Avoir son cheval chez soi, une passion dévorante?

Voir son cheval sous sa fenêtre et passer du temps avec lui du matin au soir, beaucoup de propriétaires en rêvent ou sautent le pas. Organisation millimétrée, équilibre précaire entre vie professionnelle, familiale et sociale, les propriétaires ne ménagent pas leur peine pour le bien-être de leurs équidés. Zoom sur ce mode d’hébergement où la passion du cheval est le maître mot.



Parmi les sept cent quatre-vingts lecteurs ayant répondu au récent sondage en ligne GRANDPRIX, 78% ont sauté le pas et ont des chevaux chez eux, quand 22% l’envisagent et/ou ne le peuvent pas. Charline, une des sondés, résume de sa plume tous les freins à l’hébergement d’un cheval: “En premier lieu, le manque de terrain, car je souhaite que mes chevaux puissent vivre sur plusieurs hectares. Ensuite, le temps ; j’ai un travail prenant et je ne pourrais pas aller vérifier en journée les clôtures après chaque tempête. Puis, l’argent: louer autant d’hectares représente un certain coût, en plus de l’eau et du foin. Il faut aussi rajouter la location ou c...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe