Le Grand Complet, une aventure associative née d’une véritable passion familiale

La Normandie Equestrian Week, ce sont des courses, des tournois de polo, des compétitions de saut d’obstacles de haut niveau, des épreuves d’élevage et des ventes d’élite, mais aussi du concours complet. Comme chaque été ou presque depuis 2010, le sublime Haras national du Pin accueillera la vingt-cinquième édition du Grand Complet, du 12 au 15 août. La naissance de cet événement de classe mondiale est le fruit d’une passion familiale qui a d’abord pris racine à Martinvast, dans la Manche, avant de renaître dans l’Orne. Une passion que perpétue l’association Ustica.



L’association Ustica organise le Grand Complet depuis vingt-six ans. Elle doit son nom à celui de l’une des meilleures juments de la famille Le Goupil, fondatrice de cet événement, à Martinvast, dans la Manche, avant sa migration vers le Haras national du Pin, dans l’Orne, où l’événement se déroule depuis 2010. Ce site historique offre un écrin exceptionnel à l’événement qui perpétue ainsi une tradition remontant à la création du haras.



Aux origines, une histoire de famille

L’association a longtemps été présidée par André Le Goupil, champion de France de concours complet en 1961, quatrième par équipes et onzième en individuel des Jeux olympiques de Mexico, en 1968, en selle sur Olivette, après avoir été remplaçant aux JO de Tokyo 1964. Bernadette, l’épouse du fondateur des écuries Le Goupil à la ferme de Carneville, à Martinvast, près de Cherbourg, dans la Manche, fut également sa groom. Jean, Pierre, André-Jacques et Guillaume, les quatre fils de Bernadette et André, ont ainsi grandi dans l’univers du concours complet. Pierre a notamment participé au mythique CCI 5*-L de Badminton sur un cheval familial. Compétiteurs, ils ont tous acquis une grande connaissance de la discipline. 

Jusqu’en 2010-2011, Pierre Le Goupil cumulait les fonctions de directeur du Grand Complet et de chef de piste des cross. Aujourd’hui, celui qui a récemment intégré la commission de concours complet de la Fédération équestre internationale (FEI) intervient toujours au Pin en tant que chef de piste et constructeur des parcours de cross. En outre, il est très impliqué dans le développement de la discipline partout dans le monde, notamment en Europe de l’Est, en Amérique du Sud et en Asie. André-Jacques a quant à lui longtemps été speaker du Grand Complet, et de tant d’autres grands événements équestres en France et à l’étranger. Quant à Jean et Guillaume, ils se vouent à l’enseignement de l’équitation, le second ayant repris la gestion des écuries familiales.

article-block4

Sur ce cliché datant de 2004, on retrouve Bernadette et André Le Goupil, entourés de leur quatre fils.

© Xavier Boudon



De Martinvast au Haras national du Pin

article-block5

En 2004 à Martinvast, Arnaud Boiteau et Expo du Moulin avaient remporté l’étape française de la Coupe du monde.

© Xavier Boudon

Entourée d’un groupe d’amis du centre équestre de Martinvast, la famille Le Goupil nourrit l’envie d’organiser un concours complet aux écuries. La première édition voit le jour en 1995. Depuis, Le Grand Complet est devenu une marque et l’événement a profondément évolué, tant en termes de localisation que d’ampleur et de niveau d’épreuves. À ses débuts, il s’agissait d’un concours régional, qui a rapidement grandi, devenant international dès 2000. En 2002, la FEI lance un circuit Coupe du monde de concours complet, comme il en existe déjà en jumping, dressage et attelage. Cette année-là, Martinvast accueille ainsi la seule étape française du circuit. Une édition charnière pour le concours, qui gagne encore en notoriété.

Victime de son succès, le site de Martinvast devient exigu compte tenu de l’ampleur que prend le rendez-vous. Surnommé le “chaudron de Martinvast”, cette cuvette donne rapidement une impression de foule compacte, en accueillant environ trois cent cinquante chevaux et cavaliers et de nombreux spectateurs. Le Grand Complet demeure dans le Cotentin jusqu’en 2008, avant d’être relocalisé. L’événement n’est pas organisé en 2009 afin de permettre à Ustica de trouver une solution pour faire perdurer le concours dans les meilleures conditions possibles. À cette même époque, le Haras national du Pin connaît un tournant après la fusion des Haras nationaux avec l’École nationale d’équitation (ENE) au sein de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE). Désormais géré par un syndicat mixte, le joyau ornais cherche des événements pour enrichir son calendrier sportif et attirer des visiteurs. C’est ainsi que Le Grand Complet s’est ancré dans l’Orne. En 2010, le Haras du Pin accueille la première édition du nouveau Grand Complet, qui reste une étape de la Coupe du monde jusqu’en 2012.

article-block6

Le fameux “chaudron de Martinvast” est resté dans les mémoires de bien des passionnés de complet.

© Xavier Boudon



Rendez-vous aux championnats d’Europe 2023!

article-block7

Chaque année, les stars se donnent rendez-vous au Grand Complet, à l’image ici du Néo-Zélandais Andrew Nicholson.

© Les Garennes

En 2017, Ustica devient l’étape française du circuit FEI des Coupes des nations, dont la France est quadruple tenante du titre. Cette année, programmé du 12 au 15 août, au retour des Jeux olympiques de Tokyo, le Grand Complet, qui a rejoint le riche programme de la Normandie Equestrian Week, s’annonce comme un rendez-vous sélectif décisif en vue des championnats d’Europe, prévus en septembre à Avenches, en Suisse. Et en parlant de championnats d’Europe, ceux de 2023 se dérouleront… au Pin. Un nouveau défi pour l’association normande!

article-block8

À l’image ici de Karim Laghouag, les lauréats ne manquent jamais de rendre hommage au public et aux nombreux bénévoles qui s’activent à la réussite de l’événement.

© Les Garennes