Jessica von Bredow-Werndl double la mise devant Isabell Werth et Cathrine Dufour, pas de Français en finale à Hagen

Jeudi soir à Hagen, à l’issue du Grand Prix Spécial, Jessica von Bredow-Werndl a étoffé sa collection de médailles d’or en s’adjugeant le titre européen avec sa complice TSF Dalera BB, au lendemain de sa victoire avec l’équipe d’Allemagne. Sa compatriote Isabell Werth s’est adjugée l’argent avec Weihegold OLD, devant la Danoise Cathrine Dufour qui n’a pas démérité aux rênes de Bohemian. Le trio, ainsi que Charlotte Dujardin et son Gio, quatrièmes, seront à suivre attentivement samedi lors de la Reprise Libre en Musique, pour laquelle Morgan Barbançon-Mestre n’a pas réussi à se qualifier avec Sir Donnerhall II OLD.



article-block1

Les nouvelles championnes d'Europe du Grand Prix Spécial.

© Liz Gregg/FEI

Jeudi 9 septembre, aux championnats d’Europe Longines, à Hagen, le Grand Prix Spécial a réservé du grand sport à un public déjà plus fourni que lors des deux premiers jours de compétition. Un retour des spectateurs par ailleurs salué par les cavaliers, peu habitués ces derniers mois à évoluer dans une configuration autre que le huis clos. L’épreuve revêt deux enjeux majeurs, remporter une médaille individuelle, mais aussi se qualifier pour la Reprise Libre en Musique, titre européen ultime qui sera décerné samedi après-midi. S’y retrouveront les quinze meilleurs couples du jour, et certains auront la chance d’être repêchés puisque seuls trois représentants par nation sont autorisés à prendre le départ. Ainsi, l’Allemande Dorothee Schneider et le Britannique Gareth Hughes, respectivement quatorze et quinzième avec Faustus et Sintano van hof Olympia, cèderont leur place à Hans-Peter Minderhoud et José Antonio Garcia Mena. Le Néerlandais, associé à Glock’s Dream Boy, a présenté un très bon début de reprise, tutoyant les 77% de moyenne jusqu’au pas allongé. L’étalon s’est montré plus tendu à partir du premier piaffer, et a perdu en sérénité, notamment dans le travail au galop, pour finir avec 73,632%. De son côté, le cavalier espagnol a laissé voir aujourd’hui une très belle harmonie avec son alezane Divina Royale, déjà de la partie aux Jeux de Tokyo sur ce test. Encore en progression, le couple a été crédité de 72,842%.

Entrée en piste avec des ambitions, la Tricolore Morgan Barbançon-Mestre a vu son rêve lui échapper. En selle sur Sir Donnerhall II OLD, elle a réalisé une meilleure prestation qu’il y a deux ans à Rotterdam, malheureusement insuffisante pour aller plus loin dans la compétition. Avec 71,109 % et une vingt-troisième place finale, les Européens s’arrêtent donc là pour le duo trente-sixième mondial. Les sept juges leur ont accordé des moyennes allant de 68,723% à 72,447%, dont trois d’entre à plus de 72%. Auteur d’une belle reprise, les pirouettes au galop ont été l’un de leurs points forts aujourd’hui.



Deuxième médaille d’or de la semaine pour Jessica von Bredow-Werndl

article-block3

Isabell Werth et Weihegold.

© Liz Gregg/FEI

Sous la lumière des projecteurs et alors que la nuit était tombée depuis bien longtemps, l’Allemande Jessica von Bredow-Werndl et sa jument de quatorze ans TSF Dalera BB ont tenu la pression devant leur public pour s’imposer sans trembler. Les doubles médaillées d’or des JO de Tokyo, déjà auréolées d’or par équipes hier, ont ajouté une nouvelle breloque dorée à leur palmarès de plus en plus fourni. Dernier à entrer en piste, le couple numéro un mondial a ébloui de son talent, et malgré un coin coupé au passage, relativement en début de reprise, puis une faute au milieu des changements de pied au temps, s’est vu décerné la très belle moyenne de 84,271%. “Je n’ai pas encore réalisé avoir gagné quatre médailles d’or en si peu de temps”, a confié la souriante amazone en conférence de presse (lire sa réaction en intégralité).

L’argent est revenu à la multi médaillée germanique Isabell Werth, qui rajoute une vingt-sixième médaille européenne autour de son cou grâce à Weihegold OLD. L’amazone et sa triple lauréate de la finale de la Coupe du monde ont présenté une très bonne reprise, avec un passage beaucoup plus efficace qu’hier dans le Grand Prix. La pirouette au galop à gauche, de même que la dernière ligne passage – piaffer – passage étaient excellentes, et Isabell Werth s’est permise de prendre des risques, notamment dans les changements de pied. Le point faible de la reprise restera le travail au pas. Toutes deux sont sorties de piste avec la moyenne de 81,702%. “C’est vrai qu’aujourd’hui (propos tenus de la conférence de presse qui s’est tenu jeudi en toute fin de soirée, ndlr) il s’agit seulement de ma deuxième médaille d’argent individuel en championnats d’Europe (la première avait été acquise à La Mandria en 2007, tandis que les onze autres sont en or, ndlr). […] Je dois dire qu’aujourd’hui était un jour difficile. Je n’étais pas très motivée pour venir et monter (Isabell Werth a ensuite annoncé l’opération pour coliques mercredi de Bella Rose 2, ndlr). Weihegold est juste fantastique, elle m’a remotivé et j’ai oublié tout le reste”, a-t-elle avoué non sans émotion (lire sa réaction en intégralité).

Cathrine Dufour et Bohemian ont accroché leur deuxième médaille de bronze en deux jours. La Danoise et le parfois facétieux alezan brûlé de onze ans ont réalisé l’une de leurs meilleures performances sur ce test hier soir. La pirouette au galop à droite était tout particulièrement bien exécutée, et la faute dans le dernier piaffer n’a pas réussi à effacer l’impression d’ensemble de cette sublime reprise. Avec une note globale de 81,079%, on regrette presque de les voir monter “que” sur la troisième marche du podium, l’argent paraissant largement mérité. “J’avais un nouveau plan, qui était de lui enlever un peu de pression. J’ai eu ce sentiment depuis Tokyo de le pousser un peu trop, trop loin, ce qui avait presque pour conséquence de m’en donner moins. Donc l’objectif était d’y aller et voir jusqu’où il voulait aller. Cela s’est déroulé finalement de la meilleure des manières, Bohemian a vraiment dansé avec moi et m’a donné un excellent sentiment”, a exprimé la dynamique Danoise (lire sa réaction en intégralité).

article-block4

Cathrine Dufour et Bohemian.

© Liz Gregg/FEI



Des révélations nommées Marshall-Bell et Haute Couture

Les cavaliers britanniques, en argent hier par équipes, ont une fois encore prouvé tout leur talent. Charlotte Dujardin s’est classée quatrième avec un Gio dont les pirouettes au galop ont été remarquables (79,787%). Un duo qui sera à suivre de près samedi lors de la Libre, tant la finesse et l’équitation parviennent à sublimer ses chevaux. Après un Grand Prix en-deçà de ses espérances mercredi, Carl Hester a également livré une véritable masterclass, dont le seul bémol serait le piaffer, qui semblait plus délicat que le reste des mouvements, magnifiquement exécutés. C’est avec 77,310%, dont plus de 79% de la part de l’Allemand Henning Lehrmann, que le couple a quitté le rectangle, soit une sixième place finale. Avec Everdale, son étalon de douze ans, Charlotte Fry s’est intercalée au quatrième rang. Donnant l’impression d’avoir des difficultés à entrer dans le premier piaffer, le fils de Lord Leatherdale a encore une fois fait preuve d’une très belle locomotion et et amplitude, notamment lors des changements de pied (78,146%). Enfin de leurs côtés, Gareth Hughes et Sintano van hof Olympia ont conclu avec 73,723%.

Un peu plus tôt dans l’après-midi, la compétition était montée d’un cran au passage de l’Allemande Helen Langehanenberg et Annabelle, qui avaient pris la tête avec 75,228% et finalement onzièmes. On notera que sa compatriote Dorothee Schneider a véritablement trouvé en Faustus la relève de son Showtime FRH. Le hongre de treize ans a effectué une belle reprise, marquée par une grosse faute au passage avant le pas allongé. Le Hanovrien a développé beaucoup de puissance dans le galop rassemblé notamment, et produit de jolis allongements, pour finir avec 74,802%.

Dixième de ce Spécial, le jeune Marshall-Bell a été bluffant du haut de ses neuf ans, sous la selle du Danois Daniel Bachmann Andersen. Encore perfectible dans le piaffer et les transitions, l’alezan démontre une belle qualité de galop et de passage (75,638%). Elle aussi âgée de seulement neuf ans, l’appliquée Haute Couture a quitté le rectangle avec 75,699%, associée à Dinja van Liere pour les Pays-Bas. Une reprise pleine de promesses pour l’avenir qui a, semble-t-il, pleinement satisfait sa pilote.

Enfin, la Suède a pris les sept et huitième rangs grâce à Juliette Ramel et Therese Nielshagen, respectivement associées aux expérimentés Buriel KH et Dante Weltino OLD. Les deux couples scandinaves, auteurs deux reprises impressionnantes de maîtrise, ont été évalués à 76,900% et 76,869%.

Les résultats ici

article-block6

Le podium européen du Grand Prix Spécial version 2021.

© Liz Gregg/FEI