Et si l’on relançait un circuit para-équestre?

Discipline non reconnue par la Fédération équestre internationale et inexistante dans de nombreux pays, le saut d’obstacles para-équestre a longtemps constitué une spécificité française. Hélas, il y a un peu moins de six ans, la Fédération française d’équitation a décidé de suspendre le circuit d’excellence de la discipline, puis de supprimer celle-ci. Laetitia Bernard, Salim Ejnaïni, Ophélie de Favitski et José Letartre, régulièrement primés à l’époque, ont accepté de revenir sur leur expérience, mais aussi et surtout de parler de l’avenir de la pratique du saut d’obstacles par les personnes en situation de handicap.



“C’est un grand gâchis”, résume Laetitia Bernard à propos de l’arrêt du circuit d’excellence de para-CSO, décidé en 2015 par la Fédération française d’équitation (FFE). Non voyante de naissance et ayant débuté le saut d’obstacles à l’âge de treize ans, la voix des sports équestres sur les chaînes de Radio France, sacrée championne de France à plusieurs reprises, a concouru durant plusieurs saisons sur ce circuit, qui a d’ailleurs porté plusieurs noms. “On l’a appelé Coupe de France, circuit para-équestre de CSO, puis circuit d’excellence para-CSO”, rappelle Salim Ejnaï...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe