Parmi les espoirs de demain en lice à Compiègne, seul Arthur Barthel a fait résonner la Marseillaise

Le week-end passé, Compiègne a accueilli la dixième édition des Internationaux de dressage. Si les dresseurs les plus chevronnés se sont affrontés dans les CDI 3* et CDIO 5*, les jeunes talents n’étaient pas en reste avec des épreuves Poneys, Juniors, Jeunes Cavaliers et U25. Tour d’horizon des faits marquants, avec la Marseillaise d’Arthur Barthel le premier jour chez les Jeunes Cavaliers, la victoire de la Suissesse Estelle Wettstein hier dans la Libre dédiée aux moins de vingt-cinq ans ou encore la domination de la nouvelle venue germanique Julie Sofie Schmitz-Heine chez les Poneys.



La dixième édition des Internationaux de dressage de Compiègne a signé le retour du grand sport et était donc particulièrement attendue. À moins de deux mois des Jeux olympiques de Tokyo et dans la perspective des différents championnats d’Europe de cet été, le rendez-vous isarien a offert à de nombreux sélectionneurs l’opportunité d’une grande revue d’effectif dans toutes les catégories d’âge. Si pour l’équipe de France Seniors, le CDIO 5* constituait une première épreuve d’observation en vue de la sélection olympique finale, les jeunes Tricolores étaient également présents en nombre. Comme leur aînés, qui se rendront dans trois semaines au CDI 4* du Mans pour une ultime compétition avant l’annonce de l’équipe de France qui sera du voyage au Japon, la relève a, elle aussi, rendez-vous au Pôle européen du cheval du 17 au 20 juin prochain. Le site sarthois sera l’hôte des Coupes des nations Poneys, Juniors, Jeunes Cavaliers et Enfants – cette dernière catégorie n’étant pas représentée ce week-end à Compiègne. 



Une seule victoire française signée Arthur Barthel

Arthur Barthel et Bambino de Massa.

© PSV

La Marseillaise n’a retenti qu’à une seule occasion, lors de l’épreuve “Team Test” chez les Jeunes Cavaliers. Cette victoire est revenue à Arthur Barthel, en selle sur son étalon de dix ans Bambino de Massa. Le couple, qui compte deux sélections en championnats d’Europe, Juniors (2019) puis Jeunes Cavaliers (2020), a été crédité de 70,343%. Une belle performance pour le cavalier de dix-neuf ans, qui s’entraîne désormais aux côtés d’Isabelle et Carlos Pinto, après plusieurs années à évoluer sous le regard du couple Serre. Le duo a ensuite continué son week-end avec une cinq puis sixième places, respectivement dans l’Individuelle (69,51%) et la Reprise Libre en Musique (71,37%). 

“Je suis satisfait car nous avons travaillé cet hiver sur les défauts du cheval. Être récompensé par une victoire est donc motivant. La suite du week-end s’est bien passée et nous avons terminé sur une belle note dans la Libre. Le travail au galop est l’un des points forts de mon cheval, qui a une bonne capacité à se rassembler. En revanche, il manque d’élasticité et d’aisance au trot, et a du mal à se déplier. Nous orientons notre travail pour combler cela, et ce week-end, le résultat était plutôt pas mal”, réagit le Tricolore.

À noter également les belles performances dans cette catégorie de Mado Pinto aux rênes de Hot Bit de la Gesse, un hongre de dix ans. Le meilleur couple français des derniers championnats d’Europe Juniors est monté sur le podium de la Libre, crédité de 75,540%. De bonne augure pour la suite de la saison. Précédemment, le couple avait pris la sixième place de l’Individuelle (69,412%). De son côté, Yoann Bourguine a été le deuxième meilleur Français de la reprise “Team Test” vendredi, se classant cinquième avec son fils de Zizi Top, Favian WH, âgé de onze ans, pour leur première apparition internationale commune (69,51%). 



La Suisse domine en U25, tremplin vers le Grand Prix

Estelle Wettstein, lauréate de La Libre U25 aux rênes de Great Escape Camelot.

© PSV

Épreuves de transition entre les Jeunes et les Seniors, les épreuves dédiées aux cavaliers de moins de vingt-cinq ans ont souri à la Suisse. L’hymne helvétique a retenti samedi sur le stade équestre du Grand Parc pour saluer le succès de Charlotta Rogerson, vingt-trois ans, en selle sur Famora, jument KWPN de onze ans (70,684%). Hier, Estelle Wettstein, vingt-quatre ans, déjà présente sur le circuit de la Coupe du monde et dans les grands concours internationaux avec son cheval de tête West Side Story OLD, et en selle à Compiègne sur Great Escape Camelot, a dominé la Reprise Libre en Musique (73,885%). 

“Je suis très contente car c’est un jeune cheval de seulement dix ans et il s’agissait de sa première Reprise Libre en Musique en U25. Il s’est beaucoup donné et montre du potentiel pour l’avenir. Il a besoin d’encore un peu de temps et les CDI 4* lui demandent trop d’efforts (le couple avait pris part à un Grand Prix CDI 4* à Hagen en avril, ndlr). J’ai donc préféré redescendre d’un niveau afin qu’il garde le plaisir d’évoluer sur les rectangles, qu’il n’associe pas les concours avec la difficulté”, relate la Suissesse. Également présente dans le CDI 3* avec Quaterboy, elle confie que “le week-end a commencé un peu difficilement car il était très tendu mais c’était finalement une bonne expérience. C’est toujours un plaisir de revenir à Compiègne, après cinq ans d’absence. Finir avec une victoire est génial et je rentre à la maison avec un très bon sentiment.” Désormais, Estelle Wettstein a les yeux rivés sur Tokyo et les Jeux. “Nous avons les sélections dans quelques semaines. Ma jument (West Side Story OLD, ndlr) est en grande forme. Elle a commencé sa saison en douceur, progressant à chaque sortie. Je serai en concours à Achleiten dans deux semaines, et j’espère bien pouvoir prendre part aux JO !”

Seule Tricolore au départ, Camille Audo a terminé dix (65,171%) puis neuvième (68,75%) avec Behroez. Des pourcentages en hausse après leur premier essai au début du mois dans le CDI U25 de Wellington, Heckfield, en Grande-Bretagne, où s’entraîne l’amazone. Le duo découvre depuis cette saison ce niveau d’épreuve après avoir représenté la France lors de deux échéances continentales Jeunes Cavaliers en 2019 et 2020.



L’Allemande Julie Sofie Schmitz-Heine raffle tout chez les Poneys

Julie Sofie Schmitz-Heinen gardera un très bon souvenir de sa venue à Compiègne. Avec son poney de onze ans Carleo GO, l’Allemande a signé un grand chelem en remportant les trois épreuves de la compétition. Nouvelle venue sur le circuit international, la jeune cavalière de quatorze ans s’est d’abord adjugée le “Team Test” avec 74,714%, devançant de quelques centièmes sa compatriote Antonia Roth, numéro deux au classement mondial FEI Poneys et associée à Daily Pleasure We, puis la reprise individuelle (75,361%). Hier, dans la Libre, la Germanique a confirmé sa domination avec l’unanimité chez les trois juges et une excellente note de 79,417%. “Je suis très surprise”, confie très timidement la cavalière installée près de Cologne. “Je ne pensais pas que cela pouvait être possible. J’ai ce poney depuis qu’il a trois ans et il en a maintenant onze. Cela ne fait qu’un an et demi que nous faisons des compétitions et c’était mon premier concours international. Il peut parfois être très excité mais quand il est en compétition avec moi, il devient très coopératif. C’est assez incroyable. Nous allons participer à notre première Coupe des nations dans deux semaines à Hagen et ensuite nous verrons. L’objectif est juste de franchir les étapes les unes après les autres.” 

Du côté des Juniors, si la Belgique s’est imposée le premier jour dans le “Team Test” grâce à Jette de Jong, seize ans, et Heavenly Charming, hongre KWPN de neuf ans (72,525%), l’Allemagne n’a pas laissé passer sa chance en empochant l’Individuelle et la Libre. Kelly-Ann Klenk, dix-sept ans, a réalisé le doublé, en selle sur Nymphenburg First Choice, créditée de 72,402% puis 75,375%.

Lors des trois reprises, Maud Hebras a signé la meilleure performance tricolore. En selle sur Senorita Rosa, sa jument de dix ans, l’amazone de seize ans a conclu au septième rang vendredi (69,040%), avant d’échouer au pied du podium le lendemain (68,823%) et d’achever son week-end sur une huitième place (70,300%). 

Julie Sofie Schmitz-Heinen et Carleo GO.

© PSV



“Le bilan est très positif”, Monique Marini

La compétition compiégnoise s’est déroulée à huis clos en raison des contraintes sanitaires liées à la pandémie de Covid-19. Si le spectre de la rhinopneumonie équine de type EHV-1 a plané un temps, entraînant le forfait d’Anne-Sophie Serre dans le CDIO 5*, tous les tests effectués sur leurs chevaux sont ensuite revenus négatifs, permettant ainsi au sport de reprendre pleinement ses droits. Les cavaliers présents se sont d’ailleurs livrés de belles batailles. 

“Le bilan est très positif”, se réjouit Monique Marini, Présidente de l’Association Compiègne Équestre, organisatrice de l’événement. “Après les mois difficiles, c’est un peu comme un nouveau départ. Malgré la situation due à la crise sanitaire nous n’avons jamais douté de pouvoir organiser le concours. Nous invitons d’ailleurs tous les autres organisateurs à faire de même car même si c’était un peu un défi, c’est possible. Nous n’aurions jamais abandonné et seule une interdiction aurait pu nous en empêcher. Tout a été réalisé grâce au soutien et à la fidélité d’une équipe formidable. Les partenaires, tant publics que privés, les prestataires, les bénévoles, tout le monde s’est mobilisé et a rendu possible cette dixième édition. Nous sommes un peu désolés d’avoir assisté à l’élimination de Cathrine Dufour pour le Danemark, mais cela rappelle toute la difficulté de ce sport où un être humain et un cheval doivent être en parfait accord à un instant déterminé. Mais avec le Danemark et la Suède, venus avec des équipes proches de celles qui seront aux Jeux olympiques, nous avons eu un petit avant-goût de Tokyo. Bien sûr nous aurions aimé célébrer notre dixième anniversaire en faisant la fête avec le public, mais nous avons réussi à nous adapter. La famille du dressage était présente, nous avons pu nous retrouver et partager à nouveau notre passion. De nombreux cavaliers et juges nous ont exprimé leur reconnaissance et leur remerciement. C’est notre plus belle récompense.”

Tous les résultats sont disponibles ici