Blue Hors Zack, un crack de père et père de cracks (partie 1)

Rares sont les étalons qui, au sommet de leur carrière sportive, ont également l’occasion de montrer l’exemple à leurs meilleurs descendants dans un Grand Prix ! C’est pourtant la performance réalisée par le KWPN Blue Hors Zack en 2018 lors de la finale de la Coupe du monde de dressage de Paris, qui concourait aux côtés de son fils Glock’s Zonik, monture d’Edward Gal. De ses débuts aux Pays-Bas à la défense des couleurs danoises sous la selle de Daniel Bachmann Andersen, l’étalon pourrait participer du haut de ses dix-sept ans à ses premiers Jeux olympiques cet été avec sa nouvelle cavalière, Nanna Skodborg Merrald.



C’est dans le village de Bosschenhoofd, au sud-ouest des Pays-Bas, entre Rosendaal et Breda, que naît Blue Hors Zack (KWPN, Rousseau x Jazz), d’abord baptisé Zagreb, le 29 mai 2004. Quelques années plus tôt, en 1996, un couple d’éleveurs, Trudy et Bas Wilschut, achète une pouliche KWPN nommée Orona, issue d’un croisement entre le légendaire Jazz (KWPN, Cocktail x Ulster) et Belisar (KWPN, Saros, Ps x Normand). Approuvé au stud-book KWPN en 1994, membre de l’équipe néerlandaise des Jeux équestres mondiaux de Jerez de la Frontera en 2002, Jazz s’est depuis illustré comme l’incroyable géniteur d’une kyrielle de chevaux de dressage vainqueurs au plus h...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe