Jessica von Bredow-Werndl entre dans la cour des très grandes

Pour la première fois de sa carrière, Jessica von Bredow-Werndl a été couronnée championne olympique de dressage, cet après-midi à Tokyo au Japon. Au terme d’une Reprise Libre en Musique indécise et haletante, bien que disputée devant des tribunes presque vides, l’Allemande, en selle sur TSF Dalera, a terrassé sa compatriote et rivale Isabell Werth, qui a présenté sa dernière reprise avec la merveilleuse Bella Rose 2. Au bout du suspense, Charlotte Dujardin, double championne en titre, a arraché le bronze associée au jeune Gio.



Les Jeux olympiques de Tokyo ont tout d’un voyage dans l’inconnu. Mais un parfum familier et un esprit de grand sport ont flotté au parc équestre Baji Koen lorsque Jessica von Bredow-Werndl a remporté le titre individuel en dressage avec la charmante jument TSF Dalera, cet après-midi au Japon, où sa compatriote Isabell Werth a dû se contenter de l’argent tandis que la Britannique Charlotte Dujardin a remporté le bronze. Une conclusion parfaite de quatre grandes journées de sport dans cette première des trois disciplines équestres olympiques. La nouvelle championne olympique a dominé la compétition de bout en bout, décrochant le plus gros score lors du Grand Prix, avant d’établir un nouveau record olympique lors du Grand Prix spécial d’hier pour offrir le titre par équipe à l’Allemagne. Cette après-midi, elle a produit une nouvelle performance transpirant tant la classe et l’élégance qu’une fois qu’elle a quitté l’arène, avec un score de 91,732%, elle semblait impossible à battre.

Mais la partie n’est jamais terminée tant qu’il reste des concurrents. Aussi, la tension et les émotions sont allées crescendo dans la dernière ligne droite de cette Reprise Libre en Musique. Sur les quatre couples encore en lice, trois constituaient une menace réelle pour Jessica. Alors qu’elle tentait de s’engager dans une première interview à sa descente de cheval, ses yeux restaient rivés sur l’écran voisin, scrutant le moindre détail, notamment durant la reprise de sa compatriote Isabell Werth.

L’aînée est une authentique légende, ayant disputé plus de championnats et remporté plus de médailles olympiques et de trophées que n’importe quel autre cavalier, toutes disciplines confondues. Guère habituée à jouer les seconds rôles, qui plus est vis-à-vis de ses propres coéquipiers, elle a produit avec sa bien-aimée Bella Rose 2 l’une de ces performances envoûtantes qui ont le don de captiver les spectateurs de bout en bout. Lorsque son score (89,675%) s’est affiché, Jessica a fondu en larmes et s’est enfuie vers les écuries, submergée par le fait que l’or olympique semblait désormais à portée de main. “J’étais tellement nerveuse pendant la reprise d’Isabell… Quand j’ai entendu ses notes, je me suis simplement mise à pleurer… c’était trop émouvant.”

L’avant-dernière cavalière à entrer en piste fut la double championne olympique en titre, Charlotte Dujardin. Cette année, la Britannique ne montait pas sa superstar Valegro, avec lequel elle a dominé le sport de 2012 à 2016, mais Gio, un hongre de dix ans qui ne connaissait encore rien de ces grandes joutes mondiales. Dalera avait déjà remporté l’or par équipes aux Jeux équestres mondiaux de Tryon, en 2018 aux États-Unis, puis l’or par équipes et le bronze individuel aux championnats d’Europe Longines de Rotterdam, l’année suivante aux Pays-Bas. Quant à Bella Rose 2, elle a disputé les JEM à deux reprises, se couvrant une fois d’or en 2014 puis trois fois en 2018, de même qu’aux Européens de 2019. Jusqu’alors Gio, le petit alezan de Charlotte, n’avait participé qu’à un seul grand concours international, en avril à Hagen. Malgré cette inexpérience, comblée par le génie et la confiance de sa cavalière, il a su tout donner pour obtenir un score mérité de 88,543% grâce auquel il est reparti avec une médaille de bronze.



“Je n’ai pas toujours été numéro un ces trente dernières années”, Isabell Werth

Dernière cavalière en lice, Dorothee Schneider a bien tenté de bouleverser de cette nouvelle hiérarchie pour s’inviter sur le podium, mais son Showtime FRH, après un début de reprise tonitruant, a semblé fléchir physiquement, perdant peu à peu son brillant. Crédité d’une moyenne presque généreuse de 79,432%, le couple a fini quinzième.

La nouvelle Kaiserin du dressage n’a pas manqué de saluer sa fidèle, puissante et merveilleuse partenaire de danse. “J’ai senti Dalera 100 % avec moi de la première à la dernière seconde. Elle est restée si bien à l’écoute que je devais faire attention à ne pas en faire trop ou trop peu!” Jessica monte cette jument de quatorze ans depuis de nombreuses saisons déjà, et elle a atteint un nouveau niveau de confiance en elle depuis son excellente performance aux Européens de Rotterdam. “Nous n’avions pas eu un départ aussi chanceux dans le Grand Prix et la Spécial là-bas, mais nous avions montré que tout était possible dans la Libre. À partir de là, j’ai commencé à croire que mon rêve olympique pouvait devenir réalité.” Désormais, il l’est…

Interrogée quant au fait qu’elle n’est plus la cavalière numéro un en Allemagne, et dans le monde, Isabell a répondu avec sa sagesse habituelle. “Si vous avez suivi les résultats des trente dernières années, vous savez que je n’ai pas toujours été numéro un. Il y a eu des hauts et des bas tout le temps. Aujourd’hui, je suis heureuse parce que Bella se sentait fantastiquement bien. Ce fut une compétition intense telle que nous voulons et aimons tous les voir. À la fin, il ne peut pas y avoir dix gagnants, mais qu’un seul. Ainsi va le sport.”

Quant à Charlotte, en remportant sa sixième médaille, elle a dépassé la rameuse Dame Katherine Grainger pour devenir l’olympienne britannique la plus décorée de tous les temps. Ravie d’avoir obtenu le bronze, elle a rendu un homme appuyé à son merveilleux petit cheval. “Je ne serais jamais sortie de piste sans me battre, mais Pumpkin n’avait présenté qu’une seule Libre de sa vie jusqu’à aujourd’hui. Pour lui, concourir ici avec si peu d’expérience est vraiment exceptionnel. Nous n’avions jamais produit cette reprise en entier : il ne savait pas ce qu’il faisait et moi non plus. Nous sommes juste sortis pour passer un très bon moment et nous amuser, et nous l’avons fait. Je suis vraiment fière de lui”, a-t-elle déclaré.

L’argent individuel d’aujourd’hui a porté à douze le nombre total de médailles olympiques remportées par Isabell Werth. Depuis 1992 à Barcelone, elle a remporté six fois l’or par équipes, une fois l’or individuel et cinq fois l’argent individuel. Avant aujourd’hui, elle restait la dernière Allemande à avoir remporté le titre olympique individuel, en 1996 à Atlanta avec Gigolo. Au cours des quatre jours de compétition de dressage aux JO, la note de 10 a été attribuée 157 fois: 81 fois à Jessica et Dalera, 66 fois à Isabell et Bella Rose et 8 fois à Charlotte et Gio.