Athènes 2004, la France en or et l’Allemagne amère

Les Jeux olympiques d’Athènes ont marqué un tournant dans l’histoire du concours complet, enfin débarrassé des éprouvantes phases de routiers et du steeple. À partir de 2004, l’épreuve s’est donc recomposée autour d’un test de dressage, d’un cross stricto sensu et de deux manches d’hippique. Pour la première fois depuis son épopée bronzée de Rome en 1960, en Grèce, l’équipe de France a décroché une médaille. Et quelle médaille! Le titre suprême, arraché au terme d’une rocambolesque affaire. Retour sur un cru définitivement inoubliable!



En 2004, Athènes, capitale de la terre originelle de l’olympisme, accueille la vingt-huitième édition des Jeux d’été. Si le village olympique se situe au cœur de la cité, la grand-messe de l’équitation se déroule au stade Markopoulo à plus de quarante kilomètres de là. Soixante-quinze couples et vingt-trois nations ont fait le déplacement. Accompagnés notamment d’Olivier Lepage, directeur technique national, Thierry Touzaint, entraîneur et sélectionneur national, Jean-Pierre Blanco et Serge Cornut, entraîneurs adjoints en charge du dressage, Jean-Maurice Bonneau, adjoint au saut d’obstacles, et Xavier Goupil, vétérinaire féd&...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe