Elipso de la Vigne, l’espoir olympique en partage de Sébastien Cavaillon

Actuel meilleur cheval français de sa génération, Elipso de la Vigne, sept ans, a fort bien entamé la Pro 3 de Vittel, courue ce week-end dans les Vosges dans le cadre de la quatrième étape du Grand National de concours complet. Associé à Sébastien Cavaillon, qui le monte depuis deux ans et mise sur lui en vue des Jeux olympiques de Paris 2024, le Selle Français, cinquième et premier d’épreuves de ce niveau à Saumur et au Mans, reste sur une septième place au CCI 3*-S de Saumur. Aujourd’hui, il a produit une reprise notée à 70,714%, ce qui place au neuvième rang provisoire de l’épreuve. Portrait d’un prometteur jeune premier, pour lequel un syndicat original a été créé.



article-block1

© Les Garennes

Âgé de sept ans, Elipso de la Vigne est actuellement, en termes de performances, le meilleur cheval français de concours complet né en 2014! Issu d’un élevage réputé aussi bien dans cette discipline qu’en saut d’obstacles, ce fils d’Arko III et Korrigane de la Vigne n’a pas tremblé lorsqu’il a couru son premier CCI 3*-S à l’occasion de Saumur Complet, il y a sept semaines. Avec un dressage noté à plus de 72%, puis un cross sans faute aux obstacles et pénalisé de seulement 2,8 points de temps dépassé et un sans-faute à l’hippique sous la selle de Sébastien Cavaillon, qui le monte depuis mai 2019, a déjà obtenu sa qualification pour le Mondial des chevaux de sept ans, qui se tiendra cet automne au Lion-d’Angers, comme toujours!  

Fils d’Arko III (Old), l’ancien superbe crack de jumping du Britannique Nick Skelton, et petit-fils de Valse Brune IV (SF, Gentil Pierre, AA et Note Brune, TF par Malefaim, Ps), Elipso peut être fier de ses origines. Sa mère, Korrigane de Vigne, n’est d’autre que la sœur utérine de Native de la Vigne (ICC 130, SF, Gentleman Platière), qui s’est illustrée jusqu’en Pro Élite de complet avec Sébastien Cavaillon, et d’Orégon de la Vigne (ICC 153, SF, Désir du Château), classé deux fois dans le CCI 5*-L de Pau sous la selle de Denis Mesplés, avec lequel il avait participé en individuel aux Jeux équestres mondiaux (JEM) de Normandie 2014! Elipso est aussi le frère utérin de Vinci de la Vigne (ICC 157, SF, Estérel des Bois), septième des JEM de Tryon avec Astier Nicolas, avant d’être vendu à la Fédération japonaise et confié à Kazuma Tomoto en vue des Jeux olympiques de Tokyo. Mentionnons encore que Black Pearl (Z, Black Jack), fils de Native de la Vigne né chez Sébastien, à Menneval dans l’Eure, est actuellement le deuxième meilleur cheval de sept ans en termes de performances.



“Ce cheval est un roc”, Lucien Villotte

Acheté à cinq ans pour Sébastien Cavaillon, Elipso a vu le jour le 15 avril 2014 à l’élevage de la Vigne, à Tourville-en-Auge, dans la Calvados. Son naisseur, Lucien Villotte, a vite perçu en lui un très fort potentiel. “Sa volonté de bien faire, sa force, son sang et ses trois belles allures m’ont tout de suite attiré l’œil”, se souvient celui qui l’a aussi monté une demi-saison à cinq ans sur le Cycle classique de saut d’obstacles après une première année de formation sous la selle d’Olivier Nicolle. “Pour autant, je pense que l’un de ses meilleurs atouts est sa santé! Ce cheval est un roc, il a une super constitution et ne se blesse jamais!” D’ailleurs, comme l’acteur et catcheur Dwayne Johnson, il est surnommé Dwayne Johnson “The Rock” par Sébastien Cavaillon et toute son équipe!

La rencontre entre Sébastien et Elipso s’est déroulée de manière assez originale. Astier Nicolas, à l’époque installé chez Lucien Villotte, est venu monter des chevaux au Haras de Montmal. Par manque de temps, il demande à Julie Bordenave, la compagne de Sébastien, de monter Elipso. Absent ce jour-là, Sébastien n’a même pas vu le cheval, mais Julie est persuadée qu’il lui plairait! Quelque temps plus tard, le maréchal de l’écurie, qui travaille aussi chez Lucien Villotte, aborde le sujet d’Elipso avec Sébastien et le convainc à son tour d’aller l’essayer! Celui-ci s’avère concluant, si bien que Sébastien prend le cheval chez lui afin de pouvoir le tester dans quelques épreuves de complet. Il se lance aussi en quête de fonds pour pouvoir acquérir ce jeune crack! “Elipso m’a tout de suite tapé dans l’œil avec son physique: il est beau et harmonieux. De plus, une fois en selle, j’ai découvert ses très bonnes qualités de sauteur, autant pour l’hippique que le cross. Après quelques concours, j’ai compris que ce cheval donnerait toujours tout pour son cavalier, ce qui est essentiel, notamment au cross. En outre, il a un mental hors pair! Chaque fois que je lui propose un nouvel exercice ou défi, il y va sans se poser la moindre question! Sa soif d’apprendre est incroyable! Son seul petit défaut, si je devais lui en trouver un, est qu’il se sait surdoué. Du coup, il se comporte parfois en cancre, notamment en main!”



“Un propriétariat plus abordable et accessible à davantage de passionnés”, Sébastien Cavaillon

Désireux de partager de grands moments de joie et de bonheur à un maximum de personnes autour de ce cheval, Sébastien s’essaie à un nouveau système! Une fois acheté par deux investisseurs, dont la société Ride and Go, propriétaire de la moitié des parts, il crée un syndicat. Et plutôt qu’une mise de départ, il propose aux volontaires de cotiser chaque mois à hauteur de 100 euros, ce qui va permettre de couvrir les frais de base (pension, maréchalerie, vétérinaires, etc.) mais aussi ceux liés aux concours. “L’idée m’est venue à Badminton (où Sébastien a bouclé le CCI 5*-L en 2019 avec Sarah d’Argouges, sa jument de tête, quelques jours avant de récupérer Elipso, ndlr), lorsque j’ai vu pétiller de bonheur les yeux des propriétaires de Sarah! Je me suis alors dit que nous devions trouver un moyen pour vivre avec davantage de gens les aventures exceptionnelles qu’offre notre magnifique sport! Avoir un cheval de sport de haut niveau coûtant beaucoup d’argent, ce système est plus abordable et accessible à davantage de passionnés.” Pour l’instant, sept mécènes cotisent chaque mois pour Elipso! L’objectif étant d’en compter dix, il reste trois places. “Si quelqu’un a envie de vivre de superbes aventures avec nous et de devenir propriétaire d’un cheval de haut niveau, il y en a plusieurs à très fort potentiel dans les boxes du haras de Montmal et de nombreux autres encore dans les prairies normandes!”, sourit Sébastien Cavaillon.

L’objectif à long terme d’Elipso, c’est Paris 2024. Mais avant de se lancer sur la route de l’Olympe, il reste quelques caps à franchir! D’abord, Sébastien va essayer de décrocher une sélection pour le Mondial du Lion! Déjà qualifié, le couple va continuer de se préparer. Après la Pro 3 de Vittel, si tout va bien, il devrait se produire mi-juillet au CCI 3*-S de Marnes-la-Coquette puis mi-août au CCI 2*-L du Grand Complet, au Pin-au-Haras. Enfin, il achèvera sa préparation au championnat de France des chevaux de 7 ans, début septembre au Pin. “Elipso nous dira s’il est prêt. S’il ne l’est pas, nous attendrons. Le plus important à mes yeux est qu’il soit heureux de partir en concours et qu’il se fasse plaisir une fois sur place!”, conclut Sébastien Cavaillon. Un bel état d’esprit.

article-block6

© Collection privée