Vendu à l’étranger, Urvoso du Roch quitte Nicolas Delmotte

Signataire de Jeux olympiques magistraux à Tokyo, où il a terminé à une honorable douzième place en individuel, puis excellent au mythique CHIO d’Aix-la-Chapelle il y a deux semaines, où il a remporté avec brio le Prix de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Urvoso du Roch quitte Nicolas Delmotte, avec lequel il devait courir la finale des Coupes des nations de Barcelone ce week-end. L’alezan, confié au Nordiste par Marie-Claudine Morlion, a été vendu, comme l'a annoncé Kamel Boudra il y a quelques minutes sur les réseaux sociaux. On ne connaît pas encore l'identité de son nouveau cavalier. 



Aux Jeux olympiques de Tokyo, Nicolas Delmotte et Urvoso du Roch avaient été les meilleurs Français.

Aux Jeux olympiques de Tokyo, Nicolas Delmotte et Urvoso du Roch avaient été les meilleurs Français.

© Scoopdyga

Après la vente de Berlux Z, qui a quitté les écuries de Simon Delestre pour rejoindre celles d’un élève de Cian O’Connor à la sortie des Jeux olympiques de Tokyo, l’équipe de France de saut d’obstacles vient de perdre un autre de ses piliers. En effet, le génial Urvoso du Roch, jusqu’ici propriété de Marie-Claudine Morlion, a été vendu il y a quelques jours et quitte Nicolas Delmotte. L'identité de son nouveau cavalier n'est pas encore connue.

Né chez Antoine Bollart, dans le Pas-de-Calais, Urvoso du Roch était le pilier sportif actuel de l’équipe de France de saut d’obstacles. Brillant lauréat des Grands Prix du CSIO 5* de La Baule et du CSI 5* de Chantilly cet été, le hongre de treize ans a été surtout signé le meilleur résultat des Bleus aux Jeux olympiques de Tokyo début août. Lui qui avait déjà couru les championnats d’Europe Longines de Rotterdam en 2019, où il avait d’ailleurs grandement aidé la France à décrocher sa qualification olympique, a terminé douzième en individuel au Japon. Signant son retour sur les terrains de concours au mythique CHIO d’Aix-la-Chapelle, temple suprême du saut d’obstacles, l’alezan y a remporté le difficile Prix de Rhénanie-du-Nord-Westphalie vendredi après-midi, avant d’écoper d’une petite faute dans le Grand Prix phare. En bref, le fils de Nervoso n’a rien raté cette année et n’a cessé d’impressionner son monde... De quoi attirer les convoitises.



S’il concourra désormais sous couleurs étrangères, Urvoso du Roch a vécu toute sa carrière en France

S’il concourra désormais sous couleurs étrangères, Urvoso du Roch a vécu toute sa carrière en France. Découvrant la compétition à cinq ans sur le circuit du Cycle classique, il a d’abord été formé par Claire Salem à cinq ans, avant de passer sous les selles successives de Cyrille Comte, Louis Bernast et Paul Echelard à six ans. C’est avec ce dernier que l’alezan a poursuivi sa progression à sept ans et huit ans, et a pris part à ses premiers CSI, avant d’être repéré par Laurent Guillet, cavalier international et marchand de chevaux. Après quelques épreuves nationales à 1,35m sous la selle du Rhônalpin, Urvoso a été acquis au printemps 2016 par Marie-Claudine Morlion, collaboratrice et mécène de Nicolas Delmotte. 

Au cours des cinq dernières années, le talentueux cavalier nordiste, aussi bon formateur que pilote de haut niveau, a pris son temps pour exploiter au mieux le potentiel de l’alezan. Propulsé sur le devant de la scène en raison de la blessure du valeureux Ilex VP, autre cheval de tête de l'écurie Delmotte, Urvoso s'est littéralement révélé et a enchaîné les résultats. Outre leurs triomphes dans les prestigieux Grands Prix de La Baule et Chantilly, on peut également citer leurs victoires dans la Coupe des nations de Saint-Gall en 2019 (après un magnifique double sans-faute) et dans un Grand Prix 3* à Oliva, en début d'année, ou encore leur deuxième place dans un Grand Prix 4* à Grimaud en septembre 2019.