Atsushi Negishi, preux et discret samouraï au service du rêve nippon

Ne figurant pas parmi les sélectionnés pour les Jeux de Tokyo, Atsushi Negishi comptait pourtant offrir au Japon sa toute première médaille olympique en concours complet. Un défi, collectif avant tout, que ce cavalier de quarante-quatre ans a préparé avec abnégation et modestie dans la Sarthe, sous la houlette de Laurent Bousquet, entraîneur et sélectionneur de l’équipe classée quatrième des Jeux équestres mondiaux de Tryon. Pour accomplir ce rêve, qu’il espérait réaliser avec Ventura de la Chaule, il n’a pas hésité à laisser femme et enfants au pays du Soleil-Levant, ce qui en dit long sur sa détermination. Portrait.



Atsushi Negishi a beau vivre en France depuis plus de quatre ans, et représenter à haut niveau en concours complet le Japon, pays hôte des tant attendus Jeux olympiques de Tokyo, les portraits de ce cavalier ne sont pas légion dans la presse. Sur la toile, on n’en trouve aucun en langue française, ni aucun en anglais… C’est dire le mystère qui entoure cet homme âgé de quarante-quatre ans. Il convient toutefois de préciser que ce garçon bien élevé ne pipe pas un mot de la langue de Molière et manie celle de Shakespeare avec la charmante maladresse d’un touriste fraîchement débarqué en Europe. Ajoutez à cela une réserve typiquement nippone et vou...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe