La Garde Républicaine se féminise et évolue avec son temps

Le régiment de cavalerie de la Garde républicaine est la dernière unité militaire montée de l’Hexagone. Institution de prestige et d’excellence, elle ne s’est ouverte que tardivement aux femmes, dans les années 2000 pour les escadrons à cheval. La colonelle Lebas, première femme commandant en second du régiment de cavalerie, et la cheffe Karine, troisième femme à avoir intégré le régiment de cavalerie en 2001, partagent leur quotidien et évoquent leur passion du cheval et les évolutions du régiment.



Intégrée le 1er février 1849 à la Gendarmerie nationale, la Garde républicaine s’appelle ainsi depuis 1978. Ses origines remontent cependant aux grands corps qui ont assuré la sécurité des institutions et des plus hautes autorités de l’État sous l’Ancien Régime. Elle se démarque par son fort engagement dans le protocole militaire national, assurant des obligations de sécurité publique et de représentation, mais aussi des missions culturelles, de formation et de coopération. Dernière unité montée des forces armées françaises, le régiment de cavalerie compte près de cinq cent cinquante personnes, dont quatre cent vi...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe