Inoubliables Pierre Durand et Jappeloup!

Vingt-cinq ans après leur retraite sportive, Pierre Durand et Jappeloup restent l’un des couples les plus mythiques de l’histoire du saut d’obstacles. La chute de son cavalier lors de ses premiers Jeux olympiques en 1984 à Los Angeles, sa rivalité naturelle avec le grand Milton, son titre olympique en 1988, ou encore sa mort brutale alors qu’il venait de se retirer de la compétition, ont gravé à jamais le nom de ce petit cheval noir dans la mémoire des amateurs d’équitation. Retour sur l’incroyable trajectoire des médaillés d’or des Jeux de Séoul.



"C’était un petit cheval noir, tous derrière et lui devant!" Si Paul Fort, dont la "Complainte du petit cheval blanc" a été formidablement chantée par Georges Brassens, avait connu Jappeloup, peut-être aurait-il transformé le cheval blanc de son poème en un fier et sombre destrier lancé à la conquête de l’Olympe. Brassens n’en a pas fait une chanson, mais l’histoire – remaniée et romancée – de Jappeloup lui vaudra d’être le seul cheval de sport à faire l’objet d’un film à succès portant son nom, dans lequel Guillaume Canet, également scénariste et dialoguiste, tient le rôle de P...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe