L’intrépide Kent Farrington et le courageux Creedance gagnent leur deuxième épreuve majeure de la semaine à Rome

Pour la deuxième fois en trois jours, Kent Farrington et Creedance se sont tenus grands et fiers lorsque l’hymne national des États-Unis a retenti dans l’arène du CSIO 5* de Rome, l’inégalable Piazza di Siena, après la victoire dans le Petit Grand Prix à 1,55m qui s’est disputé cet après-midi. Au terme d’un barrage à treize, l’Américain et son hongre alezan de quatorze ans ont devancé l’Italien Lorenzo de Luca, deuxième sur Scuderia 1918 Halifax van het Kluizebos. Très belle performance de Pénélope Leprevost, huitième sur Vérité Une Prince.



Petit Grand Prix, le titre de l’épreuve majeure du jour au CSIO 5* de Rome, était trompeur, car le parcours à 1,55m tracé par le génial chef de piste italien Uliano Vezzani était énorme, et requérait le meilleur de chaque couple en termes de technicité. Pour autant, treize paires en ont trouvé la clé, et Kent Farrington, avant-dernier à repartir au barrage, a emporté la décision, comme souvent, au mérite d’une brillante chevauchée sur son courageux Creedance, déjà vainqueur jeudi de la première épreuve majeure disputée sur la place de Sienne.

Des quatre Italiens qui se sont hissés au barrage, c’est Lorenzo de Luca qui a été le meilleur, terminant deuxième, à plus d’une seconde et demie de l’Américain, sur Scuderia 1918 Halifax van het Kluizebos, cheval avec lequel il avait remporté le Grand Prix Rolex d’Italie en 2018 sur la Piazza di Siena et qui était naturellement l’un des favoris de cette épreuve d’aujourd’hui. Participant étonnamment à son premier Officiel d’Italie, le Belge Grégory Wathelet, vainqueur hier de la Coupe des nations Intesa Sanpaolo avec Nevados S, associé à Jérôme Guéry, Yves Vanderhasselt et Olivier Philippaerts, s’est classé troisième sur Picobello Full house ter Linden. Après la journée décevante d’hier, où il n’avait pas été en mesure de se qualifier pour la seconde manche de l’épreuve par équipes, le saut d'obstacles italien a trouvé quoi se réjouir cet après-midi grâce à Antonio Alfonso, Ludovica Minoli et Emanuele Gaudiano, qui ont pris les quatre, cinq et sixième places de ce Petit Grand Prix sur Donanso, Jus de Krack et Chalou, crédité du barrage fautif le plus rapide.



Un parcours des plus sélectifs

Les sept et huitième places ont récompensé deux autres couples ayant joué crânement leur chance lors de la finale au chronomètre: le Suédois Douglas Lindelöw avec Cheldon et Pénélope Leprevost, qui avait misé sur Vérité une Prince et qui peut en être satisfaite. Une faute également à ce stade pour le Suisse, Martin Fuchs, champion d’Europe en titre, neuvième sur Conner 70, qu’il monte depuis décembre 2020, l’Égyptien Abdel Saïd, dixième avec sa Selle Français Arpège du Ru, le Suisse Steve Guerdat, numéro un mondial, onzième avec PB Maserati van Orti, neuf ans, qu’il monte depuis l’automne dernier, le Brésilien Luiz Francisco de Azevedo, douzième avec My Way, ainsi que pour le Japonais Eiken Sato, treizième sur son fidèle SF Saphyr des Lacs.

Avec un temps limité de 74’’ et trois doubles sur le parcours, dont deux placés successivement en numéros 9 et 9, ce qui nécessitait des chevaux toniques et en équilibre ainsi que des cavaliers précis, le parcours initial dessiné par Uliano Vezzani n’avait rien d’une promenade de santé. Et la dernière ligne, composée du célèbre Colisée, défendu par un mur de palanques, et d’un oxer à l’ancienne en bouleau argenté, garni de quatre petits pins, a également gêné bien des couples, anéantissant les espoirs de beaucoup de cavaliers encore sans faute jusqu’alors. Côté français, Marc Dilasser a manqué de réussite, essuyant un refus d’Abricot Ennemmelle sur l’oxer 7, positionné dans un angle délicat, non sans survoler toutes les autres difficultés. Finalement, Kevin Staut et Mathieu Billot n’ont pas pris le départ de l’épreuve avec Blackonda et Lord de Muze, qui sautera le Grand Prix demain.

Heureux de l’état de forme de ses chevaux, Kent Farrington a décrit Creedance comme “naturellement très confiant. Je le gère simplement du mieux que je peux. Il veut déjà aller vite donc mon travail consiste à ne pas le laisser aller trop vite! Les barrages sont faciles parce que j’ai juste à suivre son plan, donc peu importe ce que les autres font. Il effectue son tour et, normalement, si je le suis de façon consciencieuse, soit nous gagnons, soit nous terminons tout près de la victoire”, sourit l’Américain, qui a célébré sa vingt-septième victoire internationale, et la vingt-troisième à 1,55m et plus, ce qui est tout simplement prodigieux en termes de gestion.

Les résultats et vidéos

Revivez le barrage des lauréats de l’épreuve

Comme hier dans la Coupe des nations, Pénélope Leprevost a été la meilleure Française, se classant huitième avec Vérité une Prince.

Comme hier dans la Coupe des nations, Pénélope Leprevost a été la meilleure Française, se classant huitième avec Vérité une Prince.

© Sportfot