Compléments alimentaires: pourquoi et comment?

Herbivore avant tout, le cheval, et notamment s’il suit un entraînement sportif, se voit souvent administrer un ou plusieurs repas quotidiens sous forme de concentrés en plus d’une base d’herbe ou de foin. Dans plusieurs situations bien précises, il est également possible de le supplémenter. Explications.



Avant de se concentrer sur toute forme de supplémentation alimentaire chez le cheval, il est de bon ton de rappeler les bases de son alimentation. Le cheval est avant tout un herbivore. Ainsi, l’herbe et/ou le foin doivent toujours constituer son alimentation de base et ce, de façon continue: le cheval a besoin de mastiquer en moyenne dix-huit heures par jour (on évalue la moyenne de sa consommation à une dizaine de kilos de foin par jour), et son estomac ne doit jamais être vide. Le cas échéant, le tube digestif s’expose à un risque d’acidification, qui mène à des ulcères gastriques. Si les besoins énergétiques ne sont pas couverts, le cheval ayant une activité physique impor...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe