À vingt-deux ans et pour ses débuts en CSIO 5*, Elin Ott défie Pénélope Leprevost et Nicolas Delmotte sur leurs terres

Troisième rendez-vous du label CSIO 5* du Jumping de La Baule, l’épreuve de vitesse à 1,45m a couronné ce matin la jeune Suissesse Elin Ott associée à Nanu II. Alors que l’on pensait l’épreuve courue pour la France, l’Helvète a renversé la tendance, s’offrant le luxe de supplanter Pénélope Leprevost et Nicolas Delmotte sur leurs terres pour ses débuts à un tel niveau.  



Elin Ott en route pour la victoire avec Nanu II.

© Scoopdyga

Lauréat hier de l’épreuve d’ouverture face au chronomètre et sur des barres à 1,45m avec Citadin du Chatelier, Nicolas Delmotte semblait bien parti pour réitérer ce matin. Toujours associé à son fils de L’Arc de Triomphe de neuf ans, le Nordiste a en effet pris les rênes du prix Bouygues Immobilier ce matin. Puis, en fin d’épreuve, Pénélope Leprevost est entrée au galop sur la piste pour finalement abaisser son chronomètre de près d’une seconde. Associée à l’énergique Vérité Une Prince, qui ne cesse de progresser, la championne olympique par équipes a usé de l’amplitude et de la rapidité au sol de sa fille de Number One d’Iso pour prendre la tête des opérations. Une pole position provisoire qui n’a été que de courte durée, puisque juste après elle, Elin Ott a fait encore mieux. Du haut de ses vingt-deux ans, celle qui court ici son deuxième CSIO 5* après avoir foulé la piste de Saint-Gall la semaine passée, a enlevé neuf centièmes au chronomètre de la Française. En enlevant des foulées et grâce à un style efficace, la fille d’Andreas Ott, qui a lui-même défendu la Suisse sur la pelouse du stade François André, s’est finalement imposée sur Nanu II. Déjà lauréate d’une première épreuve à 1,45m il y a tout juste une semaine avec Remix, son autre jument, la Suissesse a donc réitéré avec brio. Nanu II, avec qui elle s’est imposée aujourd’hui, lui avait déjà permis de prendre la septième place des Européens de Zuidwolde, aux Pays-Bas, en 2019. 

En novembre, juste après avoir intégré le cadre Élite aux côtés d’Edouard Shmitz, Mathias Schibli et Niklaus Schurtenberger, la Zurichoise disait : “J’aimerais participer à des CSI 4*, et peut-être avoir l’opportunité de participer à mon premier CSI 5*. Mieux que cela, pour sa première année entièrement dédiée à l’équitation, elle compte déjà deux victoires en deux participations à des CSIO 5*. 

“J’ai regardé quelques cavaliers avant moi et c’était une super épreuve. Hier, j’ai fait une faute dans l’épreuve à 1,45m, donc ce matin, je me suis dit qu’il fallait que j’aille plus en avant et tout s’est bien passé. Ma jument s’est battue pour moi. Après mon passage, il restait quelques cavaliers donc j’ai croisé les doigts très fort. Cela a fonctionné !”, s’est réjouie la lauréate de l’épreuve à l’issue de la remise des prix, pas peu fière d’avoir réussi à devancer Pénélope Leprevost. “C’est un véritable honneur, d’autant plus ici à La Baule, où le concours est magnifique. C’est génial pour moi qui suis encore jeune”, a exprimé l’amazone avec fraicheur. “Monter de telles épreuves aux côtés de cavaliers si extraordinaires, c’est vraiment cool !”, a aussi exprimé celle qui prévoit d’engager Nanu II dans l’épreuve de vitesse dimanche et Remix dans l’épreuve à barrage demain. Pour la suite, Elin Ott espère poursuivre sur sa lancée dans de telles échéances et “montrer que je suis capable d’y obtenir des résultats”. Consciente d’évoluer dans une nation très forte en jumping, la jeune femme relativise : “Nous sommes tout de même un plus petit pays que l’Allemagne ou les Pays-Bas. Steve et Martin (Guerdat et Fuchs, deuxième et troisième cavaliers du classement mondial, ndlr) sont bien sûr excellents et lorsque nous sommes en concours nous discutons par exemple des parcours avec Thomas Fuchs. C’est vraiment quelque chose d’obtenir des conseils de telles stars. Le parcours de Martin est inspirant, car il est très jeune et qu’il évolue déjà depuis longtemps à un tel niveau”

Les résultats ici

Deuxième de l'épreuve, Vérité Une Prince continue de montrer de beaux progrès avec Pénélope Leprevost. © Scoopdyga