Les gagnants et les perdants du commerce de paillettes

À l’amiable ou aux enchères, sur les réseaux sociaux ou dans des catalogues d’étalonniers reconnus, il est de plus en plus facile pour un éleveur de se procurer des paillettes d’étalons. Une opération pouvant s’avérer intéressante, mais qui peut également tourner au cauchemar... Président du Groupe France Élevage, Arnaud Évain revient sur les avantages, les risques et les précautions à prendre avant de se lancer.



Dans la première moitié des années 1980, lorsque la technique de l’insémination artificielle de semence congelée (IAC) a été mise à la disposition des éleveurs, les paillettes de semence congelée n’étaient qu’un moyen d’honorer un contrat de saillie. L’usage était alors d’en confier quarante-huit par contrat aux centres d’insémination, permettant de réaliser six inséminations à huit paillettes. À l’époque, ces centres étaient peu nombreux, et il était d’usage de retourner les paillettes non utilisées vers un centre de stockage en fin de saison... Petit à petit, les règles de com...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe