Laura Kraut impose déjà sa nouvelle star à Wellington

Si l’Europe a connu une interruption conséquente des compétitions, en raison de l’épizootie de rhinopneumonie, l’Amérique n’a pas - ou très peu - souffert de ce tragique épisode. Après une courte semaine de pause, les pistes de Wellington ont repris du service ce week-end. Et comme lors du dernier Grand Prix CSI 4* couru dans le cadre du Winter Equestrian Festival, un certain Baloutinue s’est imposé. Cette fois, l’agile bai brun avait pourtant une nouvelle cavalière sur son dos, et pas des moindre, puisqu’il s’agissait de l’Américaine Laura Kraut. La redoutable Beezie Madden et la jeune Paris Sellon ont complété le tiercé gagnant.



Il n’aura pas fallu longtemps à l’Américaine Laura Kraut pour prendre toute la mesure de son nouveau partenaire, le génial Baloutinue, lauréat d’un Grand Prix CSI 4* à Wellington avec le Franco-Américain Adam Prudent. Alors qu’ils n’évoluent ensemble que depuis quelques jours, l’amazone et sa monture ont pris directement pris part au Grand Prix CSI 3*, organisé dimanche 18 avril sur la vaste piste en herbe de Wellington, en Floride. 

Sur un premier parcours relevé, onze couples ont résolu l’équation posée par le chef de piste. La dernière ligne, notamment composée d’un triple, a piégé bien des concurrents, dont l’Américaine Alish Cuniffe, très à son aise aux rênes de l’ancien partenaire des McAuley, Vivaldi du Theil, le champion brésilien Rodrigo Pessoa, associé à Quality FZ, son espoir olympique, ou encore Jessica Springsteen, aux commandes de la lionne Volage du Val Henry, très à l’effort dans la combinaison. Fort heureusement, tous les couples n’ont pas été à la peine dans ce délicat Grand Prix.

Ainsi, se sont qualifiés pour le barrage, Sharn Wordley, Enrique Gonzalez, Brian Courane, Paris Sellon, Erynn Balard, Laura Kraut, Beezie Madden, Paul O’Shea, Santiago Lambre, Beat Mändli et Nayel Nassar. Tous associés à de redoutables montures, les pilotes se sont livré une belle bataille dans le barrage.



Triplé américain et féminin

Sur un tracé aéré, et ne comportant que huit efforts, les qualifiés ont tout tenté au barrage. Sharn Wordley, parti en numéro un avec son styliste Verdini d’Houtveld Z a signé le premier parcours parfait, s’offrant par la même occasion une cinquième place. Imitant son camarade, Enrique Gonzalez prend lui la quatrième place avec Chacna, lauréate du Grand Prix CSI 4* de Coapexpan en octobre 2020.

Impressionnante aux rênes de la plaisante Anna Jo, Paris Sellon, compagne du Suisse Martin Fuchs, a encore abaissé le chronomètre, malgré un saut peu académique sur la sortie du double placé en numéro 4. La Canadienne Erynn Ballard et Jack van’t Kattenheye, auteurs d’un très joli barrage, ont malheureusement laissé l’entrée du double à terre. 

Après l’Irlandais Paul O’Shea, fautif en début de parcours, Santiago Lambre, tout comme l’Égyptien Nayel Nassar, associé, lui, à l’exceptionnel Darry Lou, ont renversé le deuxième plan de l’oxer numéro 2. Notons toutefois les bons progrès entamés par le compagnon de Jennifer Gates, qui semble comprendre de mieux en mieux son nouveau crack. Le Suisse Beat Mändli, parti en fin de barrage, a assuré un parcours assez fluide, malgré une forte reprise avant l’ultime oxer du parcours, aux rênes de la photogénique Dsarie.

Laura Kraut, très rapide aujourd’hui, a réalisé le meilleur barrage, malgré quelques discussions de la part de son partenaire, notamment en milieu de parcours. Le somptueux barrage de Beezie Madden, tout en fluidité avec le vainqueur de la finale de la Coupe du monde Longines de Bercy en 2018, Breitling LS, ne lui a pas permis d’empocher la mise.



"Le monde entier a demandé à acheter Baloutinue", Laura Kraut

L'entente s'est faite rapidement entre Laura Kraut et Baloutinue.

© Sportfot

"Je suis juste absolument ravie", s'est réjouie Laura Kraut, à l’issue de sa victoire. "Ce que j'ai toujours aimé chez lui, c'est qu'il me rappelle un Pur-sang. Il a beaucoup de sang, il est courageux, il a de l'allure, et il a toutes les meilleures qualités d'un pur-sang. C'est juste un cheval rapide. C'est la qualité d'un pur-sang, car je n'ai pas monté un parcours rapide. J'ai fait plus de foulées que les autres, mais il est aussi rapide que cela ! Il atterrit et s'éloigne du saut très, très vite, donc je pense que c'est là que j'ai eu l'avantage."

Interrogée au sujet de son nouveau partenaire, Laura Kraut n’a pas manqué d’éloges à son sujet. "J'ai la chance d'être très proche des Prudents (anciens propriétaires de Baloutinue, ndlr)", a déclaré l’heureuse cavalière. "Le monde entier a demandé à l'acheter, y compris moi, il y a plusieurs années. C'était un cheval formidable pour Adam (Prudent, ndlr) qui devait aller au plus haut niveau, ce qu'il a fait et d’une très bonne façon. Quand l'occasion s'est présentée, j'ai eu beaucoup de chance d'avoir un propriétaire qui était prêt à intervenir et à l'acheter pour moi. Katie et Henri [Prudent] ont une confiance absolue en lui et pensent qu'il est l'un des meilleurs chevaux du monde, et moi aussi. Je n'arrive pas à y croire ; je me sens comme la personne la plus chanceuse de l'avoir."

Pour Laura Kraut, déjà bien équipée, l’arrivée de Baloutinue est un atout de choix, à quelques mois seulement des Jeux olympiques. Et l’encadrement de la fédération américaine des sports équestres ne s’y est pas trompé, puisque le néo duo figure déjà sur la liste des présélectionnés pour l’échéance. Les verra-t-on à Tokyo cet été ? Réponse dans quelques mois. 

Les résultats complets.