Comment expliquer le succès de l'élevage tricolore aux JO de concours complet?

Hier après-midi, le podium individuel des Jeux olympiques de concours complet a mis à l’honneur le succès et la richesse de l’élevage français. En effet, Julia Krajewski, première femme championne olympique de sa discipline, a ravi son titre aux rênes d’Amande de B’Neville, une Selle Français née chez Jean-Baptiste Thiébot, tandis que le Selle-Français Toledo de Kerser et l’Anglo-Arabe Vassily de Lassos ont permis à Tom McEwen et Andrew Hoy de décrocher l’argent et le bronze. Décryptage.



Hier, l’élevage français a opéré une sacrée razzia dans la finale individuelle de concours complet des Jeux olympiques de Tokyo! En effet, si la médaille d’or est magnifiquement revenue à Julia Krajewski, première femme de l’histoire à ravir le titre suprême dans cette discipline, et son Selle Français Amande de B’Neville (SF, Oscar des Fontaines x Élan de la Cour), pas moins de cinq des six meilleurs cavaliers suivants étaient associés à des produits français. Citons Toledo de Kerser (SF, Diamant de Semilly x Papillon Rouge), médaillé d’argent avec le Britannique Tom McEwen et né chez Serge Drevet, Vassily de Lassos (AA, Jaguar M...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe