Nicolas Delmotte, H&M All In et l'élevage de la Domerguie au sommaire du dernier numéro du magazine GRANDPRIX

Retrouvez le sommaire du dernier numéro du magazine GRANDPRIX.



SPORT

article-block1

© Scoopdyga

Nicolas Delmotte de A à Z

Ayant probablement décroché sa plus belle victoire dans le Grand Prix Longines du CSIO 5* de La Baule, le 13 mai aux rênes de son excellent Urvoso du Roch, Nicolas Delmotte semble avoir franchi un nouveau cap. Plébiscité par l’encadrement de l’équipe de France depuis son retour à haut niveau en 2017 avec le généreux Ilex VP, année après laquelle il a disputé ses premiers grands championnats Seniors à l’occasion des Jeux équestres mondiaux de Tryon, le jeune quadragénaire se taille peu à peu le costume d’un pilier de l’équipe de France, voire d’une locomotive en vue des Jeux olympiques de Tokyo. Pour le reste, le charmant Nordiste, loué pour son équitation fine et respectueuse des chevaux, reste un homme humble, loyal, discret, minutieux et travailleur. Un pur produit du Nord!

All In, un concentré de talent dans un corps ordinaire

Vice-champion olympique à Rio de Janeiro en 2016, champion d’Europe à Göteborg en 2017 et lauréat de trois Grands Prix 5* avec son fidèle “cavalier d’acier” Peder Fredricson, H&M All In de Vinck pourrait bien disputer l’un de ses derniers grands championnats fin juillet, aux Jeux olympiques de Tokyo. Dissimulant son incroyable talent derrière un physique des plus ordinaires, ce petit bai, faisant certainement partie des meilleurs chevaux de la dernière décennie, pourra-t-il décrocher un nouveau titre au pays du Soleil-Levant?

Atsushi Negishi, preux et discret samouraï au service du rêve nippon

Dans quelques semaines à Tokyo, Atsushi Negishi compte bien offrir au Japon sa toute première médaille olympique en concours complet. Un défi, collectif avant tout, que ce cavalier de quarante-quatre ans prépare avec abnégation et modestie dans la Sarthe, sous la houlette de Laurent Bousquet, entraîneur et sélectionneur de l’équipe classée quatrième des Jeux équestres mondiaux de Tryon. Pour accomplir son rêve, probablement avec Ventura de la Chaule, il n’a pas hésité à laisser femme et enfants au pays du Soleil-Levant, ce qui en dit long sur sa détermination. Portrait.

Sir Donnerhall II, la revanche d'un miraculé

En avril 2018, lorsque Morgan Barbançon annonce, pendant sa participation à la finale de la Coupe du monde Longines de Paris, sa décision de courir désormais sous le drapeau tricolore, c’est avec l’élégant Sir Donnerhall II qu’elle fait son arrivée à la tête de l’équipe de France de dressage. Après bientôt trois ans et demi, le couple numéro un du dressage hexagonal peut s’enorgueillir d’un titre de champion de France Pro Élite en 2018, d’une deuxième participation à une finale de la Coupe du monde et d’une participation aux championnats d’Europe de Rotterdam en 2019. À l’aube des Jeux olympiques de Tokyo, portrait d’un étalon qui s’envolera bientôt pour le Japon. 

La voltige, de la guerre à la danse

Comme de nombreuses disciplines sportives, la voltige puise ses origines dans l’exercice militaire. Depuis le milieu des années 1990, elle évolue vers des formes plus artistiques et expressives, qui la font tendre vers le sport-spectacle. Retour sur l’épopée de cette discipline avec les témoignages de ses “historiens”, pour lesquels un grand cavalier est avant tout un bon voltigeur.

À chaque obstacle son abord

Verticaux, oxers, spas, rivières, murs, lignes, courbes, combinaisons, les parcours de jumping s’organisent en une succession d’obstacles aux profils variés. Si leurs abords dépendent de leur emplacement sur le tracé, de leur physionomie et de leur hauteur, le type même de chaque obstacle inclut quelques règles de base, résumées ici sous l’expérience et les conseils avisés de Michel Robert.



ÉLEVAGE

article-block3

© Collection privée

À la Domerguie, les Anglo-Arabes sont rois

Depuis sa plus tendre enfance, Patrick Loudieres affectionne tout particulièrement les fabuleux athlètes que sont les Anglo-Arabes. L’homme a transmis sa passion à sa compagne, Kirsten Blachetta, il y a plus de vingt ans. Ensemble, le duo a su trouver l’équilibre. Salariés, les deux complices se démènent pour faire grandir leur élevage, situé à l’extrême sud du Cantal, près de Maurs-la-Jolie. Passionnés par l’éducation, la randonnée mais aussi le concours complet, ils se sont forgé une identité singulière et séduisante, basée sur le respect de l’animal. Rencontre.

Upsilon, compétiteur d'exception et reproducteur hors norme

Après avoir fait sensation en compétition avec le Sarthois Thomas Carlile et avoir hélas vu sa carrière s’arrêter net à la suite d’une grave maladie, Upsilon se révèle désormais en tant qu’étalon, en concours complet mais aussi en saut d’obstacles. Lors de la Grande Semaine de Pompadour, en septembre dernier, les produits de l’Anglo-Arabe ont monopolisé les podiums, réalisant un grand chelem chez les cinq ans et ravissant le titre chez les six ans. Classé meilleur père de jeunes chevaux sur le Cycle classique de concours complet en 2020, Upsilon occupe également la quinzième place en saut d’obstacles.

Le prometteur Junior perpétue la dynastie du Seigneur

Junior du Seigneur, âgé de six ans, attire les regards et ne laisse personne indifférent. Pétri de qualités, le jeune étalon semble promis à un bel avenir sportif et montre de la facilité sur les barres, de la souplesse de galop, de la simplicité et un caractère en or, qu’il transmet à son tour à ses produits. Ayant particulièrement attiré les éleveurs l’an passé, l’alezan est l’héritier d’une excellente souche maternelle, où l’on retrouve notamment Aganix et Arsouille du Seigneur, qui ont évolué jusqu’à 1,60m. Marc Vanlangendonck, son naisseur, et Edward Levy, son cavalier, dressent le portrait de ce jeune cheval moderne et talentueux.



CULTURE

article-block5

© DR

Les chevaux de Napoléon

Si la célébration du bicentenaire de la disparition de Napoléon Bonaparte (1769-1821) a suscité de vifs débats entre les historiens français ces derniers mois, les uns encensant un héritier de la Révolution et les autres insistant sur l’impardonnable facette du souverain, instigateur du fameux Code noir de 1802, GRANDPRIX a poussé la porte des écuries de l’empereur pour rendre hommage à ses nombreuses montures. Connu pour être un assez mauvais cavalier, le chef de guerre a néanmoins passé une bonne partie de sa vie à cheval, sur les champs de bataille, les routes, ou lors des défilés, parades et revues militaires. L’animal, compagnon de victoires et de défaites, a aussi grandement favorisé l’image de héros de Napoléon...

Retrouvez également les pages Livres.



AUTRES

article-block7

© Collection privée

Compléments alimentaires: comment et pourquoi?

Herbivore avant tout, le cheval, et notamment s’il suit un entraînement sportif, se voit souvent administrer un ou plusieurs repas quotidiens sous forme de concentrés en plus d’une base d’herbe ou de foin. Dans plusieurs situations bien précises, il est également possible de le supplémenter. Explications.

Que penser des équipements de sécurité du cavalier?

Casques et gilets de protection font partie des “équipements de protection individuelle” (EPI) d’équitation. Plus modernes, plus variés et surtout plus sécuritaires, les EPI sont désormais ancrés dans le quotidien du cavalier. Mais sont-ils tous appréhendés de la même manière? Les lecteurs de GRANDPRIX ont livré leurs expériences à travers un sondage en ligne, élaboré en partenariat avec Horse Development, agence de conseil en marketing et en stratégie spécialisée dans le monde du cheval.