“Pour l’instant, je ne ressens aucune pression par rapport aux Jeux olympiques”, Daniel Deusser

Récemment redevenu numéro deux au classement mondial Longines des cavaliers, Daniel Deusser est de retour en Europe après une tournée triomphale en Floride. Outre-Atlantique, l’Allemand s’est adjugé sept épreuves, dont trois Grands Prix avec ses deux meilleures montures, Killer Queen VDM et Scuderia 1918 Tobago Z. Le cavalier des écuries Stephex a pris le temps de revenir sur ces quelques semaines à Wellington, Bingo Sainte Hermelle, son nouveau Selle Français, qu’il a ramené avec lui en Belgique, la course au brassard de numéro un mondial et son état d’esprit à quelques mois des Jeux de Tokyo, où il comptera parmi les favoris. Il donne également des nouvelles de Cornet d’Amour, son glorieux retraité, et de Jasmien van den Bisschop, absente depuis septembre.



Vous venez de passer un excellent début d’année en Floride, avec sept victoires et de multiples classements lors du Winter Equestrian Festival de Wellington. Vous attendiez-vous à de tels résultats? Absolument pas. Bien sûr, nous y sommes allés dans l’idée de gagner quelques épreuves. Et nous avons vécu une tournée fantastique. J’ai obtenu des victoires exceptionnelles. Personne ne peut s’attendre à de tels résultats. C’est une série de concours compétitifs, où tous les cavaliers sont là pour gagner. J’entrais en piste pour faire de mon mieux, mais je n’aurais jamais pensé obtenir autant de résultats. Avez-vous une ...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe