Les sols équestres peuvent-ils être écoresponsables?

Consommer moins et mieux utiliser ses ressources: dans l’écurie aussi, le mantra de l’écologie et du développement durable calque ses foulées sur celles des chevaux. Entre consommations d’eau et de sable, carrières et manèges peuvent-ils dégager une empreinte écologique limitée?



Lors d’un sondage en ligne sur les aires équestres paru dans le GRANDPRIX n°119, 20% des deux cent soixante lecteurs ont spontanément souligné que la construction et l’entretien d’une carrière représentaient un coût élevé pour la planète. En effet, une aire équestre avance une consommation de sable de l’ordre de plusieurs tonnes. “Pour une carrière à structure fermée de 20 x 40m, par exemple, le volume total de sable est estimé à environ 180 tonnes”, détaille à ce sujet Florence Bord, gérante de la société éponyme Bord Sol, sise à Chalain-le-Comtal, dans la Loire. Il y a également à pre...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe