2020, une année pour rien?

Particulière à bien des égards, en premier lieu en raison de la pandémie de Covid-19 et l’interruption des compétitions, l’année 2020 a tout de même tenu un certain nombre de ses promesses, et les Grandes Semaines de l’élevage ont pu être maintenues. Alors que cavaliers de jeunes chevaux, étalonniers et éleveurs ont tous opté pour diverses stratégies, quel bilan tirent les professionnels de cette année si spéciale?



Début mars 2020, la pandémie de Covid19 et le confinement national promulgué par le gouvernement pour ralentir la propagation de ce fichu virus ont conduit à un arrêt total des compétitions, y compris celles réservées aux jeunes chevaux. Après plus de deux mois d’interruption, un protocole sanitaire a été présenté au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, en lien avec le ministère des Solidarités et de la Santé, permettant dès le 25 mai une reprise des circuits du Cycle classique en saut d’obstacles, concours et dressage, uniquement pour les acteurs professionnels de la filière faisant valoir le statut professionnel agricole. ...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe