À Rome, Malin Baryard-Johnsson et H&M Indiana frappent un grand coup

Pour leur premier concours international après les Jeux olympiques de Tokyo, Malin Baryard-Johnsson et H&M Indiana ont frappé fort, cet après-midi, dans l'étape du Longines Global Champions Tour de Rome. Médaillées d'or par équipe au Japon et également titulaires d'une médaille d'argent collective obtenue aux Jeux Équestres Mondiaux en 2018, toutes deux n'avaient jamais remporté de Grand Prix CSI 5*, mais c'est désormais chose faite ! La Suédoise et sa bouillonnante complice se sont imposées dans la ville éternelle en reléguant leurs plus proches concurrents, Christian Ahlmann et Mandato van de Neerheide, à plus d'une seconde. Vainqueur de la dernière étape du circuit de Jan Tops à Hambourg, Harrie Smolders est monté sur la troisième marche du podium avec Monaco.



Uliano Vezzani avait concocté un difficile parcours pour les trente et un couples au départ du Grand Prix CSI 5* étape du Longines Global Champions Tour de Rome. Les treize obstacles montés par le metteur en scène italien sur le site de Circus Maximus ont donné du fil à retordre à certains des meilleurs cavaliers de la planète, à l'instar de Ben Maher, sacré champion olympique en individuel au Japon avec Explosion W (KWPN, Chacco-Blue x Baloubet du Rouet), et cette fois accompagné de Ginger-Blue (KWPN, Plot Blue x Royal Bravour), qui lui avait offert le Grand Prix CSI 5* du Paris Eiffel Jumping fin juin. Le Britannique a concédé huit points de pénalité avec cette jument, tout comme Denis Lynch et Cristello (KWPN, Numero Uno x Voltaire), pourtant deuxièmes de l’épreuve qualificative disputée quelques heures plus tôt. Par ailleurs, pas moins de huit duos, dont quatre représentant la France, n’ont pas terminé le parcours initial de ce Grand Prix. Cela a notamment été le cas de la paire formée par Kevin Staut et Bulgarie d’Engandou (SF, Vargas de Ste Hermelle x Calvaro), qui ont été éliminés. Titouan Schumacher, Pénélope Leprévost et Simon Delestre ont quant à eux préféré abandonner aux rênes d’Atome Z (Z, Amadeus Z*Brimbelles x Toulon), Vérité Une Prince (SF, Number One d’Iso x Rosire) et Hermes Ryan (SF, Hugo Gesmeray x Ryon d’Anzex).

Pour autant, si les difficultés étaient nombreuses, onze couples ont trouvé la clef du parcours et se sont invités au barrage. Maikel van der Vleuten, Roger-Yves Bost, Emanuele Gaudiano et Alberto Zorzi, en ont quant à eux été privés après avoir été pénalisés de quatre points seulement, et se sont ainsi installés dans cet ordre du douzième au quinzième rang en compagnie de Beauville Z (Z, Bustique x Jumpy de Fontaines), Ballerine du Vilpion (SF, Baloubet du Rouet x Quidam de Revel), Nikolaj de Music (BWP, Kannan x Nabab de Reve) et Clarina (MECK, Cellestial x Converter).



Malin Baryard-Johnsson et H&M Indiana intraitables

article-block3

Olivier Robert et Vangog du Mas Garnier ont réalisé la meilleure performance tricolore de l'après-midi en prenant la dixième place de ce Grand Prix.

© Sportfot

Déjà ouvreur du parcours initial et très en forme en ce moment, Olivier Robert a eu la lourde tâche de s’élancer de nouveau en premier dans la finale au chronomètre. En selle sur Vangog du Mas Garnier (SF, Cornet Obolensky x Quidam de Revel), le Tricolore a conclu son second parcours en 38"18 et a laissé une barre à terre, ce qui lui a finalement offert le dixième rang de ce Grand Prix dans lequel sept couples, dont trois représentants la Suède, ont réussi un double sans-faute.

Déjà autrice d’un parcours vierge de toute pénalité dans l’épreuve qualificative, qui a d’ailleurs permis à son équipe des Shangai Swans de s’imposer dans l’étape de la Longines Global Champions League, Malin Baryard-Johnsson et H&M Indiana ont devancé de très loin la concurrence. Pénalisé de quatre points seulement en six parcours à Tokyo, le couple, qui signait son retour à la compétition ce week-end, a de nouveau franchi la ligne d’arrivée sans aucune pénalité cet après-midi à Rome, et ce en 36"74. Aux rênes de HHS Calais (ISH Cavalier Royale x OBOS Quality) et WKD Aimez Moi (ISH, Je T’Aime Flamenco), l’Irlandais Michael et le désormais Britannique Sameh El Dahan ont bien réussi à abaisser ce chronomètre, mais ont tous les deux mis une barre à terre, ce qui les a relégués aux huitième et neuvième rangs.

Aucun couple n’a finalement réussi à approcher réellement le temps réalisé par l’ancienne cavalière de Butterfly Flip et sa bouillonnante baie en laissant toutes les barres sur leurs taquets. Leurs plus proches poursuivants, Christian Ahlmann et Mandato van de Neerheide (BWP, Emerald x Pommeau du Heup), n’ont ainsi pas pu conclure leur barrage en moins de 37"82, soit avec plus d’une seconde de retard. Tous deux se sont tout de même octroyé la deuxième place de cette épreuve relevée en devançant Harrie Smolders et Monaco (HOLST, Cassini II x Contender), qui ont franchi la ligne d’arrivée en 37"89. Pour son deuxième Grand Prix CSI 5* disputé sous couleurs belges, Abdel Saïd, qui est récemment revenu pour GRANDPRIX sur son changement de nationalité, a pris la quatrième place du classement en compagnie du bon Bandit Savoir (SF, Qlassic Bois Margot x Alcamera de Moyon). Le cavalier s’est payé le luxe de prendre le meilleur sur Henrik Von Eckermann et King Edward (BWP, Edward 28 x Feo), qui étaient eux aussi membres de l’équipe suédoise médaillée d’or à Tokyo et forment surtout le troisième couple de l’histoire à n’avoir commis aucune faute en quatre journées de compétition olympique. Réserviste du collectif bleu et jaune aux Européens de Riesenbeck et élève d’Henrik Von Eckermann, Evelina Tovek a, quant à elle, terminé au sixième rang associée à Winnetou de la Hamente Z (Z, Winningmood x Socrate de Chivre), juste devant Jur Vrieling, auteur du dernier double sans-faute du jour sans avoir vraiment joué le jeu de la vitesse avec Long John Silver (HOLST, Lasino x Corrado I), neuf ans seulement.