Mort la semaine dernière, Heartbreaker était incontestablement l’un des étalons néerlandais les plus marquants des vingt-cinq dernières années. Grand performer international, il a marqué l’élevage de son empreinte à travers de nombreux performers à très haut niveau, mais aussi par le biais de ses filles poulinières et fils étalons. Le qualificatif de chef de race lui allait comme un gant.



Qu’est-ce qu’un chef de race? C’est d’abord un grand reproducteur, bien sûr, mais surtout un étalon qui marque encore longtemps après sa mort, via ses descendants mâles ou femelles. Finalement, assez peu de sires peuvent se targuer d’avoir été de grands reproducteurs tout en engendrant un grand nombre de mères et d’étalons qui, à leur tour, ont donné naissance à quantité de gagnants au plus haut niveau… En ce sens, Heartbreaker est le digne successeur de son père, Nimmerdor, qui a grandement influencé l’élevage batave, voire mieux selon Jeannette Nijhof, fille de l’étalonnier Henk Nijhof, propriétaire d’Heartbreake...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe