Alexis Deroubaix ouvre le palmarès de l’épreuve reine de Cabourg Classic

Alexis Deroubaix s’est adjugé le Grand Prix CWD de la ville de Cabourg, en conclusion du CSI 3* de Cabourg Classic, cet après-midi dans le Calvados. Le Nordiste, cavalier du haras du Plessis d’Annick et André Chenu, s’est imposé en selle sur Aldo du Plessis, signant le plus rapide des sept doubles sans-faute de cette épreuve cotée à 1,50m. Il a devancé deux autres Français, champions olympiques par équipes en titre, Kevin Staut et Philippe Rozier, respectivement associés à Bulgarie d’Engandou et LeCoultre de Muze.



Quel Grand Prix! Ni GRANDPRIX Events, qui a investi pour la première fois l’hippodrome de Cabourg, ni les cavaliers, grooms, propriétaires et spectateurs, tous ravis d’assister à la renaissance du prestigieux et populaire Jumping de Cabourg, n’auraient pu rêver d’une meilleure conclusion pour cette première édition de Cabourg Classic, un rendez-vous qui a vocation à s’installer durablement dans cette charmante station balnéaire de Normandie, dont l’histoire est indissociablement liée au cheval. Disputée sous un franc soleil printanier, cette épreuve reine a tenu toutes ses promesses, grâce à la mise en scène impeccable de Cédric Longis et au talent des cavaliers et chevaux en lice, acteurs principaux de cette pièce dominicale en deux actes.

Des soixante couples au départ, seuls huit ont été capables de boucler dans le temps imparti le parcours du constructeur francilien, qualificatif pour les prochains grands championnats, comportant à ce titre treize obstacles et seize efforts, dont un double, un triple, un mur, des barres de Spa et une rivière! Avant d’évoquer le barrage, saluons les rapides parcours à quatre points de Julien Anquetin, neuvième avec Césus de Fougnard, Axel van Colen, dixième sur Veyron, du Britannique Guy Williams, onzième avec Rouge de Ravel, de François-Xavier Boudant, douzième sur GFE Cicave du Talus, de l’Américaine Bliss Heers, treizième sur Antidote de Mars, de Mathieu Billot, quatorzième avec Bad Boy du Bobois, et de Bernard Briand Chevalier, quinzième sur Bond Jamesbond de Hay. L’oxer 5, le triple vertical-vertical-oxer placé en 7 et la dernière ligne, formée par le vertical 11, le double oxer-vertical 12 et l’oxer 13 ont fait des ravages parmi les concurrents, y compris quelques-uns des favoris.

Philippe Rozier et LeCoultre de Muze.

© Nicolas Tellier/GRANDPRIX Events



Un podium 100% français

Premier couple à s’élancer au barrage, le Suédois Alexander Zetterman et Conrad, dix ans, ont assuré leur double sans-faute sans bousculer le chronomètre, se classant cinquièmes. Un peu moins rapide, Aymeric de Ponnat a surtout accusé une faute sur le dernier oxer de ce parcours réduit avec le prometteur Hoover, neuf ans, qui a débuté à 1,50m il y a un peu moins d’un an et qui a accompli là sa plus belle performance en Grand Prix en finissant huitième. Dans la foulée, la Britannique Amy Inglis a fait au mieux pour boucler un double clear round sur la bouillonnante Wishes, s’octroyant la septième place, et la Grecque Ioli Mytilineou, déjà à son avantage hier dans le Petit Grand Prix à 1,45m, a cette fois classé l’étalon Levis de Muze à une très, très belle quatrième place au mérite d’un parcours impeccable. Chapeau.

Les quatre derniers concurrents étaient français, et non des moindres. D’abord, Philippe Rozier et le chic étalon LeCoultre de Muze, qui sautait là son premier Grand Prix CSI 3*, ont signé un magnifique parcours, prenant la tête, puis terminant finalement troisième. Invité surprise, presque coaché par Cédric Longis à son retour en piste, Valentin Besnard, qui fêtait ses trente ans (!), a lui aussi bouclé son barrage sans problème avec un autre étalon, le bien nommé Beau Gosse du Park, se classant sixième. Alexis Deroubaix est alors revenu en piste avec Aldo du Plessis, encore un étalon. Le Nordiste, cavalier du haras normand du Plessis, a mis tout le monde d’accord en trouvant le meilleur tracé en début d’exercice, avant de prendre un risque décisif à l’abord du double. Seul à descendre sous les 41’’, il n’a pas volé sa victoire. Une victoire d’autant plus belle que son fils d’Orient Express*HDC a souffert de la maladie de Lyme pendant deux ans. Dernier à revenir sur la nouvelle piste réalisée par Toubin & Clément/Normandie Drainage, Kevin Staut s’est finalement montré une demi-seconde moins rapide avec Bulgarie d’Engandou, faute d’avoir pu aller des obstacles 2 à 3 en huit foulées comme Alexis et quelques autres. Le Normand s’est toutefois pleinement satisfait de cette deuxième place, lui qui devait initialement participer au CSIO 5* de Saint-Gall, et qui est reparti en voisin de Cabourg avec une victoire dans la première qualificative et une deuxième place dans le Grand Prix. Pas si mal!

 

Les résultats

Toutes les épreuves de Cabourg Classic étaient retransmises en direct sur GRANDPRIX.tv

Kevin Staut et Bulgarie d’Engandou.

© Nicolas Tellier/GRANDPRIX Events