“Je n’ose pas encore penser à Tokyo”, Anne-Sophie Serre

Privés de grandes compétitions depuis de longs mois, les meilleurs cavaliers de dressage se réjouissent de retrouver les pistes du Stade équestre du Grand Parc de Compiègne pour la dixième édition des Internationaux de Dressage du 27 au 30 mai. Une étape essentielle à seulement deux mois des Jeux olympiques de Tokyo, comme l’explique Anne-Sophie Serre, championne de France Pro Élite en titre avec Actuelle de Massa.



La date est à coup sûr cochée en rouge dans leur agenda. Une libération. “Enfin !”, lâche Anne-Sophie Serre, membre de l’équipe de France, présente à Compiègne avec sa jument lusitanienne Actuelle de Massa. “Cela fait plus d’un an que nous n’avons plus eu accès à une compétition de ce niveau. C’est vraiment réconfortant d’avoir en France des organisateurs qui ont su garder le cap. Avec un plateau de grande qualité et un jury très proche de celui des Jeux olympiques, ce rendez-vous va nous aider à reprendre le pli du très haut niveau. Ce concours est plus que bienvenu et va nous permettre de mieux préparer les Jeux olympiques en cas de sélection. Sans oublier, bien évidemment, que nous aimons la compétition et que cela nous manque.”

À l’instar de tous les cavaliers, la cavalière, associée pour la France à Maxime Collard (Cupido PB) et Isabelle Pinto (Hot Chocolate VD Kwaplas*de la Gesse), compte beaucoup sur le Crédit Mutuel Nord Europe CDIO5* de Compiègne, étape de la Coupe des nations FEI, pour retrouver ses repères.

“Cela va être très important de pouvoir dérouler nos reprises sur le beau terrain de Compiègne”, estime la Tricolore. “Le niveau va être très relevé et va nous permettre de nous situer par rapport aux autres. Personnellement, Actuelle est très fraiche, c’est le moins que l’on puisse dire. Comme moi, elle a besoin de reprendre ses marques et de retrouver l’adrénaline de la compétition.”

Avec la perspective de plus en plus proche des Jeux olympiques de Tokyo (du samedi 24 au mercredi 28 juillet pour le dressage), le rendez-vous compiégnois prend en effet une dimension encore plus importante. Le concours isarien offrira de précieuses indications aux différents sélectionneurs avant d'annoncer les heureux élus dans quelques semaines (pour la France, probablement après le CDI 4* du Mans, du 17 au 20 juin).

“Je n’ose pas encore penser à Tokyo”, tempère la cavalière. “Évidemment, comme pour tous les sportifs, participer aux JO serait un rêve. Une sorte d’aboutissement pour le cavalier mais aussi pour l’éleveur et toute l’équipe. Mais pour l’instant, je préfère me concentrer uniquement sur Compiègne avec juste la volonté de faire du mieux possible pour moi et pour l’équipe de France.”

Et de savourer ce retour à la grande compétition. Une approche partagée par les près de deux cents couples venus de vingt-quatre pays et présents à Compiègne dans quelques jours, sur les sept épreuves au programme: Crédit Mutuel Nord Europe CDIO5*, CDI 3*, CDI 2*, CDI U25, CDI Juniors, CDI Jeunes cavaliers et CDI Poneys.

La liste complète des engagés est disponible ici

En 2019, Anne-Sophie Serre avait pris part au CDIO 5* de Compiègne avec Vistosso de Massa.

© Agence Écary/CDIO 5* Compiègne