Sir Donnerhall II, la revanche d'un miraculé

En avril 2018, lorsque Morgan Barbançon annonce, pendant sa participation à la finale de la Coupe du monde Longines de Paris, sa décision de courir désormais sous le drapeau tricolore, c’est avec l’élégant Sir Donnerhall II qu’elle fait son arrivée à la tête de l’équipe de France de dressage. Après bientôt trois ans et demi, le couple numéro un du dressage hexagonal peut s’enorgueillir d’un titre de champion de France Pro Élite en 2018, d’une deuxième participation à une finale de la Coupe du monde et d’une participation aux championnats d’Europe de Rotterdam en 2019. À l’aube des Jeux olympiques de Tokyo, portrait d’un étalon qui s’envolera bientôt pour le Japon.



C’est le 21 juin 2006, tout à l’est de l’Allemagne, à Herzberg, chez Heinz et Maik Kanitzky, que Sir Donnerhall II (Old, Sandro Hit x Donnerhall) voit le jour. Il s’agit du cinquième produit de la jument Oldenbourg Contenance D, fille de Donnerhall (Old, Donnerwetter x Markus) et petite-fille du Holsteiner Feldherr (Holst, Fleming x Moltke I), découverte par ses éleveurs aux ventes de Vechta et croisée pour la troisième fois avec l’illustre chef de race, champion du monde et champion d’Allemagne Sandro Hit (Old, Sandro Song x Ramino). Il faut dire que les éleveurs n’en sont pas à leur coup d’essai: en 2001, c’est déjà à Herzberg que naissait son propre f...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe