Karma et Océane, le brillant duo mère-fille de Nantuel (partie 2)

Notre galerie de portraits intitulée “Trésors de championnes” s’intéressait hier à l’histoire de Karma et Océane de Nantuel. Pour rappel, GRANDPRIX s’est appuyé sur une sélection de juments nées après 1995, ayant obtenu d’excellents résultats sportifs, matérialisés par l’obtention d’un indice de performances supérieur à 160, et ayant engendré au moins deux produits eux-mêmes indicés à 140 et plus. Après la première partie de cet article, à retrouver ici, retour sur la suite de la carrière d’Océane de Nantuel qui, après avoir connu des bons résultats avec Michel Hécart, Pedro Veniss et Connor Swail, a terminé avec panache sa carrière sportive sous la selle de Titouan Schumacher.



Avec Connor Swail, Océane de Nantuel a réalisé l'une des plus belles performances de sa carrière.

© Sportfot

Le couple poursuit sa route avec une ribambelle de classements : quatrième du Grand Prix Pro Élite à 1,50m de Marolles en Brie, deuxième du Grand Prix Pro 1 à 1,45m de Chantilly puis septième d’une épreuve à 1,45m lors du 3* de Canteleu en 2010. L’année suivante, la paire attaque le niveau 5*, à l’occasion du Winter Equestrian Festival (WEF) de Wellington. Le succès est toujours au rendez-vous pour Michel Hécart et sa protégée. En 2012, le pilote se casse les cervicales et ne peut plus mettre le pied à l’étrier. Il confie alors les rênes d’Océane à plusieurs cavaliers, qui présentent la jument sur les pistes américaines de Wellington. 

En plus d’être faite pour gagner et très compétitive, on pouvait la changer de mains facilement”, reprend Michel Hécart. “Je l’ai confiée à Alexandra Paillot pour faire la Coupe des nations, elle l’a montée au pied levé. La jument s’est très bien comportée. Ma fille (Marie Hécart, ndlr) l’avait aussi montée, puis je l’avais confiée à Conor Swail, un cavalier irlandais qui monte extrêmement bien. Il a couru le Grand Prix à 500 000 $, dont il a pris la sixième place, alors qu’il n’avait jamais monté la jument avant ! Océane était formidable car elle pouvait vraiment tout faire, changer de cavaliers, être compétitive. C’était une jument un peu exceptionnelle.



Avec Titouan Schumacher, l’entente finit par opérer

Après cette belle performance dans le difficile Grand Prix CSI 5* de Wellington, Océane de Nantuel est cédée à Titouan Schumacher. “Je l’ai vendue à Titouan car il lui fallait un cheval d’expérience pour commencer à faire de bonnes épreuves”, justifie Michel Hécart. Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu pour le néo duo. “Ils sont allés trop vite. Titouan montait bien mais n’avait pas encore toute l’expérience. Ils ont mis la charrue avant les bœufs et cela s’est mal passé. La jument s’est arrêtée alors que c’était une jument qui ne s’avait pas ce que c’était de s’arrêter. Ils ont un peu loupé le coche”, relate le cavalier Tricolore.

Après une première saison en demi-teinte, Océane de Nantuel passe sous couleurs brésiliennes en 2014. Avec Pedro Veniss, la fille de Karma de Nantuel retrouve le haut des classements, sur des épreuves intermédiaires. “J’ai remis la jument en route, et Titouan l’a reprise. Petit à petit, le couple s’est formé et la suite a été formidable. Entre-temps, Titouan avait progressé. Et désormais, il monte de manière formidable”, salue Michel Hécart. 

Titouan Schumacher ne retrouve la belle brune en compétitions qu’en 2015. Mais, dès lors, les succès s'enchaînent. Après quelques parcours de remise en route, le couple termine troisième du Grand Prix Pro 1 d’Ezy sur Eure, avant de signer deux très belles performances au CSI 2* d’Auvers, dont une troisième place dans le Grand Prix dominical. À Saint-Lô, quelques semaines plus tard, les deux complices sont deuxièmes d’une épreuve de même niveau, avant de décrocher l’une de leurs plus belles victoires, sous la verrière du Grand Palais, dans le Prix des Talents Hermès, en mars 2016. Le couple est alors bien rodé et s’impose de nouveau en Grand Prix 2* à Sancourt, avant de rafler cinq épreuves internationales supplémentaires au CSI 2* de Knokke, au 4* de Zandhoven et au 3*-W de Tétouan. Forte de cette faste saison, Océane de Nantuel est créditée d’un indice de performance de 166, le meilleur qu’elle n’ait jamais obtenu. 

Pour sa dernière année de compétition, la belle brune accroche dix-neuf classements internationaux. Elle fait finalement ses adieux à la compétition en novembre 2017, lors du CSI 4* de Rouen. “J’avais l’impression, de temps en temps, d’avoir une télécommande au barrage, comme si elle connaissait le parcours”, contait récemment Titouan Schumacher devant les caméras de Mares of Mache. “Ce qu’il y a derrière la génétique de l’élevage de Nantuel est juste extraordinaire. [Océane a] du respect, de l’intelligence et [est] attachante. C’est une jument avec vraiment beaucoup de personnalité. Je pense qu’il n’existe pas de meilleure qualité ailleurs.

Océane de Nantuel a fini sa carrière sportive sur les chapeaux de roues, aux commandes de Titouan Schumacher.

© Scoopdyga



À l’élevage comme en piste, Océane réussit

Uthope de la Roque, ici monté par Patrice Delaveau, est le meilleur produit d'Océane de Nantuel.

© Sportfot

En parallèle de sa carrière sportive bien remplie, Océane de Nantuel a donné plusieurs poulains au haras de la Roque et à celui des Brimbelles. Parmi ses huit produits, trois descendants de Kannan (ISO 178, KWPN, Voltaire, Han x Nimmerdor) sortent du lot : Uthope (ISO 161), Viceversa (ISO 156) et Atlantic de la Roque (ISO 145). Le premier a fait ses gammes de quatre à six ans avec Rémi Morteau avant de rejoindre Franck Schillewaert. Classé jusqu’à 1,40m à sept ans, Uthope de la Roque a ensuite été acquis par le haras des Coudrettes, qui l’a confié à Patrice Delaveau. Ensemble, le couple s’est montré compétitif jusqu’à 1,45m, engrangeant seize victoires internationales et vingt-et-un top cinq. Après quelques parcours aux côtés de Kiliann Nicolas et Eugénie Angot, le Selle Français poursuit sa route avec Tony Hanquinquant depuis fin 2020. Le duo a déjà remporté trois épreuves internationales, à 1,35 et 1,40m.

Viceversa de la Roque, de son côté, a été formé à quatre et cinq ans par Yannick Priolet, Pierre Rozzonelli et Fabien Ferre, avant de rejoindre Alexis Deroubaix à six ans. Après une saison correcte, la jument a été vue sous la selle de David Jobertie, avec qui elle a récolté plusieurs classements, puis avec Michel Hécart. Exportée en 2016, Viceversa a été pilotée par l’Italien Alberto Zorzi. Ensemble, ils ont réalisé de belles performances et sont apparus jusqu’en 5*. Citons notamment deux bonnes septièmes places au CSI 5* de Paris en mars 2018 dans des épreuves intermédiaires, suivies d’une victoire dans le Grand Prix CSI 2* d’Opglabbeek en septembre et d’une quatrième place à Zwolle en fin d’année, au niveau supérieur. Désormais, Viceversa de la Roque concourt avec le jeune Roberto Previltali. 

Enfin, Atlantic de la Roque, passé aux commandes des deux Charles-Henri, Robert et Fermé, a longtemps évolué avec Jacques Helminger. Avec ce dernier, le fils de Kannan a sauté jusqu’à 1,40m. Depuis l’été 2020, le bai poursuit sa route avec Julien Gonin. Le duo s’est déjà octroyé de nombreux classements, notamment à 1,35m, hauteur à laquelle Atlantic de la Roque semble être un redoutable compétiteur.

Aperçu un temps en compagnie d’Alexis Deroubaix, Ultimatum de la Roque évolue aujourd’hui avec la cavalière amateur Alexandra Ruel et Up’La se la Roque, sortie à quatre ans, n’est plus apparue en compétitions depuis 2014. 



Départ pour la Belgique

Samba de la Roque, première fille d’Océane de Nantuel s’est directement consacrée à la reproduction. Elle a donné quatre produits, par Rasta du Soutrait (ISO 123, Adelfos, SE x Nidor Platière, SF), Armitages Boy (Old, Armitage x Feo, Han), Bamako de Muze (BWP, Darco x Jalisco B, SF) et Chacco Rouge (Old, Chacco Blue, Meckl x Papillon Rouge, SF). “J’avais fait saillir Océane par Kannan et nous avons une jument que nous avons mis à l’élevage. Elle m’a donné une très bonne jument par Armitages Boy (Foxy de la Roque, ndlr). Je suis content d’avoir gardé la souche. Pour des gens qui font un peu d’élevage comme nous, c’est plutôt sympathique. Cela me fait une jument un peu exceptionnelle grâce à la souche”, confirme Michel Hécart. “Océane a amené son cœur, son courage et son respect. Je pense qu’elle est une très, très, bonne mère. Après, tout est une question de croisement. Comme nous, elle avait quelques petits défauts. Il faut faire en sorte de combler ces défauts et d’utiliser ses qualités. Et elle en avait beaucoup ! 

Pour le compte du haras des Brimbelles, Océane a également donné deux jeunes produits, Global des Brimbelles (SF, Cornet Obolensky, ex Windows van het Costersveld) et Krinky des Brimbelles (SF, Président), âgées de cinq et un an. La première citée a été vendue au groupe BW élevage, récemment fondé par Vittorio Garrone, en Normandie. Deux saillies, de Carambole (Holst, Cassini I x Concerto II) et Nintender (KWPN, Namelus R x Contender, Holdt), ont été enregistrées au SIRE l’an dernier pour cette jument. En 2020, enfin, Océane a donné trois nouveaux embryons, par Cornet Obolensky (BWP, Clinton, Holst x Heartbreaker, KWPN), Conte Bellini (West, Cornet Obolensky, BWP x Ramiro, Old) et Amadeus (Z, Artos, Han x Kannan, KWPN).

Le 9 mars dernier, Mares of Macha, un vaste site d’élevage situé en Belgique, a annoncé l’arrivée de la pépite de Nantuel dans ses prairies. Océane donnera désormais des embryons, qui seront mis en vente sur le site internet de la structure développée depuis 2018 par Martine et Pieter Devos, Klaas de Coster et Frederik de Backer. Digne fille de sa mère, dans le sport comme à l’élevage, Océane de Nantuel a, quoi qu’il arrive, contribué à perpétuer le formidable patrimoine génétique développé par Claire et Jacques Gouin, et désormais repris par leurs enfants et petits-enfants.