur Dos Lunas Frankfurt, un mâle bai né en Argentine, le Chilien a uniquement laissé le dernier obstacle à terre. Patricio Pasquel a ensuite été privé de barrage pour la même raison avec Babel, avant que l'un de ses compatriotes, Salvador Oñate, ne réussisse le premier parcours parfait de l'épreuve aux rênes de Beautiful Red, une jument Holsteiner issue du croisement de Casall avec une fille de Colman, à l'instar du bon Caracas de Jos Verlooy.

Après le parcours difficile de Maya Ines Denis Chambon, Alejandro Mills et Miguel Ange Torres Hernandez sont eux aussi passés à une barre seulement d'une qualification pour la finale au chronomètre, en selle sur deux filles de Chacco-Blue respectivement nommées Chataga et Chacendra. Souvent très performante à ce niveau d'épreuve aux rênes Gaudi, dont le nom originel n'est autre que Sire de la Tour Vidal, Paola Amilibia s'est une nouvelle fois qualifié pour le barrage aujourd'hui avec son fils d'Ogano Sitte désormais âgé de cinq ans. Sept chevaux plus tard, Francisco Pasquel et Coronado ont rejoint le couple au barrage, et ont tout de suite été imités par Jorge Andres Muñoz Marin et son tout bon Kingston III.

Premiers à s'élancer lors de la finale au chronomètre, Salvador Oñate et Beautiful Red ont fait tomber le deuxième plan de l'un des premiers oxers du parcours, et franchi la ligne d'arrivée en 50,51 secondes. Après eux, Paola Amilibia n'a pris aucun risque avec son hongre alezan. Partie dès le départ avec le but de laisser toutes les barres sur les taquets, la Mexicaine a même écopé de deux points de pénalité pour temps dépassé, mais sa stratégie a finalement été payante. Après elle, son compatriote Francisco Pasquel a par contre imprimé un vrai tempo dès le début de son parcours, mais a sans doute pris trop de risques sur le dernier obstacle, abordé sur une foulée très longue et mis à terre par son Coronado. Tous deux termineront troisièmes. Finalement, le Colombien Jorge Andres Muñoz Marin a lui aussi pris des risques pour tenter de s'imposer, mais un virage trop court devant le double a mis son Kingston III dans une situation délicate et a conduit à la chute du couple, qui s'est heureusement vite relevé.