Léon Tolstoï et “Le Cheval”

En 1885 paraît “Le Cheval”, une nouvelle signée Léon Tolstoï. À cette époque, l’auteur a cinquante-sept ans. Sa vie, le Russe l’a passée pour une bonne partie en selle ou avec les chevaux, ayant même développé un élevage dans son domaine. Ce bref récit s’inscrit donc comme un hommage rendu à l’espèce chevaline, lui donnant même la parole et lui permettant, de fait, de décrire l’humanité avec un regard particulier. “Le Cheval” est aussi l’histoire de la différence et de la solitude de ceux qui sont “autres”. Une histoire de préjugés, ou quand la robe ne fait pas le cheval...



Les photos de Léon Tolstoï (1828 - 1910) à cheval ne manquent pas. Dans les champs, devant sa maison, sur les chemins, l’éminent auteur russe, affublé de sa longue barbe, aimait être en selle et vouait au cheval une véritable passion. De nombreux clichés le montrent juché sur une monture, assis bien droit, la tête haute et le torse bombé, comme sur Délire, l’un de ses complices préférés. Il faut dire que l’animal a tenu une place de choix dans la vie de l’écrivain, de son plus jeune âge à presque quatre-vingts ans. Il déclarait lui-même avoir passé au total sept années de sa vie à cheval. “Le cheval, la t&ea...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe